Les tatoueurs missionnés pour dépister le mélanome ?!

Feb 1, 2017 par

Près de 70 000 cancers cutanés sont diagnostiqués chaque année en France, dont 10 % de mélanomes. Cancer de la peau le plus meurtrier, il peut se guérir dans 9 cas sur 10 s’il est détecté précocement. Santé sur le Net s’est penché sur les dernières avancées dans le dépistage des tumeurs cutanées.

Le dépistage du mélanome en pleine remise en question

Le dépistage des cancers cutanés se base sur un examen visuel de la totalité de la peau par un professionnel de santé (médecin, dermatologue), si possible chaque année. De récents travaux menés par les services de prévention américains viennent bouleverser ces préconisations.

Ces services ont compilé les résultats de 13 études internationales. Ils en déduisent que la réduction de la mortalité grâce au dépistage annuel des cancers cutanés est limitée. Ce résultat ne s’applique qu’aux adultes sans symptômes ni antécédents de lésions cutanées précancéreuses ou cancéreuses. Les autorités américaines recommandent d’axer la prévention sur les dangers de l’exposition solaire chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes à la peau claire.

Ces conclusions sont loin de faire l’unanimité chez les dermatologues. La plupart des spécialistes insistent sur l’importance d’un examen attentif de la peau pour repérer toute éventuelle lésion. En effet, la détection d’un mélanome à un stade précoce est capitale pour réduire la mortalité liée à ce cancer cutané. De nombreux scientifiques reconnaissent malgré tout le manque de données objectives démontrant significativement l’intérêt de cet examen. De nouvelles études doivent être menées pour analyser le bénéfice d’un dépistage annuel du mélanome, pour que les autorités de santé puissent prendre position.

Tatoueurs : des sentinelles pour le dépistage

Dans ce contexte de remise en question du dépistage annuel du mélanome, des chercheurs ont mis en avant l’importance d’associer les compétences de professionnels non-médicaux, qui travaillent en contact étroit avec la peau. Parmi eux, les tatoueurs viennent de faire l’objet d’une étude, dont les résultats ont été présentés lors des dernières Journées Dermatologiques de Paris en décembre 2016.

En 2016, un questionnaire anonyme en ligne a été proposé à 80 tatoueurs professionnels français (56) et finlandais (24), sur l’examen de la peau de leurs clients et la place des tatoueurs dans la détection de lésions cutanées suspectes.

La population de tatoueurs interrogés est confirmée avec en moyenne plus de 10 ans d’expérience et la réalisation de plus de 7 tatouages par semaine. Les résultats révèlent que :

Cette étude, même à petite échelle, souligne le rôle clé de certaines professions dans le dépistage du mélanome. Des telles études avaient déjà été menées aux USA auprès de populations de coiffeurs et avaient abouti à des résultats similaires. Actuellement, une expérience est en cours au Royaume-Uni : des médecins hospitaliers forment des tatoueurs à la reconnaissance des signes d’alerte du mélanome. Les tatoueurs pourraient à l’avenir être directement impliqués dans la prévention et la détection précoce des cancers cutanés, après une formation adaptée.

Vers de nouvelles recommandations ?

Les récents travaux des services de prévention américains révèlent l’importance d’études rigoureuses et à grande échelle pour évaluer les recommandations actuelles de dépistage des cancers de la peau dans la population générale. Une chose est sûre : dépister le plus tôt possible un mélanome est la meilleure garantie pour réduire l’impact de ce cancer et sa mortalité. La prise en compte des différents facteurs de risque est également essentielle pour élaborer les futures préconisations.

La possibilité d’impliquer des professionnels paramédicaux (kinésithérapeutes, podologues, ostéopathes, …) et non-médicaux (tatoueurs, coiffeurs, esthéticiens, …) ouvre une perspective intéressante pour le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses. Véritables sentinelles des dermatologues, ils permettent une multiplication des examens cutanés. Plus la peau sera surveillée, plus les cancers pourront être détectés et pris en charge rapidement, ce qui devrait permettre de réduire leur mortalité.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :

Kluger, N. Y a-t-il une place pour les tatoueurs dans la détection du mélanome et des cancers cutanés ?. Journées Dermatologiques de Paris 2016. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie. Volume 143, Issue 12, Supplement, Pages S314.
US Preventive Services Task Force. Screening for Skin Cancer. JAMA.US Preventive Services Task Force Recommendation Statement. 2016;316(4):429-435. doi:10.1001/jama.2016.8465.
Weinstock, M. et al. Visual Inspection and the US Preventive Services Task Force Recommendation on Skin Cancer Screening. 2016. JAMA 316(4):398-400. doi:10.1001/jama.2016.9850.
Wernli, K.J. et al. Screening for Skin Cancer in Adults: An Updated Systematic Evidence Review for the U.S. Preventive Services Task Force [Internet]. Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); 2016 Jul.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.