Blanchir ses dents sans les abîmer, c’est possible ?

Jul 27, 2018 par

A l’heure des réseaux sociaux et des selfies, c’est à celle ou celui qui affichera le sourire le plus blanc ! A ce jour, des solutions de blanchiment existent mais ne sont pas sans risque pour la santé des dents. Et s’il existait une alternative sûre, efficace et nettement moins agressive ? C’est ce que révèle un article publié dans le journal Biomaterials Science & Engineering.

Blanchiment dent

En quoi consiste le blanchiment des dents ?

Très variable d’une personne à l’autre, la couleur naturelle des dents fonce avec l’âge car la couche d’émail chargée de protéger les dents s’amincit en vieillissant et expose ainsi de plus en plus la dentine située sous l’émail et naturellement plus jaunâtre). Les dents prennent alors une teinte jaunâtre ou grisâtre.

Par ailleurs, d’autres facteurs peuvent également expliquer le changement de couleur des dents : le tabac dont les composants créent des taches coriaces sur la surface des dents et les aliments colorés comme le café, le thé, le vin rouge, les betteraves etc…

Pour pallier ce problème de jaunissement des dents, beaucoup de personnes se tournent vers la solution du blanchiment. Deux options existent :

  • Le blanchiment à domicile réalisé avec des produits vendus sans ordonnance,
  • Le blanchiment professionnel réalisé en cabinet dentaire.

L’agent de blanchiment le plus fréquemment utilisé est le peroxyde d’hydrogène qui capture les électrons des molécules pigmentées responsables de la coloration des dents.

À savoir ! Le peroxyde d’hydrogène ou eau oxygénée, est capable « d’attaquer » les molécules foncées qui se sont accumulées sur l’émail et la dentine des dents afin de les briser à l’aide de l’oxygène qu’il contient.

Ce procédé peut être accéléré par une exposition des dents à la lumière bleue. Cependant, le peroxyde d’hydrogène hautement concentré risque de casser l’émail des dents et de causer des problèmes de sensibilité dentaire voire la mort des cellules.

Il est, à ce jour, encore impossible de connaître les effets sur le long terme d’une utilisation répétée des produits blanchissants sur les dents. Très peu d’études ont été menées sur le sujet car le blanchiment dentaire demeure une pratique relativement récente. Autre sujet d’inquiétude : une partie du peroxyde utilisé pour blanchir les dents est avalée et digérée par le patient. Et les risques à long terme d’une ingestion trop importante de peroxyde sont encore inconnus. Il est donc recommandé d’utiliser ces produits avec précaution, sous la supervision d’un dentiste, et d’éviter de faire des blanchiments trop régulièrement.

À savoir ! Le blanchiment dentaire est formellement contre-indiqué chez les femmes enceintes ou allaitantes car le peroxyde peut traverser la barrière placentaire, affecter le fœtus et se retrouver dans le lait maternel. Il est également contre-indiqué chez les enfants de moins de 12 ans ou dont l’éruption des dents permanentes n’est pas encore achevée.

Dans ce contexte, une équipe de chercheurs a voulu voir si un composé différent de ceux existants pouvait être moins agressif tout en constituant une alternative aussi efficace.

Une alternative moins agressive

Cette étude, récemment publiée dans le journal ACS Biomaterials Science & Engineering, a eu pour objectif d’évaluer l’efficacité d’un autre composé : le dioxyde de titane.

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont procédé à la transformation de nanoparticules de dioxyde de titane en les complexant avec de la polydopamine afin qu’elles puissent être activées par la lumière bleue. Dans l’expérience de validation du concept, les nanoparticules de dioxyde de titane/polydopamine ont été uniformément déposées à la surface d’une dent et irradiées de lumière bleue.

Après plusieurs heures de traitement, les scientifiques ont fait le constat suivant :

  • Le niveau de blanchiment était similaire à celui obtenu avec les agents à base de peroxyde d’hydrogène.
  • Aucun dommage significatif sur l’émail à la surface des dents n’a été observé.
  • Le traitement s’est révélé significativement moins cytotoxique que celui au peroxyde d’hydrogène.
  • Le traitement a montré une activité antibactérienne contre certaines bactéries.

Cette nouvelle alternative moins agressive semblerait donc sûre et aussi efficace que les solutions actuelles. De quoi afficher un sourire jusqu’aux oreilles !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– A safe and effective way to whiten teeth. Science Daily. Consulté le 18 juillet 2018.Des chercheurs américains ont développé une nouvelle méthode de blanchiment des dents moins agressive que les techniques existantes.

Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.