Il faut soulager vite et au mieux les douleurs de la grossesse, mais il faut aussi savoir reconnaître les douleurs simples des anomalies qui nécessitent de consulter au plus vite. Si vous avez le moindre doute, parlez-en à l’équipe soignante qui vous suit.

douleur chez la femme enceinte

Évaluer les douleurs de la grossesse

Pour évaluer votre douleur, l’équipe soignante utilisera une des échelles scientifiquement validées :

  1. Échelle verbale simple : vous choisissez l’adjectif qui vous correspond le mieux entre “pas de douleur”, “douleur faible”, “douleur modérée”, “douleur sévère” et “douleur intolérable”.
  2. Échelle numérique : vous indiquez par une note de 0 à 10 l’intensité de votre douleur.
  3. Échelle visuelle analogique : constituée d’une ligne droite sur laquelle vous marquez l’intensité de votre douleur.

Si votre douleur n’est pas soulagée très rapidement, parlez-en à l’équipe qui suit votre grossesse. Votre douleur sera réévaluée et votre traitement, adapté, afin de vous soulager efficacement.

Traitement

Des médicaments semblant bénins et inoffensifs peuvent provoquer de graves malformations ou d’autres effets délétères chez le fœtus. C’est pourquoi, lors d’une grossesse, aucun médicament n’est à prendre sans précaution.

Le paracétamol est le chef de file des antalgiques pour soulager les douleurs de la grossesse : vous pouvez l’utiliser à condition de ne pas dépasser les doses maximales définies dans la notice. En cas de doutes ou pour des douleurs persistantes, demandez conseil à votre pharmacien ou aux personnes qui suivent votre grossesse.

Il existe des traitements pour soulager les douleurs de la grossesse durant les 9 mois. Le traitement dépend de l’intensité de la douleur mais aussi du stade de la grossesse, car certains médicaments peuvent être toxiques pour le fœtus, et non en fin de grossesse. Par la suite, la toxicité des médicaments évolue au fur et à mesure que le fœtus se développe. Il s’agit de trouver un traitement dont le rapport bénéfice/risque soit le plus élevé possible. Par ailleurs, même si leur efficacité n’a jamais été scientifiquement établie, de nombreuses techniques non pharmacologiques peuvent soulager vos douleurs et atténuer les petits désagréments de la grossesse : massages, kinésithérapie, acupuncture, ostéopathie et gymnastique aquatique peuvent s’avérer très utiles. Parlez-en avec votre professionnel de santé.

À proximité de l’accouchement, l’équipe médicale devra être au courant de tout traitement antalgique en cours afin d’assurer une surveillance adaptée du nouveau-né.

Lors de l’accouchement, c’est la péridurale qui prend le relais et insensibilise le bas du corps. Elle prend la forme d’une injection d’anesthésiant au niveau de la colonne vertébrale.