Les traumatismes crâniens en France

May 6, 2019 par

Un traumatisme crânien, même léger en apparence, peut laisser des séquelles importantes à long terme. Quelles sont les causes de ces traumatismes crâniens en France ? Quelle est leur gravité ? Seraient-ils évitables pour certains ? Autant de questions auxquelles Santé Publique France s’est intéressé, pour améliorer la prévention de ces lésions.

traumas-craniens

Traumatismes crâniens, des accidents de la vie

Chaque année, des dizaines de milliers de personnes en France sont touchées par un traumatisme crânien, une atteinte cérébrale qui peut laisser de graves séquelles physiques, psychologiques et/ou sociales, y compris sur le long terme.

Pour dresser l’état des lieux des traumatismes crâniens en France, Santé Publique France recueille régulièrement les données disponibles sur les traumatismes crâniens survenus dans différentes situations de la vie :

  • Un accident de la route ;
  • Un accident domestique ;
  • Un accident du travail ;
  • Un accident au cours d’une pratique sportive ;
  • Une agression ;
  • Une conduite suicidaire.

L’objectif de cet état des lieux est de mettre en place des stratégies de prévention adaptées, pour limiter au maximum la survenue de ces traumatismes.

Des causes et une gravité variables en fonction de l’âge

D’après l’ensemble des données recueillies et analysées pour la période 2005 – 2014, environ 80 % des traumatismes crâniens survenus en France sont des traumatismes légers, selon les critères médicaux. Les catégories de population les plus à risque sont les suivantes :

  • Les hommes ;
  • Les jeunes enfants avant l’âge de 4 ans ;
  • Les jeunes entre 15 et 24 ans ;
  • Les personnes âgées, de plus de 65 ans.

Chez les personnes âgées, la cause la plus fréquente sont les chutes, avec une augmentation de la fréquence des traumatismes crâniens au fil des années. A l’inverse, chez les jeunes, les accidents de la route sont la principale cause de traumatisme crânien. Même s’ils constituent toujours l’une des principales causes de mortalité et d’invalidité, ils sont de moins en moins fréquents dans cette catégorie de population.

Les traumatismes crâniens et la route

Les accidents de la route s’avèrent être l’une des principales causes des traumatismes crâniens les plus graves. Santé Publique France s’est penchée sur les données de traumatismes survenus dans ces circonstances, entre 1996 et 2014.

Les résultats de leur analyse révèlent que les traumatismes crâniens liés aux accidents de la route ont été divisés par deux en moins de 20 ans, sans doute en lien avec les politiques de sécurité routière mises en place par les différents gouvernements successifs. Les chiffres sont particulièrement en baisse depuis 2005.

Les traumatismes crâniens sont plus fréquents chez les automobilistes, mais ils sont en moyenne plus graves chez les conducteurs de deux-roues. Le port du casque chez les conducteurs de deux-roues, motorisés ou non, constitue un élément de protection majeur, qui réduit significativement la gravité du traumatisme crânien.

Si l’évolution des traumatismes crâniens liés aux accidents de la route et de la circulation se montre globalement favorable, des efforts de prévention et de protection restent à faire pour les personnes les plus vulnérables, à savoir les cyclistes, qui ne circulent pas toujours avec un casque, et les piétons, qui restent les plus vulnérables !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Traumatismes crâniens : deux nouvelles publications de Santé publique France. Santé Publique France. Consulté le 3 mai 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.