ANSM : la consommation des antalgiques opioïdes a fortement augmenté !

Mar 7, 2019 par

Les antalgiques opioïdes permettent de soulager les douleurs modérées à sévères. En 10 ans, leur consommation a fortement augmenté en France. Or, ils sont responsables d’un nombre élevé et croissant d’overdoses mortelles dans le monde. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce phénomène s’est accru ces dernières années, en raison notamment de l’augmentation de la consommation d’opioïdes dans la prise en charge des douleurs chroniques non cancéreuses.

Antalgique opioïde

Qu’est-ce qu’un antalgique opioïde ?

Les antalgiques opioïdes sont classés selon leur puissance d’action sur les récepteurs cibles. Ainsi, parmi les antalgiques opioïdes faibles se retrouvent la codéine, le tramadol, ou encore la poudre d’opium. Les antalgiques opioïdes forts regroupent la morphine, le fentanyl ou l’oxycodone.

Les opioïdes ont un intérêt majeur et incontestable dans le soulagement des douleurs et restent moins consommés que les antalgiques non-opioïdes (paracétamol, aspirine et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Cependant, la consommation des antalgiques opioïdes présente de réels risques de complications médicales. Cette problématique concerne principalement les personnes qui consomment un antalgique opioïde pour soulager une douleur chronique, et qui en deviennent parfois dépendant.

La place des antalgiques opioïdes en France

D’après les données de l’assurance maladie, près de 10 millions de français ont eu une prescription d’antalgique opioïde en 2015.

Entre 2006 et 2017, le tramadol est l’antalgique le plus consommé en France suivit de la codéine en association et la poudre d’opium associée au paracétamol. Viennent ensuite la morphine, premier antalgique opioïde fort, l’oxycodone dont la consommation est proche de celle de  la morphine, puis le fentanyl transdermique et transmuqueux à action rapide.

Entre 2006 et 2017, la prescription d’opioïdes forts a augmenté d’environ 150 %. L’oxycodone est l’antalgique opioïde marquant la plus forte augmentation.

Les risques liés à l’usage des opioïdes

Entre 2000 et 2015, le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de 1.3 à 3.2 par million d’habitants, avec au moins 4 décès par semaine.

Entre 2000 et 2017, le nombre d’hospitalisations liées à la consommation d’antalgiques opioïdes obtenus sur prescription médicale a augmenté de 15 à 40 hospitalisations pour un million d’habitants.

Les cas de mésusage des opioïdes ont plus que doublé entre 2006 et 2015. Le tramadol serait le premier médicament responsable de ces mésusages, et le premier responsable des décès observés.

En une dizaine d’année, la consommation de ces médicaments a fortement augmenté en France. Les modalités de prise en charge et de surveillance par les prescripteurs, ainsi que l’accès restreint à ces médicaments ont permis d’éviter le pire. Toutefois, il y a une hausse des cas de mésusage, d’intoxications et de décès liés à l’utilisation des antalgiques opioïdes.

« Une prescription d’antalgique opioïde doit systématiquement s’accompagner d’une information au patient sur le traitement et sur son arrêt, et d’une surveillance de ces risques même lorsqu’il est initialement prescrit dans le respect des conditions de l’autorisation de mise sur le marché », rappelle l’ANSM.

Alexana.A, Journaliste Scientifique

– Antalgiques opioïdes : l’ANSM publie un état des lieux de la consommation en France – Point d’Information. ANSM. Consulté le 05 Mars 2019.
Alexana Aloysius
Journaliste scientifique spécialisée en biotechnologie.
Passionnée par le domaine de la santé et les nouvelles technologies du digital.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.