Dans la plupart des cas, le panaris est une infection bactérienne survenant sur le pourtour ou le dessous de l’ongle. Il se déclenche surtout chez les sujets qui rongent leurs ongles ou qui présentent des ongles coupés trop courts. En principe, les doigts des mains sont plus affectés que les orteils des pieds.

Doigt avec un panaris

Panaris : définition

Parfois appelé « mal blanc », le panaris est une infection cutanée et sous-cutanée atteignant les doigts de la main ou plus rarement un orteil. Au niveau de ces régions anatomiques, le panaris peut prendre plusieurs localisations :

  1. Soit sur le pourtour de l’ongle, on parle de périonyxis ;
  2. Soit sous l’ongle ;
  3. Soit au niveau de la pulpe du doigt ;
  4. Soit sur le dos d’un doigt.

À savoir ! Lorsque toute la surface autour de l’ongle est touchée par l’infection, on surnomme le panaris de « tourniole » en langage courant.

Cette infection est le plus souvent due à un Staphylocoque doré mais d’autres germes tels que le streptocoque peut aussi pénétrer à l’intérieur ou sous la peau au cours d’une blessure.

Les causes de son apparition

Une blessure, même minime, est souvent à l’origine de la survenue d’un panaris qui se déclenche dans un délai de 2 à 5 jours.

Si l’atteinte est située au niveau du pourtour de l’ongle, la blessure peut par exemple résulter :

  1. D’une manucure réalisée « brutalement » ;
  2. D’une trituration de la cuticule avec les dents ;
  3. D’un arrachement des petites peaux.

Si le panaris se localise à d’autres endroits du doigt, la blessure va résulter d’autres situations accidentelles :

  1. Une ampoule percée ;
  2. Une piqûre d’insecte ;
  3. La présence d’un corps étranger sous la peau ;
  4. Un traumatisme de l’ongle et de l’extrémité d’un doigt ;
  5. Une morsure de chien.

Les symptômes du panaris

Le panaris est une affection cutanée évoluant en plusieurs stades dont l’inflammation constitue la 1ère étape. En cas de panaris dit péri-unguéal, la peau autour de l’ongle est tendue et rouge. Cette inflammation se déclare également lorsque le panaris atteint la pulpe du doigt. Cette dernière apparaît tuméfiée, rouge, chaude et douloureuse au toucher.

Dès ce stade, il ne faut pas tarder à consulter un dermatologue ou un médecin généraliste car le panaris a encore des chances de guérir très vite

Sans traitement, le panaris va évoluer vers un abcès qui ressemble à une poche de pus se formant sous ou autour de l’ongle, ou même dans la pulpe du doigt. Cette poche de pus fait que la peau est très tendue sur les bords mais ramollie en son centre. Plus rarement, on voit apparaître une sorte de grosse ampoule purulente, appelée phlyctène au-dessus de cette poche de pus.

A cette étape de l’abcès, la douleur associée au panaris est très importante, entraînant des troubles du sommeil ainsi que de la fièvre.

Si le panaris n’est pas traité à temps ou correctement, des complications sont susceptibles de survenir. L’infection va alors se propager à d’autres régions du doigt telles que la racine de l’ongle, les tendons musculaires, les articulations ou les os de la main.

Diagnostic

Si le panaris est au stade inflammatoire, il faut consulter dans les 48 heures qui suivent son apparition.

Par contre, si vous ressentez de trop fortes douleurs, si vous avez du diabète ou suivez un traitement par corticoïde ou immunosuppresseur, ou si vous rencontrez une infection des ongles à répétition, il est préconisé de consulter sans délai.

La consultation consiste seulement en un examen clinique durant lequel le médecin va rechercher la présence de ganglions au niveau du coude et sous l’aisselle ainsi que la présence d’une lymphangite (inflammation des vaisseaux lymphatiques marquée par une trainée rouge).

Traitement

Lorsque le panaris est au stade de l’inflammation, le traitement médical va servir à faire régresser l’infection et éviter qu’elle ne s’étende davantage.

Ce traitement consiste à :

  1. Appliquer des bains antiseptiques du doigt plusieurs fois par jour ;
  2. Prendre des antalgiques comme le paracétamol pour atténuer la douleur si nécessaire ;
  3. Suivre une antibiothérapie anti-staphylococcique par voie orale, pendant 10 jours environ (concerne surtout les personnes « fragiles ») ;
  4. Surveiller chaque jour l’évolution du panaris.

Lorsque le panaris évolue vers l’abcès, le traitement va être de nature chirurgical et va consister à retirer la zone infectée.

Il s’agit donc d’une intervention se déroulant dans un bloc opératoire, ne prenant pas plus d’une journée.

Quel que soit le traitement à envisager, des gestes simples à adopter chez soi peuvent accélérer la guérison du panaris.

Si vous êtes au stade inflammatoire, voici quelques mesures à appliquer pour éviter un abcès :

  1. Bien laver et désinfecter les lésions superficielles à l’aide d’un antiseptique, 2 à 3 fois par jour, jusqu’à ce que l’inflammation disparaisse ;
  2. Appliquer un pansement sur la zone cutanée affectée ;
  3. Respecter le traitement jusqu’au bout ;
  4. Reprendre un rendez-vous auprès de son médecin si l’inflammation n’a pas diminué dans les 48 heures.

Si vous êtes au stade de l’abcès, voici les quelques gestes à suivre :

  1. Entreprendre les soins prescrits après l’intervention chirurgicale ;
  2. Renouveler ses pansements chaque jour ;
  3. Surveiller sa température ;
  4. Reprendre un nouveau rendez-vous en cas de non amélioration dans les 48 heures ;

Mesures de prévention

La cause majeure d’un panaris est la survenue d’une blessure qui favorise l’entrée d’une bactérie ou d’un autre type de germe dans les tissus.

Afin d’éviter ce genre d’accident, quelques mesures simples peuvent être rapidement adoptées au quotidien :

  1. Eviter de se ronger les ongles trop souvent ;
  2. Lors d’une manucure, utiliser les bons « outils » (ciseaux à ongles) en veillant à ce qu’ils soient désinfectés avec de l’alcool ;
  3. Privilégier le port de gants en cas de jardinage ou bricolage pour éviter l’apparition d’ampoules ;
  4. En cas de corps étrangers pénétrant sous la peau, veiller à le retirer rapidement ;
  5. Utiliser les produits de soin adéquats en cas de plaie ;
  6. En cas d’une pathologie de la peau telle qu’un eczéma, psoriasis, veiller à pratiquer les soins nécessaires pour éviter toute blessure de la peau.

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé

– Reconnaître un panaris. Ameli santé. Le 15 novembre 2017.
– Soigner un panaris du doigt ou du pied. Dermatonet. – Consulté le 17 novembre 2017.