Lymphoedème

Un lymphœdème est l’accumulation de liquide lymphatique dans les tissus se traduisant par le gonflement d’une partie du corps. Cette affection résulte d’un dysfonctionnement dans le système de transport lymphatique et touche plus volontiers les membres inférieurs.

Définition

Le système lymphatique

Système lymphatiqueLa lymphe est le liquide, légèrement jaunâtre, véhiculé par le système lymphatique. Elle est présente partout dans l’organisme. Ce liquide biologique est un filtrat du plasma sanguin riche en eau, protéines, graisses et globules blancs (notamment les lymphocytes). La lymphe possède deux rôles :

  • L’un, de transport et d’épuration en captant près de 10% des déchets de l’organisme, essentiellement des grosses molécules que le système veineux prenant en charge les 90% des déchets restants, ne peut pas véhiculer. Elle apporte également au sang, les graisses qu’elle a captées au niveau de l’intestin grêle. Enfin, elle joue un rôle dans l’apparition des métastases cancéreuses en transportant les cellules malignes ;
  • L’autre, de défense contre les infections grâce aux lymphocytes qu’elle véhicule, aux anticorps qu’elle produit, mais aussi, aux ganglions lymphatiques permettant de neutraliser les bactéries, virus et cellules tumorales (en petite quantité). La lymphe occupe ainsi un rôle important au sein du système immunitaire.

À savoir ! Les ganglions lymphatiques sont essentiellement présents au niveau de la racine des membres et de l’abdomen. Leur rôle est de traiter les déchets. Ils les filtrent, les nettoient et une fois épurés, ils renvoient la lymphe dans la circulation veineuse.

Le système lymphatique permettant de véhiculer la lymphe  est constitué d’un ensemble de vaisseaux et de ganglions. Le drainage débute par un réseau capillaire, comparable à un filet de pêche, qui récupère l’excédent de liquide et de toxines. Les capillaires débouchent dans des canaux pré-collecteurs débouchant eux-mêmes dans des canaux colleteurs de plus gros calibre se dirigeant dans les ganglions. On distingue deux types de collecteurs, les plus nombreux (80%) drainant la peau et les 20% restants s’occupant des viscères, des muscles et des articulations.

Le lymphoedème

Un lymphoedème est définit comme étant une « accumulation anormale de liquide dans les tissus ».  Il est la conséquence d’une anomalie de transport du système lymphatique.

On distingue deux types de lymphoedème : primaire ou secondaire.

Les lymphœdèmes primaires sont rares. En effet, le nombre de cas est estimé à 1 sur 6000 individus. Cette pathologie est due à une anomalie de développement du système lymphatique à la naissance. Cependant, les manifestations ne sont pas toujours immédiates, on parle alors de lymphœdème :

  • Congénital lorsque celui-ci se manifeste dès la naissance. Il représente jusqu’à environ 25% des lymphœdèmes primaires ;
  • Précoce lorsqu’il se manifeste avant 35 ans, le plus souvent lors de la puberté. Cette forme représente 65 à 80% des lymphœdèmes primaires ;
  • Tardif lorsqu’il se déclare après 35 ans. Cette forme concerne environ 10% des patients souffrants d’un lymphoedème primaire.

Les lymphœdèmes secondaires sont les plus fréquents. Ils sont dus à l’altération ou l’obstruction des voies lymphatiques auparavant normales. Ils peuvent être consécutifs à des infections telles que la tuberculose, la sarcoïdose ou un cancer. Les voies lymphatiques peuvent aussi être obstruées par une accumulation de cellules cancéreuses, ou par des vers (filariose), notamment dans les pays tropicaux. Cette affection peut également provenir d’une destruction du réseau lymphatique lié à des actes chirurgicaux, aux traitements des cancers ou à une chirurgie vasculaire.

À savoir ! Presque 10% des femmes ayant subi une mastectomie  (ablation totale ou partielle du sein) ou une radiothérapie pour cancer du sein voient se développer un lymphœdème secondaire au niveau du bras du même côté.

Symptômes

Un lymphœdème est une maladie chronique qui évolue en stades. Selon la classification de l’International Society of Lymphology, il existe 3 stades.

