Hyperthyroïdie infantile : Une incidence en hausse

Actualités Autres maux (enfants)

Rédigé par Deborah L. et publié le 22 décembre 2022

L’hyperthyroïdie désigne un dérèglement provoquant une production excessive d’hormones thyroïdiennes. Chez l’enfant, on parle « d’hyperthyroïdie infantile », mais peu de données épidémiologiques sont disponibles à ce jour. Son incidence serait pourtant en hausse selon une récente étude française sur le sujet.

hyperthyroïdie infantile chez une jeune patiente

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

Touchant 1 à 4 % de la population française, l’hyperthyroïdie correspond à une production excessive d’hormones par la glande thyroïdienne. Ce dérèglement accélère une grande partie des fonctions de l’organisme (rythme cardiaque plus rapide, amaigrissement, anxiété fatigue chronique). L’hyperthyroïdie concerne plus fréquemment les femmes (5 à 10 fois plus de cas que chez les hommes), les personnes âgées de plus de 60 ans et les familles avec antécédents de maladie thyroïdienne. Les femmes ayant récemment accouché peuvent également être touchées de manière transitoire par ce dérèglement au cours de l’année suivant la naissance de leur enfant.

À savoir ! Chez les sujets âgés, on recherche systématiquement une hyperthyroïdie face un amaigrissement inexpliqué, des insomnies, des palpitations ou une fatigue chronique.

Mais l’hyperthyroïdie peut également apparaître chez l’enfant. Dans ce cas, la cause principale de dérèglement est une maladie auto-immune appelée « maladie de Basedow ». Vu la rareté de cette maladie auto-immune, les données épidémiologiques relatives  à l’hyperthyroïdie infantile sont très peu nombreuses. De ce fait, la variabilité de l’incidence d’une région française à l’autre demeure inconnue. D’où l’intérêt d’approfondir les connaissances sur le sujet.

Hausse de l’incidence de l’hyperthyroïdie infantile en France

C’est la réflexion qu’a menée Juliane Léger, endocrinologue pédiatre à l’hôpital parisien Robert Debré. Grâce à ses travaux menés pendant plusieurs années sur la maladie de Basedow chez l’enfant,  elle a ainsi pu analyser les tendances dans le temps et les variations régionales de l’hyperthyroïdie infantile en France. L’objectif ? Identifier d’éventuels facteurs déclenchants environnementaux pouvant expliquer ce dérèglement.

Pour mener à bien ses recherches, la praticienne a donc mis sur pied une étude observationnelle en population s’appuyant sur des données collectées auprès du Système National des Données de Santé. Ces données couvraient l’ensemble du territoire. L’endocrinologue a ensuite individualisé les cas incidents d’hyperthyroïdie traités chez les enfants âgés de 6 mois à 17,9 ans. Des analyses descriptives du taux d’incidence selon le sexe, l’âge et l’année ainsi que le département de résidence ont ensuite été réalisées. Les résultats suivants ont alors pu être observés sur la période allant de 2008 à 2017 :

  • 4734 cas incidents d’hyperthyroïdie identifiés, dont 80% de filles et 20% de garçons.
  • Augmentation de 30,1 % de l’incidence de l’hyperthyroïdie.
  • Augmentation linéaire du taux d’incidence annuel chez les filles et les garçons
  • Augmentation similaire dans toutes les tranches d’âge et dans tous les départements français.

Cette augmentation de l’incidence de l’hyperthyroïdie en France suit la tendance déjà décrite dans d’autres pays comme les pays nordiques. Elle pourrait s’expliquer par des modifications dans les interactions génétiques et environnementales. L’endocrinologue a par ailleurs observé une hétérogénéité marquée du risque d’hyperthyroïdie infantile à travers la France. Cette différence de risque selon le lieu pourrait quant à elle s’expliquer par des facteurs ethniques ou environnementaux localisés. Dans tous les cas, ces premières conclusions nécessitent de plus amples recherches pour faire toute la lumière sur le sujet !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Spatiotemporal variation of childhood hyperthyroidism: a 10-year nationwide study. pubmed.ncbi.nlm.nih.gov. Consulté le 12 décembre 2022.
– Comprendre l’hyperthyroïdie. ameli.fr. Consulté le 12 décembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *