Un pictogramme « femme enceinte » sur les boites de médicaments toxiques !

Apr 30, 2017 par

Les médicaments peuvent être utilisés dans le cadre du traitement d’une pathologie ou pour atténuer certains symptômes, ou encore pour combattre certaines infections. La médication à outrance et mal-adaptée peut s’avérer dangereuse pour le patient. D’autant plus pour les femmes enceintes, dont le danger menace alors, à la fois la mère et l’enfant…

grossesse picto medicaments

Médicaments et grossesse, une combinaison souvent dangereuse…

Dans le cadre d’une grossesse, quel que soit le moment de celle-ci, des effets délétères liés à la prise de certains médicaments peuvent être visibles. Ce sont des effets toxiques.

Sont alors à distinguer :

  • Les effets tératogènes pouvant causer des altérations dans le développement de l’enfant (arrêt du développement de certains organes, formation anormale de certaines parties du corps, etc.) ;
  • Les effets foetotoxiques pouvant entrainer une toxicité aigüe (immédiate) ou chronique (sur le long terme) sur le fœtus (conséquences sur les différents systèmes fonctionnels : cardiovasculaires, pulmonaires, cérébraux, etc.).

Les risques, associés à la prise de certains médicaments, dépendent de plusieurs paramètres, notamment de la molécule ingérée, ou encore de la période de grossesse.

En effet, durant les 15 premiers jours de la grossesse (période péri-implantaire), les séquelles seront de l’ordre du « tout ou rien ». Ce qui signifie que l’ingestion de médicaments mal adaptés à la grossesse, peut conduire à la mort de l’embryon, ou ne rien lui infliger. Durant les deux premiers mois de la grossesse (période embryonnaire), il s’agit davantage d’une phase à risques tératogènes, soit pouvant impacter le développement des organes. Enfin, du deuxième mois jusqu’au terme (période fœtale et périnatale), le risque devient alors foetotoxique.

En ce sens, la prise d’un traitement médicamenteux peut se trouver sans incidence à certains stades de la grossesse mais critiques à d’autres.

Certaines molécules ont des propriétés de pénétration de la barrière placentaire, plus importantes que d’autres. Le fœtus, étant doté de système de lutte et d’élimination des substances chimiques bien moindre que la mère, sera alors plus vulnérable aux impacts potentiellement occasionnés par ces molécules.

Un nouveau moyen de prévention de la toxicité foetotoxique : les pictogrammes !

Le 14 avril dernier est apparu, au sein du Journal Officiel, un décret relatif à l’obligation d’apposition d’un pictogramme particulier sur les boites de médicaments et produits, pouvant induire des effets tératogènes et/ou foetotoxiques.

Les laboratoires pharmaceutiques ont alors un délai de 6 mois pour l’apposition de cette information sur les boites des médicaments déjà sur le marché et un délai d’un mois pour les médicaments n’ayant pas encore bénéficié d’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM)

Les autorités de santé rappellent que la prise de médicaments n’est pas à exclure dans sa totalité dans le cadre d’une grossesse. Ceci est particulièrement notable pour les cas de pathologies chroniques, telles que le diabète, l’épilepsie ou certaines maladies cardiovasculaires. Néanmoins, un avis médical est nécessaire en amont de toute utilisation d’une substance chimique quelconque. En ce sens, l’automédication est à éviter autant que possible !

La prévention du risque tératogène et/ou foetotoxique sera alors mise davantage en évidence au travers de ces nouveaux pictogrammes. Cependant, il est important de prendre conscience que, dans la plupart des cas (hors pathologies chroniques et cas particuliers), les règles hygiéno-diététiques se doivent d’être privilégiées au regard de la médication.

Delphine.W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– MÉDICAMENTS ET GROSSESSE. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille. Consulté le 25 avril 2017.
– Médicaments fœtotoxiques. Le pictogramme grossesse généralisé. Lequotidiendupharmacien. Le 20 avril 2017.
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.