Ne négligeons pas la qualité de l’air intérieur !

May 4, 2017 par

La pollution de l’air extérieur est hautement diffusée et des alertes souvent données aux attentions à porter à notre environnement. De ce fait, nous négligeons peut-être un peu trop la qualité de notre environnement intérieur. Et des conséquences sanitaires peuvent y être associées …

pollution air interieur

Une exposition quotidienne à la pollution intérieure

D’après un rapport diffusé par l’Institut de Veille Sanitaire (INVs) et par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, nous passons près de 16h, par semaine, au sein de notre logement. Celui-ci n’est cependant pas exclu de polluants divers et variés, allant de simples poussières au développement de micro-organismes…

De ce fait, chaque personne est exposée quotidiennement à un certain nombre de polluants d’intérieur : allergènes, micro-organismes, particules fines, fumées (de cigarette, issues de cuissons, etc.), ou encore de substances chimiques par l’utilisation de produits ménagers notamment.

Les moisissures retrouvées dans l’habitat sont généralement la conséquence d’une humidité plus ou moins importante.

On parle « d’agents polluants » pour décrire tout ce qui recouvre aux bactéries, au virus, aux poussières, aux allergènes, aux gaz issus de combustion (Monoxyde de Carbone (CO), Dioxyde de Carbone (CO2), et autres). Mais également aux composés organiques volatils (COV), à l’Ozone (O3), etc.

Des conséquences sanitaires à ne pas négliger !

Différentes conséquences, pour la santé, sont à différencier au regard d’une telle exposition quotidienne …

Les moisissures peuvent être à l’origine de déficiences respiratoires, plus ou moins importantes, en fonction de l’état de santé de l’individu et de ses défenses immunitaires. Certaines pathologies peuvent alors y être associées : l’aspergillose broncho pulmonaire allergique (maladie pulmonaire rare), l’alvéolite allergique autres maladies pulmonaires.

A savoir ! Le système de défenses immunitaires étant l’ensemble des mécanismes biochimiques mis en œuvre dans la lutte contre les éléments étrangers à l’organisme.

Une exposition à certains agents chimiques, issus particulièrement des produits ménagers, peuvent induire des anomalies cutanées et/ou respiratoires. L’exposition chronique (sur le long terme), à la fumée (de cigarette et autres), aux COV et autres gaz volatils, entraine le plus généralement des déficiences respiratoires.

Afin de limiter ces impacts sanitaires liés à la pollution de l’air intérieur, des mesures et des « bonnes pratiques » sont recommandées :

  • Une aération quotidienne de l’habitat ;
  • Ne pas fumer à l’intérieur des locaux ;
  • Aérer la literie chaque jour afin de limiter la prolifération des acariens ;
  • Vérifier les modalités d’utilisation des produits d’entretien, avant leur utilisation ;

Delphine.W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– ALLERGIES ET HABITAT INTÉRIEUR. Le généraliste. Le 20 avril 2017.
– CONTAMINATIONS FONGIQUES EN MILIEUX INTERIEURS DIAGNOSTIC EFFETS SUR LA SANTE RESPIRATOIRE CONDUITES A TENIR. CONSEIL SUPERIEUR D’HYGIENE PUBLIQUE DE France. Septembre 2006.
– Description du budget espace-temps et estimation de l’exposition de la population française dans son logement. Abdelkrim Zeghnoun., et al.. Septembre 2009.
Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.