Ulcère gastroduodénal

15 janvier 2020 par

ulcere-gastroduodenal

Un ulcère gastroduodénal est une plaie profonde au niveau de la paroi interne de l’estomac ou du duodénum, la première partie de l’intestin. Cette affection très fréquente résulte de l’inflammation chronique de cette paroi favorisée par la présence d’une bactérie appelée Helicobacter pylori ou la prise de certains médicaments (les anti-inflammatoires). Chaque année, 90 000 nouveaux cas d’ulcères sont diagnostiqués. On estime que près de 0,2% de la population adulte serait concerné par l’ulcère gastroduodénal.

Définition et symptômes de l’ulcère gastroduodénal

Qu’est-ce qu’un ulcère gastroduodénal ?

Un ulcère gastroduodénal est caractérisé par une perte de substance importante de la muqueuse gastrique ou duodénale. En effet, l’ulcère peut affecter l’estomac, on parle d’ulcère gastrique, ou le duodénum, et dans ce cas, on parle d’ulcère duodénal.

Un ulcère peut survenir à n’importe quel âge, et sa taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. L’ulcère gastroduodénal est très fréquent. Il concerne 10% de la population. L’ulcère duodénal est le plus répandu, il affecte plus volontiers les hommes, et ne présente aucun risque de cancérisation. L’ulcère gastrique, plus rare, touche aussi bien les hommes que les femmes. 3% d’entre eux évoluent en cancer.

La principale cause d’ulcère gastroduodénal est la bactérie Helicobacter pylori. Sa présence entraîne notamment une sécrétion excessive d’acide chlorhydrique au niveau de l’estomac, ce qui favorise l’ulcération de la muqueuse. La bactérie est impliquée dans 50 à 70% des ulcères duodénaux, et dans 30 à 50% des ulcères gastriques.

La prise de certains médicaments, les anti-inflammatoires (ou AINS) sont responsables de plus de 50% des ulcères gastroduodénaux.

Beaucoup plus rarement, la présence d’une tumeur pancréatique ou duodénale, appelée gastrinome, peut engendrer un ulcère en entraînant une production excessive d’acide. Les symptômes des ulcères malins sont les mêmes que pour les ulcères bénins, sauf que les ulcères cancéreux ne répondent pas aux traitements des ulcères non cancéreux.

À savoir ! Le tabac et le stress favorisent la survenue ou la mauvaise cicatrisation d’un ulcère gastroduodénal. Chez les fumeurs, les ulcères guérissent plus lentement et sont susceptibles de récidiver.

Enfin, chez 50 voire 60% des enfants souffrant d’ulcères duodénaux, il existe des antécédents familiaux.

Quels symptômes ?

ulcere-symptome
Les symptômes d’un ulcère gastroduodénal peuvent varier d’un individu à un autre, selon son âge et la localisation de l’ulcère. En effet, les manifestations de l’affection peuvent différer entre les enfants, les personnes âgées ou pour les ulcères d’origine médicamenteuse. Il arrive aussi qu’un ulcère soit totalement asymptomatique, et ne soit découvert que lorsque des complications surviennent ou à l’occasion d’une endoscopie digestive pratiquée pour un autre motif.

Le symptôme le plus fréquent de l’ulcère gastroduodénal est une douleur légère à modérée localisée en dessous du sternum. La douleur peut être : lancinante, brûlante ou sourde. Certains patients décrivent une sensation de faim. La douleur est généralement apaisée par la prise d’aliments ou d’antiacides.

À savoir ! La douleur de l’ulcère peut se manifester pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines puis diminuer ou disparaître, et ne se manifester que lorsque l’ulcère réapparaît

En cas d’ulcère duodénal, les symptômes sont semblables. La douleur n’est généralement pas présente dès le réveil, mais survient au cours de la matinée. La prise d’aliments ou d’antiacides calme les douleurs qui réapparaissent 2 à 3 heures plus tard. La douleur peut réveiller le patient dans la nuit. Elle est présente une à deux fois par jour pendant quelques jours ou quelques semaines, et peut disparaître sans traitement. Cependant, les récidives sont fréquentes, la douleur peut survenir de nouveau dans les années qui suivent.

