Le lien entre traitement de la ménopause et cancer du sein

Sep 24, 2019 par

En France, près de 10 millions de femmes sont ménopausées et 20 % d’entre elles prennent un traitement hormonal de substitution (THS) pour limiter les effets de la ménopause. Parallèlement, près de 60 000 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués chaque année. Existe-t-il un lien entre le THS et le cancer du sein ? La plus grande méta-analyse jamais menée sur cette question vient d’être publiée.

menopause-traitement-cancer-sein

Traitement hormonal de substitution et cancer du sein

Le Traitement Hormonal de Substitution (THS) peut être prescrit aux femmes ménopausées, pour soulager les effets de la ménopause, comme les bouffées de chaleur ou la sécheresse vaginale. Néanmoins, des études scientifiques ont suggéré que ce traitement pouvait augmenter le risque de cancer du sein.

Afin de confirmer ou non l’existence d’un lien entre le THS et le cancer du sein, des chercheurs britanniques ont récemment mené la plus grande méta-analyse jamais réalisée sur ce sujet. Au total, 24 études prospectives ont été prises en compte, ayant porté sur les données de 108 647 femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein. Les résultats de cette méta-analyse viennent d’être publiés dans la revue scientifique The Lancet.

Un lien confirmé entre THS et cancer du sein

L’analyse des données de l’ensemble des études a permis de montrer que tous les types de traitements hormonaux de substitution (THS) étaient significativement associés à une augmentation du risque de cancer du sein, sauf les œstrogènes administrés par voie vaginale.

Plus précisément, plus le THS était prescrit sur une longue durée, plus le risque de cancer du sein était élevé. De même, le risque était supérieur dans le cas des traitements à base d’œstrogènes avec une prise quotidienne de progestérone, par rapport à une prise intermittente.

En pratique, le sur-risque de cancer du sein pour une femme actuellement sous THS depuis 1 à 4 ans serait de 60 % avec un THS à base d’œstrogènes et de progestérone, par rapport aux femmes ménopausées ne prenant aucun THS.

Un million de cancers du sein liés au THS depuis 1990

Les chercheurs ont également déterminé le risque absolu de cancer du sein pour les femmes des pays développés, âgées de 50 à 69 ans, de poids corporel moyen, en fonction de leur traitement hormonal de substitution (THS) :

  • Un risque estimé à 1 sur 50 utilisatrices pour les THS à base d’œstrogènes et de progestérone à prise quotidienne ;
  • Un risque estimé à 1 sur 70 utilisatrices pour les THS à base d’œstrogènes et de progestérone à prise intermittente ;
  • Un risque estimé à 1 sur 200 utilisatrices pour les THS à base d’œstrogènes uniquement.

Cette méta-analyse de grande ampleur confirme l’existence d’un lien entre le THS et le cancer du sein. Les auteurs concluent que, depuis 1990, sur les 20 millions de cancer du sein recensés dans les pays développés, 1 million serait directement associé au THS. De tels résultats viennent assombrir le rapport bénéfice sur risque du traitement hormonal de la ménopause.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Type and timing of menopausal hormone therapy and breast cancer risk: individual participant meta-analysis of the worldwide epidemiological evidence. Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. 2019. Lancet. doi: 10.1016/S0140-6736(19)31709-X Lancet. Consulté le 22 septembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.