Covid-19 : des anticorps monoclonaux à l’attaque

Mar 16, 2021 par

Dans la lutte contre l’épidémie de la Covid-19, les vaccins ne constituent pas la seule arme disponible. En effet, les chercheurs poursuivent leurs travaux pour mettre au point des traitements efficaces contre la maladie. Parmi les thérapies les plus prometteuses, figurent les anticorps monoclonaux. Après l’arrivée d’un premier anticorps en France fin février 2021, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) vient de valider l’accès à deux bithérapies à base d’anticorps. Explications.

anticorps monoclonaux

Covid-19 et anticorps monoclonaux

Le 22 février 2021, l’ANSM autorisait, sous conditions, l’utilisation d’un nouvel anticorps monoclonal dans le traitement de la Covid-19, le bamlanivimab. Un anticorps monoclonal cible spécifiquement une protéine du virus, permettant sa neutralisation. Quelles sont les conditions retenues pour bénéficier de ce tout nouveau traitement, qui n’a pas encore reçu d’autorisation de mise sur le marché sur le territoire français ? Le Ministère des Solidarités et de la Santé a publié une fiche récapitulative sur ce sujet.

Ce document indique les critères d’éligibilité au traitement par l’anticorps bamlanivimab :

  • Présenter des symptômes caractéristiques de la Covid-19 depuis moins de 5 jours ;
  • Etre testé positif à la Covid-19 ;
  • Ne pas être hospitalisé pour une forme sévère de la maladie ;
  • Etre âgé de plus de 80 ans et présenter une comorbidité sévère (maladie qui augmente fortement le risque de développer une forme grave de la Covid-19) ou quel que soit l’âge présenter un déficit de l’immunité.

De la monothérapie à deux bithérapies

Une liste de situations associées à un déficit de l’immunité est précisée et comporte entre autres la greffe d’organes solides, une chimiothérapie anticancéreuse en cours ou encore les traitements par corticoïdes à forte dose. Si l’accès à cette monothérapie à base d’anticorps monoclonal est étroitement réglementé, il en est de même pour de nouvelles thérapies, qui ont obtenu le 15 mars 2021 des autorisations temporaires d’utilisation par l’ANSM. Ces deux thérapies associent chacune deux anticorps monoclonaux : l’association casirivimab/imdevimab et l’association bamlanivimab/etesevimab.

Tous ces anticorps ciblent une protéine spécifique du SARS-CoV2. Une fois combinée à l’anticorps, la protéine bloque la fixation du virus et sa pénétration dans les cellules humaines. Les études préliminaires suggèrent un intérêt thérapeutique de ces associations d’anticorps :

  • Chez les patients présentant un risque élevé de développer une forme sévère de la Covid-19 ;
  • Si elles sont administrées précocement, dès les premiers stades d’évolution de la maladie.

Une thérapie destinée aux patients les plus fragiles

A ce stade, les bithérapies d’anticorps monoclonaux sont donc réservées aux mêmes personnes que celles ciblées pour le bamlanivimab seul. Ces recommandations pourraient évoluer dans les prochaines semaines, en fonction des données d’efficacité et de tolérance recueillies par les autorités de santé publique. Ces traitements sont administrés par perfusion, en milieu hospitalier, dans les cinq jours qui suivent l’apparition des premiers symptômes de la Covid-19.

Suite à l’arrivée de ces deux bithérapies, les patients répondant aux critères d’éligibilité doivent bénéficier en priorité d’un accès aux associations d’anticorps monoclonaux. L’utilisation du bamlanivimab seul (monothérapie) se limite donc désormais aux seuls cas, où les bithérapies ne sont pas disponibles.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Anticorps monoclonaux : l’ANSM permet l’utilisation en accès précoce de deux bithérapies contre la COVID-19. ansm.sante.fr. Consulté le 16 mars 2021.
– J’ai la COVID-19 : conditions d’éligibilité au traitement par anticorps monoclonaux. solidarites-sante.gouv.fr. Consulté le 16 mars 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.