dysbioseLe terme dysbiose, ou dysbiose intestinale, désigne un déséquilibre au niveau de la microflore intestinale. Elle résulte de modifications dans la composition de la flore bactérienne, et peut être associée à un certain nombre de maladies.

Définition : Dysbiose

Chez tout individu en bonne santé, la flore microbienne, également appelée « microbiote », est constituée d’un ensemble de micro-organismes, bactéries, champignons et virus qui vivent en parfaite harmonie selon un système bien structuré. Il correspond donc à l’ensemble des micro-organismes qui ont colonisé le corps et avec lesquels tout être humain cohabite.  La composition du microbiote varie selon la partie du corps concernée. On différencie alors le microbiote cutané, le microbiote vaginal, le microbiote urinaire, le microbiote respiratoire, le microbiote ORL et le microbiote intestinal qui est de loin le plus important avec près de 100 000 milliards de germes.

À savoir ! On parle de symbiose pour décrire la relation harmonieuse entre les bactéries présentes et l’intestin de l’individu.

Grâce aux nouvelles techniques d’identification (basées sur l’ADN) des micro-organismes de l’intestin, on estime que des centaines d’espèces de bactéries différentes composent la flore intestinale. Le côlon, ou gros intestin, présenterait jusqu’à 10 000 milliards de bactéries, soit autant que le nombre de cellules constituant le corps. Quelques bactéries, potentiellement dangereuses, peuvent être présentes, mais en trop faible quantité pour déclencher une pathologie. Enfin, on trouve également quelques levures, champignons, voire des parasites. Le microbiote intestinal est une véritable signature. En effet, seule une soixantaine d’espèces sont présentes chez 50% des individus d’une même zone géographique. Le microbiote serait lié, au moins en partie, aux habitudes alimentaires de chacun.

Divers éléments peuvent venir perturber cet équilibre :

  • Des médicaments (notamment les antibiotiques) ;
  • Des infections virales, bactériennes et parasitaires ;
  • Un déficit immunitaire ;
  • Diverses pathologies ;
  • Un changement brutal d’environnement ou d’alimentation ;
  • Le stress.

L’ensemble de ces facteurs peut être à l’origine d’une modification du microbiote de manière plus ou moins durable. Ainsi, les bactéries néfastes, appelées « pathobiontes » peuvent dominer et les bactéries protectrices se faire plus rares.

À savoir ! A ce jour, les chercheurs ignorent encore si la dysbiose est une cause ou une conséquence de certaines maladies. L’hypothèse la plus probable reste celle que la dysbiose serait influencée par des facteurs environnementaux et génétiques, mais interviendrait également dans l’apparition et la sévérité de certaines pathologies.

Symptômes

Une dysbiose intestinale peut se traduire par différents symptômes :

  • Des reflux gastro-oesophagien ;
  • Une mauvaise haleine ;
  • Des troubles psychiques (fatigue, maux de tête, anxiété, insomnie, envie de sucre, dépression, etc.) ;
  • De l’acné, voire psoriasis ;
  • Des allergies (cutanés, alimentaire ou asthme) ;
  • Cystite, vulvo-vaginite chez les femmes ;
  • Perte de libido ;
  • Syndrome prémenstruel, endométriose ;
  • Infertilité masculine ;
  • Etc.

Ces symptômes peuvent être associés à des pathologies comme la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, une thyroïdite, etc.

Traitement

Pour rééquilibrer la flore intestinale, il faut favoriser la présence des micro-organismes protecteurs par l’utilisation de probiotiques, prébiotiques et symbiotiques.

Il est conseillé, en parallèle, d’adopter une bonne hygiène alimentaire en consommant plus d’aliments riches en fibres et fermentés.

Dans les cas les plus sévères, la transplantation fécale peut être proposée.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Dysbiose. Biocodex. Consulté le 13 août 2018.