Virus Zika, moustique tigre : quels pays éviter?

Jan 25, 2016 par

Virus_Zika_moustique_tigre_quels_pays_éviter

Les confirmations d’infection par le virus Zika se multiplient à travers le monde. Ce virus, connu pour augmenter les taux de microcéphalies chez le fœtus, est maintenant désigné comme une menace à l’échelle mondiale. Les pays en état d’alerte sanitaire craignent une aggravation de leur situation à l’horizon 2017. Les Etats-Unis ont quand à eux dressé une liste de pays à éviter pour les voyageurs.

Article suggéré : Virus Zika – définition, symptômes, transmission, prévention

Zone épidémique : les pays à risques

Brésil : 1 500 000 cas
Le ministre de la Santé Brésilien a récemment déclaré : « Cela fait près de trente ans que le moustique tigre (Aedes aegypti) transmet des maladies à notre population (…) nous le combattons, mais nous sommes en train de perdre la guerre. » A moins de 7 mois des JO de Rio, l’épidémie fait maintenant craindre des répercussions politico-économiques. Les conséquences sanitaires sont telles que le débat sur l’avortement est lancé, dans un pays où la culture chrétienne est profondément ancrée.

• Colombie : 22 612 cas
Les autorités sanitaires colombiennes prévoient une aggravation considérable de la situation. Celles-ci envisagent au moins 600 000 contaminations et 450 cas de microcéphalie pour 2016. Des prévisions qui ont mené l’Institut national de la Santé colombien à recommander aux femmes d’éviter toute grossesse jusqu’en juillet 2016.

• Salvador : 5 500 cas
Le nombre de cas est en forte hausse dans ce petit pays d’Amérique Centrale. Les autorités de santé ont déconseillé la grossesse aux femmes jusqu’en 2018.

• Martinique : 3 940 cas
L’île a été placée au niveau 3 du programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies (PSAGE). La préfecture a annoncé que « des actions de pulvérisation et de destructions de gîtes larvaires vont être organisées » afin de limiter la propagation du moustique tigre. Aussi, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a émis des recommandations à suivre en cas de grossesse (voir ici).

• Honduras : 3 700 cas
Le pays voisin du Salvador recense 608 cas avérés de contaminations par le virus Zika. Le ministère de la Santé n’a pour l’instant pas mis en place de prévention pour les grossesses.

• Guyane : 245 cas
Le département français d’Amérique évoque un risque élevé de transmission aux populations autochtones. Pour cette zone, la HCSP a lancé les mêmes recommandations qu’en Martinique.

Les pays en surveillance

Ces pays sont géographiquement proches des pays en situation épidémique, avec une présence de moustiques tigre – principal vecteur – au sein de leur environnement, et ayant détecté leurs premiers cas d’infection au virus Zika. Certains d’entre eux ont été officiellement déclarés en « zones d’alerte » pour les voyageurs :

• Guadeloupe et Saint Martin
• République dominicaine
• Haïti
• Barbade
• Porto Rico
• Mexique
• Guatemala
• Panama
• Suriname
• Venezuela
• Bolivie
• Equateur
• Nouvelle-Calédonie
• Iles Samoa, Fidji et Salomon
• Vanuatu
• Cap-Vert

Le risque chez le voyageur est-il avéré ?

Aujourd’hui, des cas d’infections au virus Zika ont été signalé après des séjours en zone épidémique en :

• Espagne
• Royaume-Uni
• France
• Suisse
• Finlande
• Danemark
• Pays-Bas
• Etats-Unis (Texas, Hawaï, Illinois, New Jersey, New York)
• Chine
• Australie

Même si les données épidémiologiques sont balbutiantes, le nombre d’importations du virus Zika grandi dans les pays occidentaux. La récente migration du moustique tigre dans les zones tempérées du globe pourrait faciliter la dissémination du virus. En Europe, la propagation serait limitée au pourtour méditerranéen : l’Italie, le Sud de la France et l’Est de l’Espagne font partie des nouvelles zones d’habitat du moustique tigre. Plus sensible, le Sud-Est des Etats-Unis est une région connue pour sa vulnérabilité aux maladies transmises par le moustique tigre.

Article suggéré : Virus Zika – l’OMS demande une coordination internationale

Hadrien V. Pharmacien


Les chiffres présentés sont arrondis et extraits des différents bulletins épidémiologiques disponibles au 25 janvier 2016.
Mis à jour le 10/02/16.

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.