Echantillons de tubes à essai de sang qui sont en pleine coagulation

La coagulation sanguine est un processus essentiel de l’hémostase, qui est l’ensemble des processus physiologiques permettant de stopper un saignement lorsqu’un vaisseau sanguin est lésé. Ces processus complexes mettent en œuvre un grand nombre de substances et sont étroitement régulés dans l’organisme. Cependant, il existe différents dysfonctionnements, temporaires ou définitifs, de la coagulation sanguine, que les spécialistes regroupent sous le terme de troubles de la coagulation.

L’hémostase et la coagulation sanguine

L’hémostase regroupe l’ensemble des mécanismes physiologiques, qui permettent à l’organisme de stopper un saignement, lorsqu’un vaisseau sanguin est lésé. Elle comprend deux processus fondamentaux :

  • La constriction des vaisseaux sanguins, c’est-à-dire la réduction de leur diamètre intérieur pour limiter le saignement ;
  • La coagulation sanguine, qui elle-même repose sur deux phénomènes complémentaires :
    • L’implication des plaquettes sanguines (qui sont des cellules du sang, comme les globules rouges et les globules blancs) ;
    • La mise en œuvre de différents facteurs de coagulation, qui sont des protéines qui agissent en cascade pour induire la formation d’un caillot sanguin.

Dans les conditions physiologiques, les caillots sanguins sont produits, uniquement lorsqu’un vaisseau sanguin est lésé. Ils sont indispensables pour colmater la brèche et stopper le saignement. Les caillots sanguins sont constitués de plaquettes sanguines et de protéines, dont la principale est la fibrine.

La formation d’un caillot sanguin, appelé un thrombus par les spécialistes, suit un certain nombre d’étapes :

  1. L’activation des plaquettes sanguines, qui changent de forme pour pouvoir s’agglutiner entre elles et adhérer à la paroi des vaisseaux sanguins (étape dite de l’hémostase primaire).
  2. La mise en œuvre des facteurs de coagulation, un ensemble de protéines qui interagissent entre elles et avec les plaquettes pour favoriser l’adhésion des plaquettes à la paroi des vaisseaux sanguins et pour former la fibrine (étape dite de l’hémostase secondaire).
  3. La formation d’un réseau de fibrine qui avec les plaquettes sanguines forme le caillot sanguin.
  4. Une fois le saignement stoppé grâce au caillot sanguin, d’autres mécanismes entrent en jeu pour stopper la coagulation sanguine et éviter que des vaisseaux sanguins non lésés ne s’obstruent.

Schéma d'un caillotLa coagulation sanguine est capitale pour l’organisme. Plusieurs examens sanguins permettent d’évaluer cette fonction :

  • Le temps de saignement, la numération des plaquettes (dosage des plaquettes sanguines) et le dosage du facteur de Von Willebrand (un des facteurs de coagulation) pour évaluer l’hémostase primaire ;
  • Le temps de céphaline activé (TCA), le taux de prothrombine (TP), le temps de thrombine et le dosage de différents facteurs de coagulation pour évaluer l’hémostase secondaire.

Certains de ces dosages sont notamment prescrits avant une intervention chirurgicale, dans le cadre de la consultation d’anesthésie, pour s’assurer que la coagulation sanguine du patient est bien contrôlée par l’organisme (bilan de coagulation).