Les perturbateurs endocriniens peuvent-ils influencer l’âge des premières règles ?

Actualités Contraception Fertilité / Infertilité Gynécologie Hématologie Métabolisme Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Estelle B. et publié le 21 octobre 2019

Les perturbateurs endocriniens sont pointés du doigt dans de nombreux problèmes de santé, et notamment pour leur impact sur la fonction de reproduction. En affectant les systèmes hormonaux, ces substances dérivées des polluants de l’environnement peuvent-elles modifier l’âge de survenue des premières règles ? Une étude américaine s’est intéressée à cette question et ses résultats viennent d’être publiés dans la revue scientifique Environmental Research.

perturbateur-regles

Les polluants de l’environnement, des perturbateurs endocriniens

Les polluants persistants dans l’environnement sont considérés comme des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire des substances capables d’interférer avec le bon fonctionnement des systèmes hormonaux de l’organisme. L’exposition aux perturbateurs endocriniens peut débuter très tôt au cours de la vie, parfois dès la vie in utero.

Plusieurs équipes de recherche dans le monde s’intéressent aux effets sur la santé de ces perturbateurs endocriniens, en particulier sur les fonctions sexuelles et reproductives. Récemment, des chercheurs américains se sont penchés sur l’influence possible des perturbateurs endocriniens sur la puberté, et en particulier sur l’âge de survenue des premières règles.

Les études précédentes semblaient déjà indiquer un effet des perturbateurs endocriniens sur la puberté. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont mené une étude sur 556 filles âgées de 6 à 8 ans, et suivies une ou deux fois par an depuis 2004.

Lire aussiCoupes menstruelles, aussi efficaces que les tampons et les serviettes ?

Perturbateurs endocriniens, puberté et âge des premières règles

Trois classes de polluants environnementaux, considérés comme des perturbateurs endocriniens, ont été prises en compte :

  • Les PCB ou PolyChloroBiphényles ;
  • Les POC ou Pesticides OrganoChlorés ;
  • Les PBDE ou PolyBromoDiphénylEthers.

Certains de ces composés ne sont plus autorisés aujourd’hui, mais ils persistent dans l’environnement, ce qui suscite des inquiétudes en termes de santé publique.

Sur l’ensemble des participantes de l’étude, l’apparition des premières règles a eu lieu vers 12,5 ans. Cet âge est significativement influencé par plusieurs facteurs, autres que l’exposition à des polluants de l’environnement :

  • L’origine ethnique ;
  • Le niveau socio-économique de la famille ;
  • Le niveau d’éducation des parents ;
  • L’âge de la mère à la naissance.

Lire aussiPerturbateurs endocriniens : pourquoi font-ils peur ?

Vers un retard d’apparition des règles

Les résultats de l’étude ont mis en évidence que les premières règles survenaient plus tardivement chez les jeunes filles dont les taux sanguins de POP étaient élevés. Plus le taux était élevé, plus les premières règles survenaient tardivement. En s’affranchissant des facteurs influençant l’âge des premières règles hormis l’Indice de Masse Corporelle (IMC), des taux sanguins élevés des trois classes de perturbateurs endocriniens considérées étaient associés à un retard de l’âge de survenue des premières règles. En intégrant l’influence de l’IMC, les associations restaient significatives, uniquement pour les POC et les PBDE.

Cette étude américaine confirme l’impact des perturbateurs endocriniens sur la puberté, et notamment sur l’âge de survenue des premières règles. Même si la corpulence des enfants peut nuancer cet effet, il apparaît que les trois classes de polluants considérés entraînent un retard d’apparition des règles. Des résultats qui viennent encore une fois alimenter les inquiétudes sur les polluants chimiques auxquels les enfants sont exposés, dès le plus jeune âge.

Lire aussiExposition quotidienne aux polluants : les adultes et enfants imprégnés ?

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Longitudinal study of age of menarche in association with childhood concentrations of persistent organic pollutants. Attfield, K.R. and al. 2019. Environ. Res. 176:108551. doi: 10.1016/j.envres.2019.108551. Science direct. Consulté le 15 octobre 2019.
  • simone kervinio says:

    Bonjour. Excusez moi mais je voudrais si possible plus d’éclaircissements sur les perturbateurs endocriniens. Ma petite fille (32 ans) kiné souffre cruellement d’intolérance aux perturbateurs endocriniens surtout entretien sols et vêtements. Elle nous empoisonne la vie et la sienne aussi. Elle est très fatiguée, n’arrive plus à faire son métier, elle a des vomissements, des diarrhées, des maux de tête,, des boutons. Que faire ??? Elle ne veut pas aller voir une psy. Ne trouve pas de docteur pour son cas. Elle habite le finistère. Au secours merci est ce bien vrai tous ces symptomes ?
    Simone Kervinio

    Reply
    • Isabella Webster says:

      Bonjour,
      La vidéo “ça commence aujourd’hui – ils ont été victimes d’une erreur de diagnostic” sur la maladie de Cushing (correspondant à un déséquilibre d’une hormone appelée cortisol) peut peut-être aider. Il existe peut-être même des solutions naturelles (repos, bienveillance, massages, relaxation, exercices de respiration, sports doux, etc…).
      Excellente continuation,
      Isabella Webster

      Reply
      • L'équipe Santé sur le Net says:

        Bonjour,
        Merci de partager votre expérience sur Santé sur le Net. Un forum est à votre disposition pour échanger entre patients si vous le souhaitez.
        https://forums.sante-sur-le-net.com/
        Nous vous souhaitons une bonne journée.
        L’équipe Santé sur le net.

        Reply
  • simone kervinio says:

    Bonjour. Excusez moi mais je voudrais si possible plus d’éclaircissements sur les perturbateurs endocriniens. Ma petite fille (32 ans) kiné souffre cruellement d’intolérance aux perturbateurs endocriniens surtout entretien sols et vêtements. Elle nous empoisonne la vie et la sienne aussi. Elle est très fatiguée, n’arrive plus à faire son métier, elle a des vomissements, des diarrhées, des maux de tête,, des boutons. Que faire ??? Elle ne veut pas aller voir une psy. Ne trouve pas de docteur pour son cas. Elle habite le finistère. Au secours merci est ce bien vrai tous ces symptomes ?
    Simone Kervinio

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour Madame. Consulter un médecin allergologue peut être une approche intéressante dans le cas de votre petite fille. Il pourra éventuellement lui apporter des réponses.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
    • Isabella Webster says:

      Bonjour,
      La vidéo “ça commence aujourd’hui – ils ont été victimes d’une erreur de diagnostic” sur la maladie de Cushing (correspondant à un déséquilibre d’une hormone appelée cortisol) peut peut-être aider. Il existe peut-être même des solutions naturelles (repos, bienveillance, massages, relaxation, exercices de respiration, sports doux, etc…).
      Excellente continuation,
      Isabella Webster

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.