Les ressources marines : Médicaments de demain ?

Nov 6, 2016 par

forum ressources marines

Les ressources marines pourraient-elles contenir les médicaments de demain ? Santé Sur le Net s’est rendu à la 7ème édition du Forum Blue Cluster dédié à la valorisation de ces ressources dans les domaines de la santé, de la cosmétique, de l’agriculture et de l’écologie.

Des ressources marines et un secteur en plein développement

La mer et les ressources marines fascinent depuis toujours. Après le développement des molécules d’origine végétale, les chercheurs ont entrepris depuis quelques dizaines d’années l’exploration des ressources marines et de leurs vertus. Les algues, les poissons, les crustacés, les mollusques, … s’avèrent contenir des substances potentiellement valorisables dans de multiples domaines dont celui de la santé.

La France, nation traditionnellement maritime, se positionne depuis longtemps dans ce secteur. L’Ouest de la France en particulier constitue l’un des principaux gisements naturels d’algues en Europe. Quelques actifs marins ont déjà été commercialisés dans le domaine de la santé. A titre d’exemple, la spiruline (algue microscopique) est disponible sous forme de complément alimentaire pour sa richesse nutritive et sa capacité à renforcer les défenses immunitaires. L’alginate de sodium, glucide complexe extrait des algues brunes, est le principe actif d’un médicament indiqué contre les brûlures d’estomac. Le chitosan, isolé notamment des carapaces de crustacés, possède des propriétés hémostatiques (arrêt du saignement) et cicatrisantes, très intéressantes pour la formulation de pansements.

A savoir ! La spiruline ou Arthrospira vit dans les eaux salées des zones tropicales et sub-tropicales. Cette algue microcopique bleu-vert est souvent utilisée en tant que complément alimentaire, du fait de sa grande richesse en protéines et nutriments.

Depuis 7 ans, le Forum Blue Cluster réunit des organismes de recherche et de conseil, des laboratoires privés et des industriels qui travaillent sur les thèmes de la valorisation des ressources marines. Ces différents acteurs sont locaux, nationaux ou internationaux et visent les marchés de la santé, mais aussi de l’agriculture, de l’alimentation humaine et animale, de l’écologie et de la chimie.

forum blue cluster

Des molécules marines pour la médecine régénérative

La médecine régénérative a pour but de remplacer ou de réparer les tissus endommagés de l’organisme. Dans le cas des lésions osseuses, elle met en œuvre plusieurs thématiques, allant de la thérapie cellulaire à la nanomédecine (médecine basée sur les nanotechnologies) en passant par la thérapie génique. Le réseau Biorégate, basé en Bretagne et Pays de La Loire, rassemble plusieurs partenaires universitaires, hospitaliers et académiques qui travaillent sur de nouvelles avancées thérapeutiques en médecine régénérative. Ce réseau mène des projets d’envergure européenne et internationale dans ce domaine, grâce à des soutiens financiers de l’état et de l’union européenne.

L’un des laboratoires partenaires de ce réseau travaille en particulier sur les polysaccharides (glucides complexes) extraits de bactéries marines. Les chercheurs isolent et étudient ces nouvelles substances pour concevoir de nouveaux biomatériaux à base de ressources marines. Ces biomatériaux pourraient permettre de régénérer des os ou de mettre au point de nouveaux procédés de réparation des os fracturés.

A savoir ! Exploiter une ressource marine pour isoler une substance n’est pas simple. Au-delà de la question de l’approvisionnement en ressources marines (respect de l’environnement et de la biodiversité), de nombreuses contraintes réglementaires, financières et technologiques se présentent tout au long du projet. Plus de 10 ans sont nécessaires entre le début du projet et la commercialisation finale du produit. Sur de nombreux candidats au départ, seuls 1 ou 2 seront retenus et parviendront jusqu’à nous.

Des têtes de sardines pour prévenir le vieillissement cérébral

D’autres équipes de recherche s’orientent sur la valorisation des produits de la pêche. En effet, la pêche est un secteur très pourvoyeur de sous-produits : excédents de pêches ramenés à terre, résidus de poissons en conserverie. Or ces produits non commercialisés pourraient avoir un intérêt en nutrition et en santé.

Les poissons et en particulier les poissons gras (sardine, anchois, harengs, maquereaux, …) présentent des teneurs très intéressantes en acides gras essentiels, de type oméga-3 à longue chaîne. Ces acides gras sont connus pour leurs propriétés anti-inflammatoires et de protection neuronale. Ils ont également démontré un effet protecteur sur le déclin cognitif naturel lié à l’âge (diminution progressive et physiologique des capacités cérébrales lié au vieillissement).

Un projet vient ainsi d’être lancé par le laboratoire Nurineuro, qui regroupe des équipes de recherche de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et de l’Université de Bordeaux. Ce projet, intitulé « Brain-Booster », associe plusieurs partenaires publiques et privés, autour de la prévention du déclin cognitif chez les personnes âgées par des extraits de têtes de sardines. Les têtes de sardines utilisées proviennent de conserveries de sardines. Ce projet vient de recevoir le soutien financier de l’état, pour réaliser toutes les étapes de recherche puis de développement des substances d’intérêt présentes dans les têtes de sardines. Prochainement, une étude clinique sera réalisée pendant 6 mois sur des volontaires âgés de 60 à 70 ans.

La recherche et le développement de substances d’origine marine pour la santé sont ainsi en plein développement. La mer n’a décidément pas fini de nous dévoiler tous ses trésors…

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.