Vertige

Un vertige peut être défini comme étant une sensation erronée de déplacement du corps dans l’environnement. Parfois certains symptômes peuvent être associés, comme des nausées ou vomissements, des acouphènes, une pâleur, etc. Tous les vertiges sont en lien avec un trouble de l’équilibre.

Définition

Un vertige est une illusion que l’environnement (murs, sols, plafond, objets, etc.) bouge. Parfois, il est plutôt ressenti comme un déplacement de soi-même. Ce dernier est, généralement, circulaire. Il peut aussi être vertical (sensation d’être dans un ascenseur) ou semblable à un balancement ou une chute.

À savoir ! Les sensations vertigineuses ressemblent au vertige. En revanche, au lieu de provoquer une sensation de mouvement de l’environnement, elles sont plutôt à l’origine d’une impression de déséquilibre, d’instabilité voire d’ébriété. Elles se manifestent lorsque le patient est débout ou marche, et disparaissent lorsque celui-ci prend appuie quelque part ou s’assoie.

La durée et la fréquence d’un vertige sont variables. Ainsi, un vertige peut durer de quelques secondes à plusieurs heures. Tout comme, il peut être unique ou se répéter de manière irrégulière dans le temps. Les vertiges peuvent être provoqués par certains mouvements, par exemple le fait de se lever, de se coucher, de tourner la tête trop rapidement, etc.

À savoir ! Un vertige est à distinguer d’un malaise. Ce dernier n’est pas lié à un trouble de l’équilibre, et n’à pas les mêmes symptômes. Il se manifeste, en effet, comme une sensation de faiblesse momentanée liée à une hypoglycémie ou à une crise d’angoisse, une perte de connaissance partielle ou totale et une sensation de déséquilibre.

Un vertige est toujours du à un trouble de l’équilibre. L’équilibre est habituellement assuré par le système vestibulaire qui est une partie de l’oreille contenant plusieurs organes sensoriels, notamment les canaux semi-circulaires et le nerf vestibulaire. Les canaux semi-circulaires contiennent un liquide dans lequel flotte de petites structures appelées « otolithes ». Lorsque la tête bouge, ces derniers se déplacent. Ainsi, tout mouvement de la tête implique un déplacement du liquide et des otolithes dans le même sens. Le nerf vestibulaire transmet l’information de mouvement depuis les canaux semi-circulaires jusqu’aux centres cérébraux correspondants. C’est alors le cerveau qui commande au corps les actions nécessaires au maintien de l’équilibre. Le nerf vestibulaire s’associe au nerf cochléaire pour former le nerf auditif. Enfin, la vue joue également un rôle dans le maintien de l’équilibre.

Les vertiges peuvent avoir diverses origines. Trois causes restent, cependant, majoritairement responsables :

  • Les vertiges positionnels paroxystiques bénins (VPPB) sont dus à un dépôt d’otolithes au niveau des canaux semi-circulaires, ce qui bloque la bonne perception du mouvement. Ils sont généralement violents, brefs et donnant l’impression d’une rotation. Ils sont provoqués par les changements de position (se coucher, se lever ou tourner la tête) ;
  • La névrite vestibulaire est une atteinte inflammatoire, d’origine virale le plus souvent, du nerf vestibulaire. Elle est à l’origine d’une unique crise vertigineuse qui dure plusieurs jours et oblige le patient à rester coucher avant de régresser progressivement. Des nausées et des vomissements peuvent être associés ;
  • La maladie de Ménière est causée par une augmentation de la pression au niveau du labyrinthe. Cette maladie provoque des crises vertigineuses intenses qui peuvent durer jusqu’à plusieurs heures. Les crises sont associées à des nausées, vomissements, acouphènes et à une perte d’acuité auditive. La maladie évolue vers des lésions chroniques du labyrinthe à l’origine de vertiges chroniques, de surdité et de troubles de l’équilibre.

Il existe d’autres causes plus rares de vertiges : un traumatisme crânien affectant l’arrière de l’oreille, une infection ORL, un cholestéatome de l’oreille moyenne (une complication d’otite chronique), une intoxication au plomb ou au mercure, une tumeur, un accident vasculaire cérébral ou une maladie neurologique (par exemple la Sclérose en Plaques).

