Les bains chauds aussi bénéfiques que le sport ?

Apr 23, 2017 par

Quand le sport est synonyme de moment de plaisir et de bien-être pour certains, il peut vite se traduire par une corvée pour d’autres. Néanmoins, les bienfaits d’une activité sportive régulière ont largement été démontrés, diminuant le risque de développer certaines pathologies (cardiovasculaires, obésité, cancer, etc.). Bains chauds et pratique physique régulière, le duo parfait ?

bains chauds

De l’énergie dépensée par le sport, mais aussi par le biais de la chaleur …

En augmentant la température corporelle, les bains chauds et les saunas permettraient à l’organisme de consommer de l’énergie, tout comme la pratique sportive.

En effet, il est bien connu que la sédentarité est liée au risque cardiovasculaire. Et, la pratique d’un sport permet alors d’en limiter les risques. Une étude s’est alors penchée sur le lien bénéfique potentiel entre les bains chauds et la diminution des décès liés aux pathologies cardiovasculaires

Deux approches ont pu être établies au travers de cette étude :

  • L’utilisation de la chaleur via des bains chauds, et notamment du sauna, sur le long terme serait associé à une diminution de la pression artérielle ainsi qu’à l’augmentation de la fonction du ventricule gauche (une des quatre cavités du cœur). En ce sens, le risque de pathologies cardiovasculaires en serait également réduit ;
  • La pratique régulière de sauna entraîne également une sudation importante et une augmentation du rythme cardiaque, au même titre qu’une pratique sportive.

Des bains chauds réguliers et sur le long-terme des effets observés !

Le sauna « traditionnel » se défini par un air sec (taux d’humidité de l’ordre de 10 % à 20 %) et une température élevée (entre 80°C et 100°C, à hauteur de plafond).

Des études précédentes avaient déjà montré que les bains chauds et le sauna avaient des effets bénéfiques sur la diminution du risque cardiovasculaire. Par ailleurs, cette nouvelle étude se voulait être plus précise en ce qui concerne les conditions dans lesquelles les bains chauds se doivent d’être pris, leur fréquence ainsi que leur durée.

Les participants de cette étude qui prenaient des bains chauds et/ou des saunas à une fréquence supérieure ou égale à une fois par semaine, présentaient un risque de pathologies cardiovasculaires diminué. Entre 2 et 3 fois par semaine, ce risque est amoindri de 23 % et entre 4 et 7 fois par semaine, de 48 %. La durée des bains chauds et/ou du sauna aurait son importance. En effet, une exposition à la chaleur de plus de 19 minutes suffirait pour diminuer de 52 % les risques de maladies cardiovasculaires. Et plus la fréquence de prises de bains chauds et/ou de sauna est importante, plus le risque de développer une pathologie cardiovasculaire diminue.

Ces recherches ont permis de mettre en avant que les saunas et les bains chauds réguliers et sur le long-terme, pouvaient être des facteurs de protection contre le risque de maladies cardiovasculaires ainsi que de la mortalité, toutes causes confondues. Cette étude s’étant déroulée sur une population exclusivement masculine, les conclusions demandent à être précisées et appuyées par d’autres études, sur des populations plus diversifiées.

Lire aussiSport sur ordonnance

Delphine.W., Ergonome Spécialisée en Santé au Travail.

Association Between Sauna Bathing and Fatal Cardiovascular and All-Cause Mortality Events.T.Laukkanen., et al. Jama Internal Medicine. Avril 2015. doi:10.1001/jamainternmed.2014.8187.
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.