Reconnaître les verrues éligibles à la cryothérapie…

Aug 7, 2017 par

Près d’un Français sur quatre est concerné par les verrues et les enfants sont les plus touchés par ces infections virales bénignes. Plusieurs traitements sont disponibles, mais leur efficacité reste très variable. Une récente étude met pour la première fois en évidence des facteurs prédictifs de la réponse des verrues aux différents traitements.

verrues-cryotherapie

Les verrues : une infection virale

Les verrues cutanées sont très fréquentes, en particulier chez les enfants d’âge scolaire. Elles résultent d’une infection par un virus, le papillomavirus humain, et sont des infections cutanées bénignes. Elles se présentent sous différentes formes et dans différents endroits du corps :

  1. Les verrues vulgaires, principalement sur le dos des mains et les doigts, mais aussi en périphérie des ongles ;
  2. Les verrues plantaires, divisées en deux catégories :
    1. Les myrmécies, ponctuées de points noirs et parfois douloureuses à l’appui ;
    2. Les verrues mosaïques au niveau de la plante des pieds, des mains et en périphérie des ongles, sous forme de plaques de peau épaissie ;
  3. Les verrues filiformes, principalement situées au niveau du visage (bouche, cou) ;
  4. Les verrues planes, surtout au niveau du visage et du dos des mains, généralement groupées par dizaines ou centaines.

A savoir ! Plus de 120 types de papillomavirus ont jusque-là été identifiés. Certains types n’affectent pas la peau, mais les muqueuses génitales et sont responsables des condylomes ou verrues génitales. Leur transmission se fait essentiellement par voie sexuelle et ces verrues particulières sont considérées à ce titre comme une infection sexuellement transmissible.

Dans la grande majorité des cas, les verrues disparaissent d’elles-mêmes sans traitement dans les deux ans qui suivent leur apparition.

Verrues et traitements

Même si la plupart des verrues disparaissent spontanément sans traitement, elles peuvent fréquemment récidiver. De plus, elles peuvent être à l’origine d’une gêne ou de réelles douleurs, justifiant leur traitement.

A ce jour, aucun traitement ne permet d’éradiquer le virus responsable des verrues. Les thérapies disponibles visent à détruire les lésions visibles par différentes méthodes :

  1. Les méthodes physiques :
    1. La cryothérapie consiste en l’application locale d’azote liquide, qui détruit la verrue par sa température extrêmement froide.
    2. L’électrocoagulation repose sur l’utilisation d’un bistouri électrique et est de moins en moins utilisée.
    3. Le curetage chirurgical est réservé aux verrues de grande taille.
    4. La vaporisation au laser CO2 peut être effectuée par un dermatologue, mais entraîne un risque de cicatrices dans la moitié des cas.
  2. Les méthodes chimiques par des agents kératolytiques (des acides qui détruisent la verrue) :
    1. L’acide salicylique entre 10 et 60 % ;
    2. L’acide lactique ;
    3. L’acide trichloracétique ;
    4. L’acide formique.

Scientifiquement, il n’existe aucune preuve qu’une méthode soit plus fiable qu’une autre et aucune recommandation n’encadre le traitement des verrues. L’efficacité des différentes méthodes reste très variable d’un patient à l’autre et d’une verrue à l’autre.

Les verrues éligibles à la cryothérapie

Les traitements kératolytiques et la cryothérapie sont les traitements les plus utilisés contre les verrues, mais seulement 50 % des personnes guérissent réellement après traitement. Plusieurs études ont déjà suggéré que le génotype (type génétique) du papillomavirus pouvait déterminer la forme de la verrue et influencer la réponse clinique au traitement. Serait-il alors possible de prédire quelles verrues peuvent-être efficacement traitées par cryothérapie ?

Des chercheurs néerlandais se sont penchés sur cette question et ont développé un outil d’évaluation des caractéristiques des verrues, baptisé CWARTS, basé sur :

  1. Le nombre de verrues ;
  2. Leur relief ;
  3. Leur aspect ;
  4. Leur bordure (contour) ;
  5. Leur couleur ;
  6. La présence de squames ;
  7. La présence de points noirs en surface ;
  8. L’épaississement de la peau ;
  9. L’érythème associé (rougeur de la peau autour de la verrue).

Ils ont ensuite déterminé si cet outil pouvait permettre de prédire le génotype de virus et l’efficacité du traitement.

En utilisant l’outil CWARTS, ils ont comparé l’efficacité de différents traitements chez 159 personnes présentant au total 311 verrues :

  1. L’acide monochloracétique toutes les deux semaines sous pansement occlusif jusqu’à guérison ;
  2. La cryothérapie seule ou associée à l’acide salicylique, avec des séances toutes les deux semaines.

Des différences significatives ont ainsi été mises en évidence entre les caractéristiques morphologiques des verrues et le génotype du papillomavirus. Les verrues communes, sans érythème associé et sans peau calleuse, se sont avérées les plus sensibles à l’action de la cryothérapie. Si le génotype ne semble pas constituer un facteur prédictif de réponse des verrues communes à la cryothérapie, cette dernière semble moins efficace lorsque la verrue est profonde ou calleuse. En revanche, le génotype était le meilleur facteur prédictif d’efficacité de l’acide monochloracétique ou de l’association cryothérapie et acide salicylique.

Pour la première fois, une étude relie les caractéristiques morphologiques des verrues, le génotype des papillomavirus en cause et l’efficacité de différents traitements. Un outil très intéressant pour mieux cibler et optimiser les stratégies thérapeutiques des verrues.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Morphological characteristics and HPV genotype predict the treatment response in cutaneous warts. Hogendoorn, G.K. and al. British Journal of Dermatology. DOI: 10.1111/bjd.15758. 2017.
– Les verrues. Dermato-info.fr. Mis à jour le 6 juillet 2017.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.