Les manifestations des ulcères gastriques, des ulcères marginaux (se développant suite à une intervention chirurgicale sur l’estomac) et des ulcères de stress sont très variées. Il n’existe aucun cas typique. La consommation d’aliments peut aussi bien calmer que provoquer la douleur. L’ulcère peut aussi provoquer des éructations, des nausées ou des vomissements après les repas.

Complications, Diagnostic et traitement de l’ulcère gastroduodénal

Quelles complications ?

Peu importe sa localisation, un ulcère gastroduodénal évolue toujours vers la chronicité, par poussées successives tant que Helicobacter pylori n’est pas éradiqué.

Avec un traitement adapté, la majorité des ulcères gastroduodénaux guérissent sans complication.

Dans de rares cas, ils peuvent entraîner :

  • Des saignements. L’hémorragie est le type de complication le plus fréquent, même en l’absence de douleurs. Elle se traduit par des vomissements de sang rouge ou brunâtre ou l’émission de selles noires. La perte de sang peut aussi provoquer une faiblesse, une hypotension, des sueurs, une soif et des malaises ;
  • Une pénétration des couches musculaires de la muqueuse pour atteindre les organes sous-jacents (pancréas ou foie). Les douleurs sont alors importantes, et elles s’intensifient en cas de changement de position ;
  • Une perforation intestinale lorsque l’ulcère traverse la paroi digestive en créant une ouverture dans la cavité abdominale. La douleur s’amplifie en cas de changement de position ou de respiration profonde. C’est une urgence qui nécessite une intervention chirurgicale rapide associée à une antibiothérapie par voie intraveineuse ;
  • Une occlusion ou obstruction lorsque le canal entre l’estomac et le duodénum se trouve compressé à cause de l’œdème engendré par l’ulcère. Elle se traduit par des vomissements répétés ;
  • Un cancer. En effet, les patients atteints d’ulcères liés à la présence d’Helicobacter pylori ont jusqu’à 6 fois plus de risque de développer un cancer de l’estomac.

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’un ulcère gastroduodénal est confirmé grâce à une endoscopie oeso-gastro-duodénale. Cet examen permet de visualiser l’ulcère, de préciser son origine et d’effectuer des prélèvements dont l’analyse sert à écarter le cancer et à rechercher la présence d’Helicobacter pylori. L’endoscopie est réalisée à jeun et sous anesthésie locale ou générale à l’aide d’un endoscope (tube souple muni d’une caméra et d’une lampe).

Quel traitement ?

ulcere-traitement
Le traitement des ulcères gastroduodénaux est médicamenteux, cependant il varie selon l’implication ou non du germe Helicobacter pylori.

Lorsque la bactérie est en cause, le traitement repose sur l’association de deux antibiotiques pour l’éradication de la bactérie et d’un anti sécrétoire pour diminuer l’acidité de l’estomac. Il dure entre 7 et 14 jours.

Lorsque la bactérie n’est pas en cause, le traitement repose sur la prise d’anti sécrétoires pendant 2 voire 4 semaines.

La consommation de tabac ou d’anti-inflammatoires (dont l’aspirine) est interdite.

Devant l’efficacité des traitements médicamenteux, les interventions chirurgicales sont devenues rares. Elles sont réservées aux complications ou, plus rarement, aux symptômes ne répondant pas au traitement médicamenteux.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Ulcère de l’estomac ou du duodénum. AMELIE. Consulté le 15 janvier 2020.
– Ulcère gastroduodénal.LAROUSSE. Consulté le 15 janvier 2020.
– Ulcère gastroduodénal. LE MANUEL MSD. Consulté le 15 janvier 2020.
– Ulcère gastroduodénal. LE MANUEL MSD. Consulté le 15 janvier 2020.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.