Symptômes

Les vertiges peuvent être associés à d’autres symptômes :

  • Des nausées ;
  • Des vomissements ;
  • Une perte d’audition ;
  • Des acouphènes (ou bourdonnements d’oreilles) ;
  • Des maux de tête.

À savoir ! En cas de vertige, il n’y a pas de perte de conscience.

Diagnostic

Certains vertiges doivent conduire à une consultation immédiate :

  • Le patient ne tient pas debout ;
  • Il existe des maux de tête inhabituels ;
  • La personne a des troubles visuels (vision double, perte de la vision) ;
  • Les yeux du patient font des mouvements anormaux à type de va-et-vient ;
  • Il y a une perte de conscience ou un comportement anormal ;
  • L’individu a des difficultés à parler, à se déplacer ou à contrôler ses membres ;
  • Il existe un antécédent de traumatisme crânien récent ;
  • Le patient a des risques cardiovasculaires importants, c’est-à-dire, présence d’hypertension artérielle, de diabète, de trouble du rythme cardiaque ou d’angine de poitrine.

En dehors des situations décrites ci-dessus, une simple consultation médicale dans les jours ou les semaines qui suivent la survenue du vertige est suffisante. Elle permettra d’identifier la cause du vertige et de mettre en place des traitements adaptés. En effet, tous les vertiges, même bénins, doit être traités afin d’éviter les récidives.

À savoir ! Avant la consultation chez le médecin, il est utile de lister les caractéristiques du vertige, par exemple si c’est la première crise ou non, le temps qu’elle a duré, leur fréquence si il y en a plusieurs, si il existe d’autres symptômes associés, etc.

Toute consultation pour vertiges, qu’elle soit effectuée par un spécialiste ou un médecin généraliste, débute par un interrogatoire du patient et sur les caractéristiques de ses vertiges. Il procède ensuite à l’auscultation au cours de laquelle il vérifie l’absence de mouvements anormaux au niveau des yeux et l’équilibre du patient, inspecte le conduit auditif et le tympan et effectue un examen neurologique complet.

Certains examens complémentaires peuvent être nécessaires :

  • Une audiométrie (mesure de l’audition) et la mesure des potentiels évoqués auditifs (enregistrement de l’activité électrique du nerf auditif) ;
  • Des examens spécialisés permettant d’explorer la fonction de l’oreille interne dans l’équilibre ;
  • Une vidéonystagmographie afin d’enregistrer les mouvements anormaux oculaires ;
  • Un examen vidéo-oculographique qui a pour objectif l’étude de la motricité oculaire ;
  • Des analyses sanguines ;
  • Un scanner du rocher et de l’oreille ;
  • Un IRM du cerveau et du nerf auditif ;
  • Un bilan cardiovasculaire.

Traitement

Une crise vertigineuse peut être soulagée par divers médicaments selon les symptômes présents :

  • Des antiémétiques pour limiter les nausées et vomissements associés ;
  • Des sédatifs pour calmer le patient ;
  • Des antivertigineux.

En cas de vertige invalidant, une hospitalisation peut être nécessaire.

Une fois la crise traitée, un traitement peut être prescrit pour soigner la cause des vertiges. Le traitement médicamenteux peut être prescrit sur une période prolongée. D’autres traitements sont basés sur le mouvement et la rééducation. Ainsi, des exercices réalisés par un kinésithérapeute ou un médecin ORL sont recommandés en cas de névrite vestibulaire. Ils sont utiles pour apprendre au cerveau à compenser le dysfonctionnement du nerf touché grâce à d’autres systèmes impliqués dans l’équilibre. En cas de vertiges positionnels paroxystiques bénins, les manipulations sont réalisées par un spécialiste afin d’assurer la dispersion des dépôts d’otolithes.

Enfin, des conseils hygiéno-diététiques peuvent aider à prévenir une nouvelle crise vertigineuse :

  • Eviter les mouvements à l’origine du vertige, par exemple tourner la tête doucement si le vertige survient suite à un mouvement rapide de la tête ;
  • Supprimer tous médicaments toxiques pour l’oreille

Charline D., Docteur en pharmacie

– Vertige. Larousse. Consulté le 19 novembre 2018.
– Vertiges. Ameli. Le 2 août 2018.