Les bienfaits des animaux de compagnie démentis par une nouvelle étude

Aug 31, 2017 par

Au cours des dernières années, de nombreuses études ont défendu l’hypothèse selon laquelle les animaux de compagnie pourraient améliorer la santé psychologique et physique des enfants. Une récente étude américaine menée à grande échelle vient de remettre en cause tous ces résultats.

enfants et animal de compagnie

L’animal de compagnie : le meilleur ami de l’enfant ?

Jusqu’à présent, de nombreuses études scientifiques ont constaté que les animaux de compagnie, notamment les chiens et chats, apportaient beaucoup de bienfaits aux enfants.

En effet, selon ces études, un animal de compagnie peut améliorer la santé de l’enfant, d’un point de vue :

  • Psychologique: le chien ou le chat, de par sa présence inconditionnelle, apporte un réconfort, un soutien social mais aussi une distraction pour l’enfant. Tout ceci permet un meilleur développement social et comportemental de l’enfant ainsi qu’une plus grande empathie.
  • Physique: le chien, de par son dynamisme, permet d’encourager l’enfant à préférer l’activité physique à un écran de jeux vidéo.
  • Immunitaire: La présence d’un animal de compagnie peut renforcer le système immunitaire et améliorer l’asthme.

Mais ces études sont-elles réellement fiables ?

Des études contestables ?

Ces études sont pour la plupart observationnelles. Les chercheurs analysent la nature de la relation entre la présence d’un chien ou d’un chat et la santé de l’enfant dans le milieu naturel de ce dernier. En effet, la collection de données se fait le plus souvent via des sondages ou entretiens menés directement au domicile de l’enfant ou à distance. Elles ne se déroulent pas dans le laboratoire.

De ce fait, de nombreux facteurs environnementaux et sociodémographiques, comme le revenu des parents ou le type de domicile de l’enfant, peuvent venir influencer, voire fausser cette relation. On les appelle des variables parasites.

A savoir ! Une étude observationnelle est une étude où le chercheur observe l’environnement sans intervenir. Dans le cas d’une étude expérimentale, le chercheur manipule l’environnement afin d’observer les conséquences de ce changement. Seules les études expérimentales permettent l’établissement d’un lien de causalité. 

Par exemple, un enfant vivant dans une maison avec un jardin aura plus de probabilité de se voir offrir un chien mais aussi de bénéficier d’une meilleure santé, loin de toute pollution, qu’un enfant vivant dans un appartement de ville. Le type de domicile est donc une variable parasite. Il est ici la cause simultanée de la présence d’un animal de compagnie et du bien-être de l’enfant, créant un lien apparent entre les deux qui, pourtant, n’existe pas.

Si les études avaient été menées de façon expérimentale, les chercheurs seraient intervenus en rapprochant les enfants des chiens ou des chats de façon aléatoire afin de réduire l’influence des variables parasites. Mais cela aurait été coûteux, de longue durée et difficile à réaliser !

Des chercheurs du RAND corporation, un groupe de réflexion américain, ont alors trouvé une autre solution : contrôler ces variables parasites par le biais d’outils d’analyse statistique sophistiqués.

Les bienfaits des animaux de compagnie remis en cause

Dans leur étude, également observationnelle, les chercheurs du RAND corporation ont comparé la santé psychologique et physique de 2 groupes d’enfants, âgés de 5 à 11 ans et répartis de la façon suivante :

  • Un groupe possédant un animal domestique dans leur foyer (2 236 familles) ;
  • Un groupe d’enfants ne possédant pas d’animal domestique dans leur entourage (2 955 familles).

Les données analysées provenaient d’un sondage californien de 2003. Ce dernier était le seul à proposer à la fois des questions sur la santé de l’enfant et la présence ou non d’un animal de compagnie dans le foyer.

Lorsque les chercheurs ne contrôlaient pas les variables parasites, des résultats similaires aux études précédentes (de type observationnel) étaient retrouvés. En effet, les chercheurs ont trouvé que les enfants ayant un animal de compagnie bénéficiaient d’une meilleure santé, étaient plus actifs et obéissants et, selon leurs parents, avaient moins de problèmes comportementaux ou éducatifs.

Les chercheurs ont alors identifié une centaine de variables parasites, comprenant entre autres le revenu parental, le type de domicile ou l’accessibilité aux services de soins.

Mais, lorsque les chercheurs contrôlaient ces variables parasites, le lien existant entre les animaux de compagnie et les bienfaits psychologiques ou physiques disparaissait.  Ainsi, ces résultats, publiés dans le journal scientifique Anthrozoös, remettent en question toutes les études précédemment parues à ce sujet.

Les animaux de compagnie : un reflet de notre niveau de vie ?

D’après cette étude, la possession d’un animal de compagnie serait donc le reflet, et non la cause, de la qualité de vie supérieure de l’enfant, y compris sa santé.

Toutefois, cela n’exclut pas l’idée que ces animaux pourraient apporter d’autres bénéfices aux enfants. Mais ceux-ci doivent être évalués à travers des études plutôt d’ordre expérimentale qu’observationnelle pour en tirer un réel lien de causalité.

De plus, ce qui peut être reproché à cette étude est la collection de données à un seul moment de la vie des enfants. Les possibles bénéfices à long terme des chiens et chats n’attendent qu’à être découverts…

Nos chiens et chats n’améliorent peut-être pas la santé de nos enfants, mais ils nous apportent souvent du réconfort et du bonheur – et c’est déjà beaucoup !

Olivia M., Biologiste spécialisée en Neurosciences

A Propensity-Score-Weighted Population-Based Study of the Health Benefits of Dogs and Cats for Children  Anthrozoös, 30:3, 429-440  Miles J. et al Consulté le 24/08/2017.
Olivia M.
Biologiste spécialisée en Neurosciences
Passionnée par les découvertes scientifiques ainsi que les innovations technologiques et digitales en santé.
Aime écrire et voyager.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.