De nouvelles courbes de croissance pour les petits français

Mar 16, 2018 par

Taille, Poids, périmètre crânien… les courbes de croissance constituent un référentiel anthropométrique incontournable pour les nouveaux parents et les professionnels de la santé. Dans le cadre du nouveau carnet de santé qui paraîtra dès le début du mois d’avril, les anciennes courbes de croissance datant de 1979 et basées sur la croissance des enfants nés autour de 1950, ont été réactualisées. En analysant des millions de mesures, les chercheurs du centre de recherche Épidémiologie et Statistique Sorbonne Paris Cité (CRESS) ont mis au point de nouvelles courbes de croissance. Comment la croissance des enfants a évolué en l’espace de 70 ans ? Quelles sont les innovations apportées à ces courbes ?

courbes de croissance

Une croissance qui s’est accélérée

Les courbes de croissance sont indispensables pour suivre l’évolution physique des enfants depuis la naissance jusqu’à la fin de leur adolescence, autour de 18 ans.

Elles permettent de comparer, par rapport à une moyenne, la croissance de son enfant et de détecter d’éventuels écarts dont les causes doivent être rapidement trouvées (apports nutritionnels trop importants ou trop faibles, troubles métaboliques ou hormonaux, maladies, stress etc…).

Cette surveillance de la croissance repose notamment sur les mesures :

  • Du poids ;
  • De la taille ;
  • Du périmètre crânien.

À savoir ! Le suivi idéal de la croissance consiste à mesurer et peser son enfant tous les 3 mois jusqu’à l’âge d’un an, puis tous les 6 mois jusqu’à 4 ans. Ensuite un relevé de la taille et du poids une fois par an est suffisant pour vérifier que la croissance est intégrée dans le “couloir” de la courbe de référence et qu’elle suit une progression uniforme.

Pour actualiser les courbes de croissance datant de 1979 et basés sur quelques centaines d’enfants nés dans les années 1950’, la Direction Générale de la Santé a mandaté, en octobre 2016, les chercheurs de l’unité mixte INSERM/CRESS pour mettre au point de nouvelles courbes de croissance.

Après avoir eu l’autorisation de recueillir anonymement 5 millions de mesures concernant 261 000 enfants anonymes, les chercheurs, en partenariat avec une entreprise privée nommée Compu Group Medical et l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA), ont exploité ces données grâce à une approche inédite de type « big data ».

Sans surprise, les courbes nouvellement obtenues de taille et de poids se situent au-dessus des courbes antérieures.

Les explications de cette accélération de la croissance sont diverses et encore discutées par les spécialistes :

  • Progression des connaissances en nutrition et amélioration des conditions sanitaires ;
  • Puberté plus précoce ;
  • Facteurs environnementaux et hormonaux.

Par exemple, à 10 ans, la moyenne de la taille des fillettes est désormais de 139,5 cm contre 134,7 cm sur les courbes précédentes. Cependant, ces différences se réduisent à la fin de la puberté.

Concernant le poids et comme recommandé par la Haute Autorité de Santé (HAS), le repérage du surpoids et de l’obésité de l’enfant doit reposer sur le suivi de la courbe de corpulence basée sur le calcul de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et non pas de la courbe de poids.

A partir de deux ans, les courbes de corpulence représentées dans le carnet de santé sont celles proposées par l’International Obesity Task Force (IOTF), celles-là même préconisées dans le Plan Nutrition Santé.

De plus, les experts travaillant sur l’élaboration de ces nouvelles courbes, ont introduit les courbes nommées « AFPA-Inserm/CRESS-CompuGroup Medical 2018 » avant deux ans pour visualiser précisément les pics de corpulence ou « rebond d’adiposité ».

Des courbes de croissance plus précises pour mieux détecter une anomalie

« Les nouvelles courbes de référence doivent permettre de détecter précocement des maladies chez les enfants apparemment sains sans pour autant inquiéter à tort les familles » explique, dans un communiqué de presse, Barbara Heude, chercheuse Inserm qui a coordonné ce travail.

Les nouveautés intégrées dans ces nouvelles courbes de croissance sont :

  • La prise en compte de la taille cible parentale (voir encadré ci-dessous) dans l’interprétation des valeurs ;
  • Des courbes spécifiques (taille, poids) pour filles et garçons dès la période de 0-3 ans contrairement à la version précédente du carnet de santé qui n’en présentait qu’une seule ;
  • Des courbes de périmètres crâniens fille et garçons pour la période 0-5 ans (et non jusqu’à 3 ans et indifférenciée en fonction du sexe comme auparavant) ;
  • Un nombre plus important de couloirs de croissance pour mieux suivre les trajectoires de croissance individuelles ;
  • Des messages courts au fil des pages afin de sensibiliser les parents et les médecins à l’importance d’un suivi régulier de la croissance ou pour expliquer les paramètres à considérer pour l’interprétation des mesures ;
  • Des annotations spécifiques pour la période pubertaire.

À savoir ! Pour les experts, que 80% des enfants en bonne santé auront une taille finale comprise entre cette taille cible parentale – 6 cm et + 6 cm. La formule de calcul de la taille cible parentale est une valeur comparative avec la taille projetée à 18 ans. Elle correspond à la moyenne de la taille du père et de la mère, à laquelle on ajoute 13 cm pour les garçons, ou on retire 13 cm pour les filles.

Tout est donc prévu pour que, désormais, le suivi de croissance reste un jeu d’enfant !

Julie P., Journaliste scientifique

– Les nouvelles courbes de croissance confirment l’augmentation de la taille et du poids des enfants. Le Quotidien du médecin. L. Archimède. Consulté le 12 mars 2018.
– De nouvelles courbes de croissance de référence françaises. INSERM. Consulté le 12 mars 2018.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.