fiche-vih-sida

Prévention et traitements

fiches-traitements-vihIl n’existe pas de vaccin contre le VIH. La prévention de l’infection et de sa transmission repose sur la limitation des pratiques à risque, le recours au dépistage et la possibilité de traitements préventifs après une prise de risque. Une prévention efficace est une prévention qui combine ces trois moyens.

La prévention de certaines infections opportunistes peut être envisagée par vaccination, lorsque celle-ci est nécessaire et possible (contre les hépatites A et B et la grippe, par exemple).

Prévention de la transmission sexuelle du virus

Le VIH se transmettant lors des rapports sexuels, le préservatif constitue le seul moyen de contraception permettant de s’en prémunir. L’efficacité des préservatifs n’est maximale que lorsqu’ils sont utilisés systématiquement et correctement, sans rupture ou glissement. Pour connaître les bons réflexes à adopter, il ne faut pas hésiter à demander conseil à son médecin ou son pharmacien.

Il est important qu’une personne séropositive communique sur son état de santé avec son partenaire afin d’adapter les pratiques sexuelles et de limiter ainsi le risque de transmission. Un test de dépistage peut également être effectué par les deux partenaires, ensemble.

Chez les hommes hétérosexuels, la circoncision (acte chirurgical consistant à enlever le prépuce du pénis) peut être envisagée comme une stratégie efficace de prévention, en permettant la réduction du risque d’acquisition du VIH de 60%. En revanche, la circoncision des hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes ne permet pas de mettre en évidence une quelconque efficacité préventive. Plusieurs raisons permettent d’expliquer en quoi le prépuce est particulièrement vulnérable à l’infection par VIH ; tout d’abord, le prépuce est fragile et subit parfois des déchirures lors des rapports sexuels. Celles-ci peuvent permettre au VIH d’entrer plus facilement dans le corps. Les lésions provoquées par certaines Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sur le prépuce facilitent, elles aussi, la transmission du virus. Enfin, comparativement à d’autres parties du pénis, le prépuce contient une plus grande quantité de cellules immunitaires, ciblées par le VIH.

Prévention de la transmission entre usagers de drogues

Il existe un véritable risque de transmission du virus entre les usagers de drogues injectables qui partagent du matériel d’injection contaminé. L’accès à du matériel stérile, les traitements de substitution aux substances psychoactives, ou encore l’éducation aux risques liés à l’injection sont autant de méthodes participant à limiter ce mode de contamination

Traitement antirétroviral préventif (TPE, TasP, PrEP)

Pour lutter contre une infection par un virus ou pour la limiter, on utilise des médicaments appelés anti(rétro)viraux, qui empêchent le virus de se multiplier autant qu’il le ferait sans traitement.

  • Traitement post exposition ou TPE

Le TPE est utilisé pour éviter l’infection par le VIH en cas de situation à risque, par exemple en cas de rupture ou de non-utilisation d’un préservatif, de blessure ou de coupure avec un objet souillé de sang, de partage de matériel de drogue. On parle également de traitement d’urgence ou prophylactique. Il consiste en la prise d’une trithérapie pendant 1 mois. Le traitement est d’autant plus efficace qu’il est initié rapidement, si possible dans les 4 heures qui suivent l’exposition, ou du moins maximum 48 heures après. Pour en bénéficier, il suffit de se rendre aux urgences et d’évoquer un accident d’exposition au VIH. Généralement, une seconde consultation est programmée avec un médecin spécialiste du VIH dans les jours qui suivent, afin de réévaluer l’intérêt du traitement grâce aux résultats des premières analyses.

  • Traitement comme prévention ou TasP

Le TasP est utilisé comme outil préventif chez un patient séropositif. Il permet de pratiquement supprimer le risque de contaminer sa ou son partenaire séronégatif lors d’un rapport sexuel.

  • Prophylaxie pré-exposition ou PrEP

La PrEP est utilisée comme stratégie de réduction de risque de contamination par le VIH. Elle est destinée à tous les individus n’utilisant pas systématiquement de préservatifs lors de rapports sexuels à haut risque de contracter le VIH.