Tout d’abord, le stade précoce dit aussi « hydrique », se manifeste par un œdème (ou gonflement) épisodique survenant généralement en période estivale ou en cas de station immobile trop longue. Le gonflement disparaît totalement ou partiellement au repos.

Au stade dit « fibreux », le lymphoedème s’aggrave. On peut observer des changements cutanés avec un durcissement de la peau.  Le repos ne suffit plus à réduire l’œdème.

Enfin, le stade « éléphantiasis » est caractérisé par une forte augmentation du volume de la zone touchée. Elle devient très dure et le gonflement est irréversible.

Le lymphœdème n’est généralement pas douloureux. Cependant, plus le membre devient lourd et volumineux, plus il est susceptible de créer des contraintes sur la colonne vertébrale et les articulations pouvant alors engendrer des douleurs lombaires et/ou articulaires.

En absence de traitement, le lymphœdème s’aggrave et s’étend de manière progressive. Dans le cas des lymphœdèmes primaires, la progression se fait en remontant du pied vers la jambe puis la cuisse ou de la main vers l’avant-bras puis le bras. En effet, 90% Les lymphœdèmes primaires débutent au niveau du pied ou de la main.

Les lymphœdèmes secondaires qui débutent en général par le bras ou la cuisse se propagent plutôt en descendant soit vers le membre opposé, les organes génitaux ou le thorax.

Complications

Les complications du lymphoedème sont essentiellement infectieuses. Chez près d’un quart des patients, on retrouve un érysipèle nécessitant un traitement antibiotique. En effet, tout épisode infectieux aggrave le lymphoedème.

Les complications rhumatologiques apparaissent lorsque le membre atteint devient lourd et volumineux. Des douleurs lombaires et/ou articulaires apparaissent pouvant aller jusqu’au handicap.

Diagnostic

Le diagnostic d’un lymphœdème est habituellement basé sur l’interrogatoire du patient, son examen clinique et l’évolution des symptômes selon les 3 stades.

Lors de l’interrogatoire, le médecin va rechercher l’existence d’antécédents de diverses pathologies telles que le cancer ou l’érysipèle, mais aussi celle d’antécédents familiaux en cas de lymphoedème primaire.

Au cours de l’examen clinique, sont mis en évidence des signes :

  • Non spécifiques avec le test du godet (empreinte laissée par un doigt après une pression) ;
  • Spécifiques dont le signe de Stemmer-Kaposi (impossibilité de pincer la peau du deuxième orteil) qui n’est cependant pas toujours présent.

Des examens complémentaires peuvent être utiles pour confirmer le diagnostic ou écarter d’autres pathologies responsables d’oedèmes. La lymphoscintigraphie permet l’exploration du système lymphatique et la mise en évidence d’un dysfonctionnement. Elle consiste en l’injection d’un produit radioactif sous la peau dont le trajet est ensuite suivi grâce à une caméra spécifique. Un écho-doppler veineux des membres inférieurs permet de s’assurer qu’une pathologie veineuse n’est pas à l’origine de l’œdème.

Traitement

Le traitement est symptomatique et consiste à :

  • Réduire le volume du membre afin de conserver sa mobilité et limiter les répercussions sur la colonne vertébrale ;
  • Diminuer le risque de survenue des complications.

Le traitement principal repose sur les méthodes physiques de compression et de contention par bandages. L’intervention d’un kinésithérapeute est importante et permet d’augmenter l’efficacité de ces bandages. L’éducation thérapeutique du patient sur sa maladie et ses complications est primordiale. En effet, le patient devra continuer à appliquer son traitement (port d’une contention élastique) lui-même à domicile. Par ailleurs, le patient reçoit des conseils d’hygiène de vie personnalisés à propos de la prévention des épisodes infectieux, du contrôle du poids et d’une activité physique adaptée.

Le traitement médicamenteux n’est utilisé qu’en cas de complication (antibiotique en cas d’érysipèle).

Lorsque le volume de l’œdème est un handicap, une intervention chirurgicale destinée à réduire le gonflement est envisagé.

Charline D., Pharmacien

– Qu’est-ce-que le lymphoedème ? The Corinne Becker Lymphedema foundation. Consulté le 12 décembre 2017.
– Lymphoedème. Larousse. Consulté le 12 décembre 2017.
– Le lymphoedème. Dr Marlène Coupé. Consulté le 12 décembre 2017.