Maladie du charbon


Rédigé par Florence D-L. et publié le 4 novembre 2021

Maladie du charbon bactérie

La maladie du charbon est une zoonose, également nommée fièvre charbonneuse, ou anthrax en anglais. Il s’agit d’une maladie infectieuse aiguë bactérienne très ancienne à tropisme animal et parfois humain. La bactérie en cause est Bacillus anthracis. Elle constitue également une arme bactériologique ayant déjà été utilisée dans le cadre du bioterrorisme.

Définition et symptômes

Qu’est-ce que la maladie du charbon ?

La maladie du charbon est une maladie infectieuse bactérienne aiguë due à la bactérie Bacillus anthracis. C’est une anthropozoonose, c’est-à-dire une maladie présente à la fois chez l’homme et l’animal. Elle est néanmoins préférentiellement à tropisme animal. La contamination des êtres humains reste extrêmement rare et accidentelle. Ainsi, moins de 10 cas ont été déclarés en France depuis 2000. Sept cas humains, tous cutanés, ont été déclarés en France entre 2001 et 2018.

La maladie du charbon est présente dans le monde entier. Elle touche des animaux aussi bien domestiques que sauvages, essentiellement herbivores, présents dans les élevages et pâturages (principalement bovins, caprins, ovins). Les animaux carnivores peuvent également être atteints même si cela reste plus rare.

La maladie du charbon est une zoonose. Elle se transmet de l’animal vertébré à l’homme et de l’homme à l’animal. La maladie apparait périodiquement sous forme de cas isolés ou sporadiques.

Il s’agit d’une une maladie très ancienne. Elle est revenue sur le devant de la scène en 2001, lorsque plusieurs hommes politiques américains ont reçu des enveloppes contaminées. En effet, la bactérie responsable de la maladie du charbon est non seulement un agent infectieux mais également une arme bactériologique ayant été utilisée à plusieurs reprises à des fins de bioterrorisme.

À savoir ! La maladie du charbon est aussi appelée anthrax en anglais. Attention ! En français, l’anthrax désigne une autre infection, liée à une bactérie de type staphylocoque.

Quels en sont les symptômes ?

De façon générale, la maladie est très souvent fatale, avec une mortalité soudaine et rapide chez les cheptels infectées. Elle se présente chez l’animal par un syndrome fébrile parfois majeur, avec des symptômes généraux, hémorragiques, digestifs, urinaires. La mort survient parfois brutalement, en l’absence de traitement.

Main avec la maladie du charbon

Chez l’homme, il existe trois formes de la maladie en fonction du mode de contamination :

  • La forme cutanée : c’est la forme prédominante (90 à 95% des cas). La bactérie pénètre dans l’organisme par voie cutanée, par exemple via une plaie sous-jacente, et entraine une lésion papuleuse qui devient ulcérée puis nécrotique noire donnant son nom à la maladie. En l’absence de traitement, la maladie du charbon dans sa forme cutanée est létale dans 20% des cas ; versus < 1% avec un traitement adapté.
  • La forme intestinale : cette fois-ci la bactérie est contaminante via l’alimentation. La symptomatologie est d’ordre digestive (nausées, vomissements, perte d’appétit, diarrhées, douleurs abdominales…) et peut s’accompagner de fièvre, voire évoluer vers une septicémie avec diarrhée sanglante. La létalité est plus élevée, entre 25 et 60% des cas ;
  • La forme respiratoire : c’est sans conteste la forme la plus grave, avec 80 à 100% de décès en l’absence de traitement précoce. La contamination de la bactérie se fait par voie inhalée. Les symptômes dans un premier temps s’apparentent à un syndrome infectieux, pour évoluer vers un syndrome de détresse respiratoire aiguë avec sepsis sévère. Parfois se développe une forme méningée hémorragique. La germination des spores libère des toxines entrainant hémorragies, oedèmes et nécrose des tissus.

À savoir ! La transmission de la maladie du charbon par voie injectable chez les personnes toxicomanes est une 4ème voie possible de contamination chez l’homme mais elle reste exceptionnelle.

Causes

La maladie du charbon est due à une bactérie appelée Bacillus anthracis. Voici ses principales caractéristiques :

  • C’est un bacille : une bactérie en forme de bâtonnet ;
  • C’est une bactérie de type Gram positif : elle possède une paroi relativement épaisse qui se colore en violet après traitement spécifique en laboratoire ;
  • C’est une bactérie sporulée : elle est capable de produire des spores pouvant survivre plusieurs dizaines d’années dans l’environnement.

Bacillus anthraci

Les spores sont présentes en profondeur dans les sols, par exemple suite à l’enfouissement d’animaux infectés et décédés de la maladie du charbon. Les champs ainsi contaminés sont parfois appelés “champs maudits”. Les spores remontent à la surface à la faveur de conditions climatiques favorables, de travaux humains, d’intempéries, de glissements de terrain, etc. Elles sont alors ingérées par les animaux herbivores.

L’homme se contamine à partir d’un animal lui-même porteur de la maladie, par voie cutanée, alimentaire ou respiratoire.

À savoir ! Chez l’homme, la maladie atteint essentiellement des éleveurs, agriculteurs, vétérinaires, personnels des abattoirs, travailleurs de la laine et du cuir, de sorte que la maladie du charbon peut être considérée comme une véritable maladie professionnelle. La prévention est essentielle.

Diagnostic et traitement

Comment poser le diagnostic de la maladie du charbon ?

Le diagnostic de la maladie du charbon est avant tout un diagnostic biologique. Il s’agit de mettre en évidence la présence de la bactérie dans l’organisme, par différents moyens :

  • La mise en culture, à partir d’un échantillon de sang ou d’un autre liquide biologique ;
  • La sérologie, autrement dit la recherche d’anticorps spécifiquement dirigés contre Bacillus anthracis ;
  • La biologie moléculaire, qui utilise la technologie PCR (réaction en chaîne par polymérase) pour mettre en évidence le matériel génétique de la bactérie.

À savoir ! En France, la maladie du charbon est une maladie à déclaration obligatoire au même titre que d’autres maladies comme le choléra, la légionellose ou la rougeole. Le médecin ou le biologiste qui diagnostique la maladie du charbon chez un patient doit notifier le cas aux autorités de santé de sorte à ce que celles-ci prennent des mesures adaptées très précocement.

Comment traiter la maladie du charbon ?

La maladie du charbon est d’origine bactérienne et se traite donc par antibiotiques. Plusieurs classes d’antibiotiques peuvent être utilisées, par exemple les fluoroquinolones, les pénicillines ou les tétracyclines. Un antibiogramme permet de s’assurer que la bactérie sera sensible à ce traitement.

Dans les élevages, la prévention repose essentiellement sur les mesures d’hygiène. En particulier, les carcasses d’animaux décédés du charbon sont directement incinérées.

En prévention, la vaccination des troupeaux est possible, via un vaccin vivant atténué. Ce vaccin est à usage vétérinaire, non autorisé chez l’homme. Il existe d’autres vaccins pour les individus exposés à haut risque, non indiqués et non commercialisés en France.

Sources
– Questions/réponses : la maladie du charbon ou fièvre charbonneuse. agriculture.gouv.fr. Consulté le 4 novembre 2021.
– Dossier thématique : charbon. santepubliquefrance.fr. Consulté le 4 novembre 2021.