Leucoplasie


Rédigé par Charline D. et publié le 2 décembre 2019

Douleur de la gorge chez un homme à cause de leucoplasie

Une leucoplasie désigne la survenue de tâches ou plaques blanchâtres au niveau des muqueuses buccales, voire vaginales. L’origine de ces lésions est souvent liée à la consommation de tabac. Elles peuvent aussi être d’origine inconnue, on parle alors de leucoplasie idiopathique. Bien que généralement bénignes, les leucoplasies buccales sont considérées comme les affections potentiellement malignes les plus fréquentes. Un suivi médical régulier est mis en place afin de détecter précocement une éventuelle évolution cancéreuse. Le sevrage tabagique est incontournable.

Définition et symptômes

Femme afro-américaine fumant de la marijuana dans sa maison pour le leucoplasieQu’est-ce qu’une leucoplasie ?

Une leucoplasie désigne la formation d’une zone anormale blanche ou grisâtre, non détachable, le plus souvent dans la bouche (sur la langue, l’intérieur de la joue, les gencives ou le plancher de la bouche), et qui n’est pas liée à une maladie connue ou un traumatisme.

Dans de nombreux cas, les lésions observées sont la conséquence du tabagisme. Parfois, l’origine est inconnue. Il existe aussi des cas particuliers, notamment la leucoplasie dite « orale chevelue » qui est associée à une infection virale (virus Epstein-Barr ou virus Herpès).

Certains facteurs sont connus pour augmenter la probabilité de survenue d’une leucoplasie :

  • Une consommation importante de tabac ;
  • L’usage du tabac à mâcher ;
  • Une consommation excessive d’alcool.

La prévalence des leucoplasies est estimée entre 1 et 11% dans le monde. En Europe, elle serait inférieure à 4%. Les hommes sont plus concernés que les femmes, et les fumeurs plus que les non fumeurs. Ainsi, un fumeur a près de six fois plus de risque de développer une leucoplasie qu’un individu qui ne fume pas.

Quels symptômes ?

L’unique symptôme d’une b est l’apparition d’une tache blanche dans la bouche (ou moins souvent sur la vulve) qui ne disparaît pas en grattant.

Cependant, on distingue les leucoplasies :

  • Homogènes lorsque la plaque est blanche, lisse ou parquetée, souple, sans induration et indolore. Elle est généralement découverte fortuitement ;
  • Inhomogènes quand la surface des plaques prend un aspect irrégulier, voire verruqueux et quelles sont associées à des plaques rouges, des nodules ou des lésions ulcérées. Ce type de leucoplasie est à risque élevé de cancérisation.

L’évolution des leucoplasies buccales est imprévisible, et elle dépend de beaucoup de paramètres.

Ainsi, une leucoplasie idiopathique (autrement dit d’origine inconnue) peut régresser spontanément, sans raison apparente. Tout comme elle peut également s’étendre ou se modifier. Le risque de transformation maligne est estimé entre 0,1% et 17%, selon les études. A noter que la présence d’un alcoolisme associé au tabagisme, accentue la probabilité d’apparition d’un cancer.

L’apparition d’une douleur, d’une adénopathie (gonflement d’un ganglion), d’une induration, d’une modification de la lésion (texture, aspect, relief ou étendue) laisse entrevoir une transformation cancéreuse de la lésion, et impose des examens médicaux approfondis.

 

Diagnostic et traitement

Homme et femme médecins faisant des expériences scientifiques en laboratoire pour le leucoplasieQuel diagnostic ?

Le diagnostic d’une leucoplasie est clinique. Il est évoqué lorsque toutes les autres causes de lésions blanches ont été écartées. Il s’agit donc d’un diagnostic par élimination. En plus du facteur étiologique (le tabac), de l’absence de symptôme et de l’ancienneté des lésions, d’autres paramètres sont pris en compte :

  • La topographie des lésions. Bien que l’intégralité de la muqueuse buccale puisse être concernée, les lèvres, le palais, la langue, le plancher buccal, les joues et la gencive sont plus fréquemment touchées ;
  • La morphologie des lésions. En effet, la lésion peut se présenter sous la forme d’une plaque (lésion surélevée étendue), d’une papule (lésion surélevée peu étendue), d’une macule (lésion plane peu étendue), d’une plage (lésion plane étendue) ou d’une excroissance (lésion avec protubérance) ;
  • La distribution des lésions, à savoir si elles sont isolées ou associées ;
  • Le degré d’inhomogénéité qui est essentiel, car il détermine le pronostic et le traitement à mettre en place. On parle de plaque homogène lorsqu’aucune variation n’existe à propos de sa couleur et de son épaisseur. La plaque est dite inhomogène lorsqu’elle présente des zones d’épaisseur différente ou si la partie blanchâtre est associée à un érythème, une érosion (perte de substance superficielle) ou une ulcération (perte de substance profonde). Les leucoplasies inhomogènes sont de moins bon pronostic, car elles comportent un risque élevé de cancérisation ;
  • La présence d’une induration (durcissement de la muqueuse). La présence de cet élément est de moins bon pronostic.

Au moindre doute, une biopsie (analyse d’un échantillon de la lésion) est effectuée. Ses indications sont :

  • Les leucoplasies idiopathiques ;
  • Les leucoplasies homogènes d’origine tabagiques avec des lésions de plus de 3 centimètres ou ne régressant pas malgré le sevrage ;
  • Les leucoplasies inhomogènes ;
  • Les modifications cliniques entre deux consultations.

Quel traitement d’une leucoplasie ?

La prise en charge d’une leucoplasie repose sur plusieurs éléments.

Le premier est le sevrage tabagique. Tous les cancérologues sont unanimes sur ce point, l’arrêt du tabac augmente les chances de réversibilités des leucoplasies. L’arrêt de la consommation d’alcool, lorsqu’elle existe en complément, doit également être envisagé.

Un suivi clinique régulier est mis en place. Ce dernier doit être très précis, le médecin prend note des caractéristiques de la lésion initiale afin de pouvoir détecter toute modification de la leucoplasie. Toute modification des lésions entre deux consultations justifie l’analyse d’un échantillon de la lésion par biopsie.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Etats précancéreux de la bouche. Société canadienne du cancer. Consulté le 25 octobre 2019.
– Leucoplasie. Larousse. Consulté le 25 octobre 2019.
– Les leucoplasies buccales : des lésions potentiellement malignes. Dr Moreau N, Vaucard E, Dr Ejeil A-L, Dr Gaultier F et Dr Dridi S-M. Research Gate. Consulté le 27 octobre 2019.