Soleil et chaleur : quelles sont les précautions à prendre pour les tout-petits ?

Jul 9, 2019 par

Même s’il est indispensable pour leur croissance, le soleil peut vite devenir l’ennemi des tout-petits en provoquant coup de soleil et déshydratation. Pourquoi la peau des enfants est-elle si fragile ? Comment prévenir la survenue d’un érythème solaire et d’une déshydratation ?

soleil-chaleur-bebe

La peau de la petite enfance : caractéristiques et risques

Pendant la période estivale, il faut éviter d’exposer les enfants au soleil car ses rayons ultraviolets sont très nuisibles pour la peau et les yeux.

À savoir ! Le rayonnement solaire est composé d’un ensemble d’ondes électromagnétiques. A la surface de la Terre, on enregistre 5% d’ultra-violet (dont 95% d’UV-A et 5% d’UV-B), 40% de lumière visible (avec une longueur d’onde de 380nm à 780nm) et 55% d’infra-rouge. Le rayonnement UV émis par le Soleil est classé en 3 types d’ultra-violet : les UV-A ayant une longueur d’onde de 380 à 315 nanomètres, les UV-B dont la longueur d’onde est comprise entre 315 et 280 nm ainsi que les UV-C qui ont une longueur d’onde allant de 280 à 200 nm. En traversant l’atmosphère, la totalité des UV-C et la majeure partie des UV-B sont absorbées ou réfléchies.

Avant un an, un nouveau-né ne doit pas être exposé au soleil et à la chaleur.  Après un an, des précautions s’imposent car même si l’enfant est plus résistant, il est encore très vulnérable.

En effet, comparativement aux adultes,  la peau des enfants est :

  • Plus fine ;
  • Plus perméable car ils ont un film hydrolipidique (permettant d’agir comme un isolant) très fin et un pH de la peau proche de 7 contre 5,5 pour les adultes ;
  • Dans l’incapacité de produire des quantités importantes de mélanine (pigment fabriqué par les cellules de la peau).

Toutes ces caractéristiques rendent la peau des enfants plus vulnérable face à la déshydratation, aux allergènes (produits chimiques par exemple), à l’eau chaude ou aux irritations provoquées par les frottements.

Leur peau est également plus sensible aux agressions extérieures comme les rayons du soleil.

L’érythème solaire chez l’enfant : risque et prévention

Des études ont montré que l’exposition solaire non protégée pendant l’enfance est un facteur de risque de survenue de cancer de la peau à l’âge adulte.

L’érythème solaire ou coup de soleil chez l’enfant se caractérise, comme chez l’adulte, par une rougeur, une douleur, des démangeaisons et une congestion de la peau.

Dans les pires cas, une cloque peut apparaître.  On parle alors d’une brûlure superficielle du second degré. Quelques jours après, le coup de soleil finit par disparaître et l’épiderme commence à peler.

Ce coup de soleil est une brûlure provoquée par les rayons ultraviolets du soleil essentiellement ceux de type B.

À savoir ! Les ultraviolets B sont minoritaires en ne représentant que 5% du rayonnement solaire. Ils pénètrent dans l’épiderme et sont responsables du bronzage, des coups de soleil, des réactions allergiques et des cancers cutanés. Les ultraviolets A sont présents toute l’année et même par temps nuageux, ils représentent 95 % des rayonnements et peuvent pénétrer le derme. Sur le long terme, ils peuvent provoquer le photo-vieillissement, des allergies au soleil, des tâches et la survenue de cancers cutanés.

Pour prévenir cet érythème solaire, il faut impérativement ne pas exposer les enfants avant l’âge de trois ans et  protéger leur peau avec une crème solaire lorsqu’ils sont à l’extérieur. Autre recommandation : ne pas les mettre à l’ombre sous un arbre, un linge ou un parasol car les rayons UV passent malgré tout.

L’indice de protection (IP), appelé également Facteur de protection Solaire (FPS), doit être supérieur à 30 et notamment les indices 50 ou 50+. Cette crème solaire doit aussi être résistante à l’eau et protéger contre les rayons UV-B et UV-A.

Cette crème devra être appliquée toutes les 2 heures et après chaque baignade. Autres précautions indispensables : port de chapeau, lunettes et de tee-shirt à manche longue.

Cependant, il ne faut pas oublier que  les enfants doivent bénéficier d’un minimum d’exposition au soleil car la vitamine D se forme sous l’action des rayons ultraviolets et contribue à la croissance de leur squelette.

Les enfants de moins de 5 ans en carence de vitamine D peuvent d’ailleurs développer un rachitisme.

A Savoir ! La vitamine D peut provenir de l’alimentation (poisons, œufs, produits laitiers) et de l’organisme lui-même via l’action des rayons ultraviolets : Une fois produite par la peau, elle est stockée niveau du foie, du muscle et des tissus graisseux, pour être utilisée pendant les périodes de faible ensoleillement.

Quels réflexes pour prévenir la déshydratation ?

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un nouveau-né a une teneur en eau de 78% contre 60% pour un adulte. Ainsi, ils sont davantage exposés au risque de déshydratation.

Lorsque les premières chaleurs arrivent ou que l’enfant souffre de diarrhée, il faut prévenir ce risque.

Les précautions à prendre sont de :

  • Laisser l’enfant au frais entre 12h et 17h, voire jusqu’à 18h en période de canicule ;
  • Lui proposer régulièrement de l’eau et le rafraîchir avec un brumisateur ;
  • Faire des pauses régulièrement lors des longs trajets en voiture pour hydrater l’enfant et lui faire prendre l’air.

Les symptômes de la déshydratation sont facilement identifiables : visage rouge, transpiration, agitation, pleurs, fatigue et/ou lèvres sèches.

Enfin, en période de canicule, les risques de coup de chaleur sont plus importants. Si votre enfant est rouge avec de la fièvre et qu’il suffoque, emmenez le immédiatement aux urgences car ce sont les premiers symptômes d’un coup de chaleur.

Julie P., Journaliste scientifique

– Soleil et bébé. Mpedia. Consulté le 5 juillet 2019.
– Déshydratation, comment l’éviter ? Mpedia. Consulté le 5 juillet 2019.
– Canicule : comment protéger son nourrisson ? France Info. Consulté le 5 juillet 2019.
– Coup de soleil (érythème solaire). ) Eurekasanté-Vidal. Consulté le 5 juillet 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.