On estime à plus de 600 000 le nombre de personnes bègues en France. Le bégaiement est un trouble affectant la fluidité verbale. Il est caractérisé par une répétition involontaire de mots, de syllabes mais également par des prolongations, des arrêts et des blocages de sons.

À savoir ! Un parent qui bégaie à 3 fois plus de chance d’avoir un enfant bègue.

séance orthophoniste pour corriger un bégaiement

Causes du bégaiement

Le bégaiement aurait essentiellement une origine génétique. Les troubles d’élocution seraient dues à une dysrégulation de l’expression des récepteurs dopaminergiques chargés de la transmission des messages nerveux. Il en résulte des différences anatomiques et fonctionnelles dans les régions spécialisées du cerveau (hémisphère droit et hémisphère gauche). Des années 30 à ce jour, 9 gènes liés au bégaiement ont pu être identifiés. Des gènes mutés qui affectent directement le neurométabolisme. Les mécanismes d’action n’ont toujours pas été clairement identifiés.

À savoir ! Le terme dopaminergique provient du mot dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur (molécule biochimique) qui module et contrôle les fonctions motrices au niveau du cerveau.

On distingue différents types de bégaiements en fonction de leur date d’apparition :

types de bégaiements

Outre les composantes génétiques (bégaiement développemental persistant) et neurologiques, le bégaiement est étroitement lié à un déséquilibre psychique ou mental plus ou moins profond (bégaiement acquis) et à une qualité de vie inadéquate chez l’adulte.

Symptômes et diagnostic

Le sujet bègue est victime de disfluences involontaires et incontrôlables de la parole qui le poussent à fournir un effort supplémentaire sur l’articulation. Des troubles de la parole qui empêchent une expression orale libre et spontanée.

Les symptômes sont clairement audibles et se manifestent par des :

  • Blocages et prolongations dans la parole
  • Pauses vocales du souffle
  • Répétitions saccadées involontaires de la première syllabe
  • Répétitions involontaires d’un mot et d’un phonème

Certains troubles associés à un bégaiement plus prononcé peuvent parasiter le discours, on parle alors de bégaiement par inhibition :

  • Raidissement des muscles (sidération de la parole)
  • Crispation de la mâchoire et du cou
  • Perte du contact visuel pendant le discours
  • Clignements des yeux
  • Révulsion des globes oculaires
  • Spasmes respiratoires
  • Rougeurs et sueurs

Il existe un autre type de bégaiement qui se manifeste par une omission et une substitution de mots. On parle de bégaiement masqué ou bégaiement intériorisé. Les personnes bègues tentent alors de cacher leur difficulté à construire un discours fluide.

À savoir ! Pour classer une personne comme bègue, les troubles doivent dater d’au moins 3 mois.

Thérapies

Différentes approches psychanalytiques, neuropsychologiques et comportementalistes sont mises en œuvres afin d’assurer la prise en charge du patient bègue. Des soins qui reposent essentiellement sur un suivi par un orthophoniste.

D’autre part, les psychothérapies sont couramment utilisées et permettent une action plus rapide en prenant en compte différents facteurs :

  • Corps / psychisme
  • Conscient / inconscient
  • Individu / famille
  • Passé / présent

On retrouve différents types de psychothérapies :

  • L’hypnose : implique l’état de conscience de la personne.
  • Les thérapies cognitivo-comportementales : consiste à modifier les schémas de pensée du patient, consciemment.
  • Le programme Lidcombe : destiné aux plus jeunes, il est fondé sur un renforcement positif et un conditionnement opérant en instaurant un cadre structuré au quotidien.
  • Le programme Camperdown : approche australienne qui repose essentiellement sur l’auto-évaluation.

Lina R., Journaliste Scientifique

– Bégaiement, bégaiements : un manuel clinique et thérapeutique, Marie-Claude Monfrais-Pfauwadel – www.decitre.fr – Consulté le 28 mars 2018.
– Le Bégaiement : mise à jour clinique et de la recherche, Perez, Hector R., et James H. Stoeckle – Canadian Family Physician • Le Médecin de famille canadien, vol. 62, no 6 (p. e297) – juin 2016.
– NORMES ET LIGNES DIRECTRICES DE PRATIQUE SUR LE BÉGAIEMENT DÉVELOPPEMENTAL, ordre des audiologistes et des ortophonistes de l’Ontario – www.caslpo.com – Consulté le 28 mars 2018.