Du nouveau sur la composition du sang…

Feb 17, 2020 par

Les scientifiques du monde entier pensaient tout savoir sur la composition du sang, jusqu’à une récente découverte réalisée par des chercheurs français. Après 7 années de recherche, ils ont découvert dans le plasma des mitochondries, des petits organites habituellement situés dans les cellules. Une version enrichie de la composition du sang.

La composition du sang remise en question

Le sang n’est pas seulement un liquide, mais surtout un tissu très organisé, qui se compose :

  • D’un fluide salé, le plasma, dans lequel sont dissous différentes substances (minéraux, sels, protéines, …) ;
  • Des cellules :
    • Les globules rouges ou hématies, qui, grâce à l’hémoglobine qu’ils contiennent, transportent l’oxygène des poumons vers les cellules et le dioxyde de carbone des cellules vers les poumons ;
    • Les globules blancs ou lymphocytes, qui assurent la défense de l’organisme ;
    • Les plaquettes sanguines, qui sont indispensables à la régulation de la coagulation sanguine.

Cette composition du sang semble établie et reconnue par l’ensemble de la communauté scientifique. Mais une découverte récente pourrait bien bouleverser cet ordre établi.

Des mitochondries hors des cellules

Des chercheurs français ont découvert des organites jusque-là non identifiés dans le sang : des mitochondries, complètes et fonctionnelles. Les mitochondries jouent un rôle capital pour les cellules, car elles sont responsables de la respiration cellulaire et assurent une partie de la fourniture énergétique des cellules. Elles se retrouvent habituellement :

  • Dans les cellules ;
  • Plus rarement, encapsulées dans des microvésicules.

La présence de ces mitochondries à l’extérieur des cellules, directement dans le plasma, n’avait jamais été détectée jusqu’ici. Pourtant, les chercheurs ont mis en évidence des quantités importantes de mitochondries dans le plasma. Cette découverte a été rendue possible par l’utilisation de techniques récentes de détection spécifique et sensible d’ADN dans le sang.

Un intérêt physiologique et peut-être diagnostique !

Au départ, les chercheurs avaient pour objectif de comprendre pourquoi un individu en bonne santé renferme jusqu’à 50 000 fois plus d’ADN mitochondrial (l’ADN contenu dans les mitochondries, et transmis uniquement par la mère) que d’ADN nucléaire (ADN présent dans le noyau et transmis pour moitié par chaque parent).

En recherchant la localisation de cet ADN mitochondrial sur une centaine d’échantillons sanguins, ils ont alors découvert d’importantes quantités de mitochondries dans le plasma. Selon les chercheurs, ces mitochondries pourraient jouer des rôles importants dans :

  • Les réponses immunitaires et inflammatoires ;
  • La communication entre les cellules.

Des études complémentaires sont désormais nécessaires pour comprendre les rôles physiologiques de ces mitochondries du sang, mais aussi évaluer leur intérêt comme biomarqueurs dans le diagnostic prénatal non invasif et le cancer.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Blood contains circulating cell‐free respiratory competent mitochondria. FASEB. Consulté le 20 février 2020.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.