Ongle incarné : les bons et les mauvais réflexes

May 19, 2016 par

Il est important de savoir comment réagir lorsqu’on est face à un ongle incarné. Quand faut-il consulter ? Quels sont les gestes à adopter pour soulagé la douleur ? François-Xavier BOULAY, podologue, réponds à vos interrogations.

soins chez le podologue pour un ongle incarné

Que faire en attendant d’aller chez le podologue ?

« Dans l’attente d’aller chez le podologue, il est impératif d’éviter que l’ongle incarné ne s’infecte voire se surinfecte. Pour ce faire, il faut déjà veiller à maintenir une bonne hygiène au niveau des pieds, mais aussi appliquer des antiseptiques locaux, que ce soit en bain ou en pansement.

Dans la mesure du possible si le patient peut obtenir un rendez-vous chez son médecin traitant, celui-ci pourra lui indiquer un protocole d’antisepsie locale. Dans certains cas, il est même décidé de la prise d’un traitement antibiotique si le risque infectieux est élevé.

Dans l’attente du rendez-vous chez le podologue, le patient doit bannir les chaussures trop étroites ou présentant un talon trop haut, afin d’éviter l’aggravation. Il faut aussi cesser toute activité sportive et si possible, limiter la marche.

Je déconseille aussi au patient d’essayer de se traiter lui-même, en effet, la “chirurgie de salle de bain” pourrait ne faire qu’aggraver la lésion et rendre plus difficile l’intervention du podologue.

Il est important de consulter rapidement un podologue pour éviter une aggravation et d’éventuelles complications. »

L’opération

À quel moment l’opération est-elle nécessaire ?

« Je m’oriente vers l’opération que lorsque la lésion est trop grave pour être traitée au cabinet. En cas d’ongle incarné, au fur et à mesure se forme un bourgeon cutané en regard de la zone où l’ongle a pénétré la chair. Lorsque ce bourgeon est trop important, surtout lorsque l’on attend trop avant de se décider à consulter, l’intervention du podologue est très difficile et le risque infectieux très grand. J’estime alors qu’il sera préférable pour le patient d’être opéré. »

Comment se passe l’opération ?

« Il y a plusieurs modes opératoires, voici les plus courants :

  • Plastie de Emmert : résection latérale de l’ongle avec son lit et la partie de la matrice correspondante mais aussi du bourgeon charnu ;
  • Excision du bourgeon charnu ;
  • Résection large de l’ongle ;
  • Phénolisation de l’ongle : résection large de l’ongle puis application de phénol pour en détruire localement la matrice ;
  • Matricectomie au laser : technique identique à celle du phénol, sauf qu’ici la destruction de la matrice n’est pas chimique ;
  • Excision cunéiforme des bourrelets latéraux de l’ongle : une excision est pratiquée en dehors de la zone de conflit, elle est ensuite fermée par des points ce qui va mettre en décharge la zone lésée. »

Est-elle douloureuse ?

« La douleur va surtout être postopératoire, notamment lors de la réalisation des pansements et sera différente selon la technique utilisée.

Les moins douloureuses sont la technique au phénol, celle au laser et celle de l’excision cunéiforme des bourrelets latéraux. »

Quelles sont les complications de l’ongle incarné ?

« L’ongle incarné, peut entraîner des complications telles que :

  • Le botriomycome : il s’agit du bourgeon charnu évoqué précédemment ;
  • Le panaris : il est le plus souvent due à une infection par le Staphylocoque doré et va entraîner une inflammation locale, qui peut se compliquer par la formation d’une poche de pus, avec risque de propagation de l’infection ;
  • L’érysipèle : il s’agit d’une infection par un Streptocoque avec altération de l’état général ;
  • L’ulcération voire la nécrose, notamment chez le patient diabétique et/ou artéritique ;
  • L’ostéite : il s’agit d’une infection bactérienne du tissu osseux. Elle peut évoluer jusqu’à la fistulisation avec écoulement de pus. »

Comment éviter la survenue d’un ongle incarné ?

« Le meilleur moyen d’éviter ces complications en cas d’ongle incarné est de consulter au plus vite un podologue, mais aussi son médecin traitant si l’atteinte est importante. Beaucoup de gens tardent à consulter par peur d’avoir mal, or, quand l’ongle incarné est pris en charge à temps par le podologue, l’intervention de celui-ci est nettement moins douloureuse qu’en cas d’opération.

La prévention reste le meilleur moyen d’éviter un ongle incarné, pour cela il sera intéressant de consulter un podologue qui, en plus de couper correctement l’ongle, pourra réaliser un appareillage de l’ongle ou de l’orteil dans certains cas. Le podologue sera aussi de bon conseil quant au choix de chaussures adaptées par exemple.

Enfin, il est possible de se rendre à la journée nationale de la santé du pied qui se tiendra le 9 juin, dont le but est le dépistage et la prévention des affections du pied. »

Qui est touché ?

« L’ongle incarné peut concerner tout le monde. Cependant, au cabinet je suis amené à soigner un nombre important d’adolescents qui en présentent un ou plusieurs, le plus souvent suite à une mauvaise coupe de l’ongle.

J’en constate également beaucoup chez les personnes dont les chaussures ne sont pas adaptées à la morphologie de leurs pieds. En effet, une chaussure trop étroite au niveau de l’avant du pied et/ou avec un talon trop élevé augmente le risque de conflit entre l’ongle et la peau adjacente.

Dans certains secteurs d’activité, le port de chaussures de sécurité peut également être mis en cause, essentiellement du fait de la dureté de la coque protectrice située à l’avant du pied.

Les sportifs aussi sont concernés, car en cas d’effort prolongé, le volume du pied augmente, ce qui va aussi accroître le risque de conflit entre l’ongle et la peau.

Sont concernées également toutes les personnes ne pouvant pas accéder à leurs pieds et ne pouvant donc pas se couper correctement les ongles : personnes âgées, personnes handicapées, personnes en surcharge pondérale, femmes enceintes…

Il y a aussi les personnes présentant une dysmorphie unguéale, comme les ongles en “volute” ou encore les ongles en “tuile de Provence” qui ont des rayons de courbure importants mais aussi les ongles avec forte plicature unilatérale.

ongle incarné infographie

Pour finir, on retrouve aussi les personnes souffrant d’hyperhidrose (transpiration excessive), de déformations arthrosiques, de troubles statiques du pied ou encore d’hypertrophie du bourrelet péri – unguéal. »

Entretien avec François-Xavier Boulay, podologue – Propos recueillis par Clémence R. Pharmacienne


– Correction de la courbure de l’ongle : les orthonyxies – Magali Collinet-Pierucci – Pédicure Podologue D.E.
Clémence R.
Pharmacienne.
Passionnée par la neuropsychiatrie et la e-santé.
Aime l’univers de la musique et de la photographie.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.