Cancer du col de l’utérus, le test HPV après 30 ans

Actualités Cancer Cancers féminins Maladies auto-immunes Maladies infectieuses

Rédigé par Estelle B. et publié le 9 août 2019

Près de 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont répertoriés chaque année en France, un chiffre en recul depuis des années, notamment grâce aux mesures de dépistage organisé. Le dépistage repose principalement sur la réalisation régulière d’un frottis cervico-utérin chez toutes les femmes entre 25 et 65 ans. Récemment, la Haute Autorité de Santé a modifié ses recommandations en matière de dépistage, en particulier pour redéfinir la place du test HPV.

cancer du col de l'utérus

Cancer du col de l’utérus et dépistage organisé

La lutte contre le cancer du col de l’utérus repose sur plusieurs aspects complémentaires :

  • La prévention par la vaccination contre les infections à Papillomavirus humains chez les jeunes filles ;
  • Un programme national de dépistage organisé ;
  • L’amélioration de la prise en charge et des thérapies anticancéreuses.

Le programme national de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus repose sur des recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2010. Il est principalement axé sur la réalisation d’un frottis cervico-utérin tous les 3 ans chez toutes les femmes présentant les caractéristiques suivantes :

  • Agées de 25 à 65 ans ;
  • Vaccinées ou non contre les infections à Papillomavirus humains ;
  • N’ayant pas eu d’hystérectomie totale (ablation de l’utérus) ;
  • Sans symptômes évocateurs.

Lire aussiL’éradication du cancer du col de l’utérus, enfin possible ?

Frottis cervico-utérin ou test HPV ?

Récemment, la HAS a décidé de faire évoluer ses recommandations de dépistage du cancer du col de l’utérus. Si la réalisation du frottis cervico-utérin est maintenue, un autre examen, le test HPV, occupera désormais une place essentielle dans la stratégie de dépistage.

Le test HPV est effectué, comme le frottis cervico-utérin, sur un prélèvement cytologique au niveau du col de l’utérus. Mais sa capacité à détecter des lésions cancéreuses serait selon les études 30 % supérieure à celle du frottis. Désormais, le test HPV sera recommandé en première intention chez les femmes de plus de 30 ans. Si ce test est négatif, l’intervalle entre deux dépistages peut être allongé à 5 ans, au lieu de 3 actuellement. S’il est positif, il sera complété par un frottis cervico-utérin.

Des actions de communication et d’information seront prochainement menées pour faire connaître cette nouvelle recommandation aux professionnels de santé et aux femmes concernées. Elles s’appuieront notamment sur le soutien du collectif « HPV, Maintenant », qui milite depuis plusieurs années en faveur du test HPV.

Lire aussiVers un dépistage organisé du cancer du col de l’utérus

Une alternative en autotest

Parallèlement à l’instauration du test HPV en première intention pour le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus, un autre test fait son apparition, l’autotest HPV. Ce test peut être réalisé à partir d’un prélèvement vaginal effectué par la patiente elle-même. Des kits pourraient ainsi être distribués aux femmes âgées de plus de 30 ans, qui souhaitent effectuer un autotest HPV.

Cette alternative pourrait améliorer le dépistage chez les femmes qui actuellement ne sont pas dépistées ou insuffisamment dépistées. Des études seront prochainement menées pour évaluer l’acceptabilité, l’efficacité et la tolérance de ces autotests dans la population générale.

Cette évolution des recommandations sur le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus a pour objectif que toutes les femmes puissent être suffisamment et efficacement dépistées, afin de faire reculer le cancer du col de l’utérus en France.

Lire aussiDépistage du cancer du col de l’utérus : autotest ou frottis ?

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Dépistage du cancer du col de l’utérus : le test HPV recommandé chez les femmes de plus de 30 ans. HAS. Communiqué de presse. 11 juillet 2019.
– Évaluation de la recherche des papillomavirus humains (HPV) en dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus et de la place du double immuno-marquage p16/Ki67. HAS. 11 juillet 2019.
  • BONJOUR

    J ai un cancer du dol de l’uterus
    tous les irm et scanners sont faits sauf un pour voir si il y a un problème dans les os
    mais il faut attendre un mois pour faire ce scanner

    j’ai eu un curetage il y a un mois et aux résultats de la biopsie ils ont repéré un cancer du col de l’utérus.

    JE DOIS ATTENDRE UN MOIS POUR ETRE OPEREE JE VOUDRAIS SAVOIR SI CELA EST NORMAL ,
    michele.retraitees@gmail.com

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Il est important que vous posiez cette question à l’équipe médicale qui vous suit, votre médecin traitant, votre oncologue, …. Ils connaissent votre dossier et peuvent répondre et expliquer les délais entre chaque examen.

      Reply
  • BONJOUR

    J ai un cancer du dol de l’uterus
    tous les irm et scanners sont faits sauf un pour voir si il y a un problème dans les os
    mais il faut attendre un mois pour faire ce scanner

    j’ai eu un curetage il y a un mois et aux résultats de la biopsie ils ont repéré un cancer du col de l’utérus.

    JE DOIS ATTENDRE UN MOIS POUR ETRE OPEREE JE VOUDRAIS SAVOIR SI CELA EST NORMAL ,
    michele.retraitees@gmail.com

    Reply
  • Un cancer du col de l’utérus, bizarre que les préservatifs sont lubrifiés avec de l’huile minérale qui est “CANCÉROGÈNE” , interdite seulement dans l’alimentation. Ben oui les capotes ne se mangent pas et le lubrifiant n’est pas en contact avec les muqueuses. Ben non, ayons peur des bactéries et vaccinons à tour de bras avec des adjuvants qui donnent la myofasciite et autres joyeusetés!

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Nous vous remercions de votre contribution.
      Bonne journée,
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.