Vigilance sur l’Implant contraceptif Nexplanon

Actualités Contraception

Rédigé par Julie P. et publié le 15 janvier 2020

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) recommande à tous les professionnels de santé à la vigilance sur l’implantation du contraceptif Nexplanon.  De nouveaux cas de migration de ce contraceptif dans les vaisseaux sanguins et dans le thorax ont été enregistrés récemment. Pour éviter les lésions neurovasculaires tout un ensemble de précautions sont à mettre en place.

contraception-implant

Informer les professionnels de santé

Suite à une procédure d’arbitrage européen lancée en juillet 2019 par l’ANSM, il a été décidé de renforcer les mesures de réduction de ce risque de migration en informant davantage les professionnels de santé et les porteuses de l’implant.

En février 2019, deux enquêtes de pharmacovigilance portant sur le risque de migration dans l’artère pulmonaire et de lésions neuro-vasculaires ont montré que le nombre de signalements de migration dans l’artère pulmonaire en 2017 était d’environ 3,17 pour 100 000 insertions. Au total, depuis mai 2001, trente cas de migration d’implants Nexplanon dans l’artère pulmonaire ont été signalés à l’ANSM.

À savoir ! Le Nexplanon est un médicament contraceptif contenant l’hormone étonogestrel et se présentant sous la forme d’un petit bâtonnet de 4 centimètres de long inséré juste sous la peau à la face interne du bras non dominant. Chaque année, environ 200 000 femmes ont recours à Nexplanon, seul implant contraceptif commercialisé en France. Il est particulièrement utilisé chez les femmes âgées de 20 à 24 ans et son action dure trois années.

Dans les mois à venir, un courrier sera adressé aux professionnels pour rappeler l’existence d’un risque de lésions neuro-vasculaires au niveau du site d’insertion et de migration de l’implant dans l’artère pulmonaire. Les modalités de pose ou de retrait de l’implant seront également communiquées.

Par ailleurs, l’ANSM recommande aux professionnels de santé de se former, de manière pratique, à la pose de ces implants.

Lire aussiPilule contraceptive masculine: où en est la recherche ?

Mieux conseiller les femmes porteuses de l’implant

Lors de la pose de l’implant, les femmes recevront une carte patiente complémentaire à la notice. Cette carte leur proposera de vérifier, par palpation, une à deux fois par mois, la présence de l’implant et de contacter immédiatement leur médecin ou leur sage-femme si elles ne le détectent plus au toucher.

Aujourd’hui, la cause exacte de ces migrations n’est pas identifiée. Une des causes pourrait être une insertion trop profonde au moment de la pose ou une migration de l’implant suite à un choc ou à la répétition de certains mouvements. Par ailleurs, l’ANSM précise qu’une “particularité anatomique n’est pas non plus exclue”.

L’ANSM maintient une surveillance accrue de l’implant Nexplanon tout en incitant les professionnels de santé et les femmes à signaler tout effet indésirable suspecté auprès de leur Centre Régional de Pharmacovigilance accessible sur le portail des vigilances : www.signalement-sante.gouv.fr.

Lire aussiUne pilule contraceptive mensuelle à l’essai

Julie P., Journaliste scientifique

– Implant contraceptif Nexplanon : renforcement des mesures de réduction du risque de migration notamment dans l’artère pulmonaire – Point d’information. ANSM. Consulté le 03 janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.