Infection urinaire et efficacité de la canneberge

Actualités Conseils nutrition Douleur Gynécologie Santé naturelle Urologie / Néphro

Rédigé par Estelle B., publié le 27 février 2018 et mis à jour le 4 août 2022

Près de la moitié des femmes développent une infection urinaire au cours de leur vie. Si cette infection prend le plus souvent la forme d’une bénigne cystite, elle n’en reste pas moins un épisode très désagréable. La canneberge, jolie baie rouge au goût acidulé, est souvent vantée pour ses propriétés contre l’infection urinaire (cystite). Mais qu’en est-il réellement ? Santé Sur le Net fait le point.

Infection urinaire et canneberge

Infection urinaire et canneberge

Les infections urinaires surviennent plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes, en raison de l’anatomie des appareils digestif et urinaire. En effet, l’agent pathogène en cause provient généralement de l’appareil digestif et remonte par les voies urinaires vers la vessie.

Le plus souvent, s’ensuit un épisode assez désagréable de cystite, avec l’apparition plus ou moins soudaine de :

  • Brûlures ou de douleurs lors des mictions ;
  • Sensation de pesanteur dans le bas du ventre ;
  • Envie impérieuse d’uriner ;
  • Envie fréquente d’uriner sans émettre de grandes quantités d’urines ;
  • Urines troubles, d’odeur fétide ou encore présentant des traces de sang.

Dans certains cas, la cystite aiguë passe inaperçue et une infection urinaire haute, une pyélonéphrite, peut se développer. Si les cystites aiguës sont fréquentes, certaines femmes sont particulièrement exposées et présentent de nombreuses récidives. Prévenir ces infections urinaires constitue pour elles un enjeu important de santé, en raison des désagréments occasionnés par l’infection.

 

Des études scientifiques controversées sur l’efficacité de la canneberge

Parmi les options possibles pour prévenir les infections urinaires, la canneberge est souvent présentée comme la meilleure option de phytothérapie, voire une alternative à l’antibiothérapie. Mais qu’en est-il réellement ? Les études scientifiques ont-elles prouvé l’efficacité de cette baie à réduire le risque de récidive de cystite ?

En 2014, l’ANSES indiquait qu’il n’y avait aucune confirmation de l’effet préventif de la canneberge sur l’infection urinaire.

En effet, si des études ont bel et bien été réalisées sur l’effet de la canneberge et révèlent que les extraits de canneberge peuvent réduire l’adhésion des bactéries responsables de cystite sur la paroi vésicale, ces études restent insuffisantes en termes de méthodologie pour apporter la preuve d’un effet préventif. Les experts pointent du doigt des études cliniques menées sur un trop faible échantillon de participants ou conduites sans contrôle contre placebo.

Intérêt de la canneberge face aux infections urinaires

Pourtant, la canneberge est aujourd’hui régulièrement proposée aux femmes en prévention des cystites récidivantes, à la dose de 36 mg par jour de proanthocyanidine, la substance supposée active dans canneberge. Et pour cause, depuis 2014, de nouvelles études ont réaffirmé l’intérêt de la canneberge dans la prévention des cystites récidivantes.

En 2020, une nouvelle revue de littérature confirme ainsi cet intérêt, tout en soulignant les mécanismes qui restent à éclaircir :

  • Le ou les composés qui possèdent des propriétés contre les infections urinaires, la proanthocyanidine pourrait ne pas être la seule substance active ;
  • Les mécanismes d’action de la canneberge dans l’infection urinaire, la réduction de l’adhésion des bactéries à la paroi vésicale n’apparaissant pas comme le seul et unique mécanisme impliqué.

Mais à ce jour, l’ANSES n’a pas confirmé que cet intérêt était scientifiquement démontré. La canneberge reste aujourd’hui une plante largement utilisée dans la prévention des infections urinaires récidivantes, même si du chemin reste à parcourir pour démontrer scientifiquement son efficacité. D’autres alternatives sont par ailleurs très étudiées, comme l’utilisation des probiotiques.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Canneberge et infections urinaires. anses.fr. Consulté le 1er août 2022.
– Cystite (infection urinaire) : symptômes et causes. lien.source.fr. Consulté le 1er août 2022.
– Cranberry Polyphenols and Prevention against Urinary Tract Infections: Relevant Considerations. ncbi.nlm.nih.gov. Consulté le 1er août 2022.
  • Bernard Marie france says:

    Je fais de la rétention urinaire chronique et j ai très souvent des infections urinaire es normal et si je bois du jus de canne berge es que j aurais moins d infections urinaires et de autosondage

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Il ne me paraît pas anormal d’avoir plus souvent des infections urinaires en cas de rétention ! Boire du jus de canneberge pourrait être intéressant, car la canneberge permet d’empêcher l’adhésion des bactéries à la paroi de la vessie. Et surtout, il est conseillé de bien s’hydrater. En revanche, cette mesure ne permet pas de régler votre problème de rétention urinaire, et donc d’auto-sondage.
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour Marguerite,

      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Etant donné votre antécédent particulier, et n’ayant pas connaissance de l’ensemble de votre dossier, nous préférons vous conseiller d’en parler avec votre médecin ou pharmacien afin de vous répondre de manière spécifique.

      Nous vous souhaitons une très bonne journée !
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
  • charles christiane says:

    j’ai une descente d’organes et je fais des infections urinaires a rèpétition c’est normal ?

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.