Une variante génétique pourrait éradiquer la tuberculose

Mar 23, 2016 par

variante_genetique_pour_eradiquer_tuberculose

Malgré les plans de lutte de l’OMS, les multirésistances aux antibiotiques maintiennent la tuberculose dans plusieurs régions du monde. Une étude a montré l’implication d’une variante de l’ADN dans la lutte contre l’infection. Une nouvelle qui suscite l’espoir pour éradiquer la maladie.

Tuberculose : maladie toujours d’actualité

La tuberculose affecte plus de 9,6 millions de personnes par an. Il s’agit d’une maladie grave, voire mortelle si elle n’est pas prise en charge. L’agent pathogène impliqué est la bactérie Mycobacterium tuberculosis. Le tiers de la population détient l’agent pathogène à l’état « dormant ». En cas d’activation, le bacille de la tuberculose déclenche la maladie.

En savoir plusTuberculose : Histoire, symptômes, traitement et vaccination

Les patients atteints du SIDA sont particulièrement exposés. L’immunodéficience facilite le développement de la forme active de la bactérie. On estime qu’une personne atteinte du VIH a 20 à 30 fois plus de chance de développer une tuberculose après exposition à l’agent infectieux. Plus de 30% des décès seraient attribuables à la tuberculose chez les séropositifs.

Variante du gène IL12B

Une étude exclusive menée par des équipes de recherche de plusieurs nationalités a mis en valeur le profil génétique des patients atteints du SIDA et exposés à l’agent pathogène de la tuberculose. Les 581 sujets étudiés habitaient les régions parmi les plus touchées par la tuberculose ou vivaient avec des membres de leur famille malades.

Parmi les 581 cas, 314 n’ont pas développé de tuberculose active. En étudiant le profil génétique des patients résistants, les scientifiques ont montré une forte prévalence d’une variante génétique présente sur le gène IL12B. En effet, cette version du gène IL12B semble protéger 63% des patients porteurs. Ce gène contrôle la production de l’interleukine 12, une protéine connue pour être impliquée dans la réponse immunitaire.

Une solution thérapeutique à la clé ?

La suite des études consistera à déterminer si la variante du gène IL12B permet une production plus importante d’interleukine 12 chez ses porteurs, la production d’une interleukine 12 différente, ou la combinaison des deux. Selon le professeur Scott Williams, de la faculté de médecine de Case Western Reserve, la recherche « pourrait ouvrir la voie à la mise au point de nouveaux traitements de la tuberculose » chez les patients « séropositifs et la population en générale ».

Rappelons-le, les cas de tuberculoses multirésistantes causent 190 000 décès par an à travers le monde. Depuis quelques années, l’émergence de tuberculoses ultrarésistantes aux antibiotiques inquiète l’OMS. Ces formes rares conduisent à des impasses thérapeutiques. En l’absence de traitement, la maladie tue dans 50% des cas.

Article suggéréLes 10 grandes pathologies liées à l’environnement

Hadrien V. Pharmacien


Sources
Mathilde C. « Tuberculose ». Santé sur le Net. 22/03/2016
Rafal S. Sobota & al. « A Locus at 5q33.3 Confers Resistance to Tuberculosis in Highly Susceptible Individuals ». American Journal of Human Genetics. 03/2016
« HIV patients in Africa with a specific genetic variant have much lower rate of TB ». ScienceDaily. 09/03/2016

Hadrien V.
Pharmacien.
Spécialiste en produits vétérinaires, aime particulièrement étudier l’actualité et les nouveautés dans ce domaine.
Passionné de digital et webmarketing dans le milieu de la santé.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.