Bientôt un vaccin contre le cancer ?!

Jul 4, 2017 par

En France, 385 000 nouveaux cas de cancers et 149 500 décès par cancer ont été recensés en 2015. La lutte contre le cancer est un enjeu mondial de santé publique. Une jeune société française tente de mettre au point un vaccin thérapeutique contre le cancer. Le premier essai clinique mené sur ce vaccin fournit des résultats prometteurs, présentés lors du plus grand congrès mondial d’oncologie.

invectys vaccin contre le cancer

Un vaccin contre le cancer

La recherche contre le cancer mobilise de nombreuses équipes à travers le monde. Parmi les axes de recherche, une société biopharmaceutique française, Invectys, s’intéresse à la conception d’un vaccin contre le cancer. Fondée en 2010, cette entreprise explore des approches nouvelles pour mobiliser et restaurer les capacités anti-tumorales du système immunitaire des patients atteints de cancers.

Parmi les grands projets d’Invectys, la conception d’un vaccin contre le cancer occupe une place primordiale. En effet, le développement d’une tumeur dépend de la capacité des cellules tumorales à échapper aux mécanismes de défense de l’organisme. Le vaccin développé est un vaccin thérapeutique, c’est-à-dire qu’il n’empêche pas l’apparition des cellules tumorales, mais il permet au système immunitaire de reconnaître ces cellules pour stopper leur développement.

Le vaccin INVAC-1 est un vaccin constitué d’ADN, qui cible une enzyme particulière, la télomérase. La télomérase participe à la réplication de l’ADN et est donc indispensable pour la division et la multiplication des cellules tumorales au sein de la tumeur. Permettre au système immunitaire de bloquer cette enzyme offre la possibilité de stopper l’évolution de la tumeur et donc du cancer.

A savoir ! L’ADN est une molécule présente dans le noyau des cellules du corps humain et porte l’information génétique des cellules.

Ce vaccin novateur utilise un procédé d’immunisation basé sur l’ADN comme antigène. Cette technologie présente plusieurs avantages par rapport aux approches classiques. L’antigène est directement produit par la cellule tumorale et provoque des réponses immunitaires spécifiques. De plus, les vaccins à base d’ADN sont faciles à produire, stables dans le temps et intéressants en termes de coût.

Une technologie de pointe

L’ADN contenu dans le vaccin INVAC-1 pénètre jusque dans le noyau de la cellule tumorale. Les fragments de télomérase produits par la cellule sont reconnus spécifiquement par les cellules immunitaires, qui mettent en œuvre des réactions spécifiques de défense de l’organisme.

Cependant, produire un vaccin contre le cancer reste un challenge. Les premières études sur la vaccination par l’ADN ont montré une faible immunogénicité (capacité à induire une réponse immunitaire), en raison d’une faible entrée de l’ADN dans le noyau des cellules, ce qui a limité leur utilisation dans les essais cliniques.

Pour lever cette difficulté, les chercheurs ont utilisé la technique d’électroporation de l’ADN, qui multiplie par 1 000 l’entrée de l’ADN dans le noyau, augmentant ainsi l’immunogénicité et l’efficacité du vaccin. En parallèle, l’électroporation en elle-même favorise la réponse immunitaire, grâce à son effet pro-inflammatoire. Elle renforce ainsi la mobilisation des cellules immunitaires, ce qui permet d’envisager l’utilisation d’une dose plus faible de vaccin.

Des résultats très prometteurs

Le vaccin INVAC-1, développé par Invectys, a été testé lors d’un essai clinique de phase I sur des patients atteints de cancer dans deux centres d’oncologie d’Ile de France (Hôpital Saint-Louis et Hôpital Européen Georges Pompidou). Les résultats de cet essai ont été présentés lors du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology, le plus grand congrès mondial d’oncologie.

Les 20 patients de l’étude étaient atteints de cancers à des stades très avancés et métastatiques de tumeurs solides, réfractaires aux traitements ou en rechute. L’objectif de l’essai clinique était d’évaluer l’effet de différentes doses du vaccin sur l’efficacité, la non-toxicité et la sécurité d’emploi d’INVAC-1. Les patients ont été suivis pendant 12 à 36 mois après la première injection intradermique du vaccin. Un groupe de 6 autres patients a été inclus en cours d’essai, pour valider un nouveau système d’administration du vaccin.

Les résultats de cet essai montrent une amélioration très significative du taux de survie des patients, puisque 60 % d’entre eux étaient toujours en vie entre 12 et 28 mois après la première dose vaccinale, et ce malgré un pronostic vital très fortement engagé au début de l’étude. Le vaccin s’est avéré être très bien toléré et fortement immunogène à toutes les doses.

Après ces résultats très encourageants, un essai clinique de phase II est prévu prochainement pour tester l’efficacité du vaccin sur un plus grand nombre de patients. Un formidable espoir pour tous les patients cancéreux !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Medicen Paris Region et Invectys annoncent le succès du projet TelVac pour la recherche d’un candidat vaccin contre le cancer. Invectys. 29 novembre 2016.
– Presentation of the Invectys clinical trial results on cancer patients at the most important worldwide oncology meeting taking place this year in Chicago, USA. Invectys. 24 mai 2017.
– INVAC-1 is a DNA vaccine targeting telomerase. Invectys. Consulté le 28 juin 2017.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.