Le 119 : « allô enfance en danger ! »

Actualités Autres maux (enfants)

Rédigé par Estelle B. et publié le 25 juin 2017

Le numéro téléphonique 119 est réservé au service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger. Ce service reçoit chaque année plusieurs centaines de milliers d’appels, concernant des enfants en danger ou des parents en difficulté. Focus sur ce numéro d’urgence que chacun se doit de connaître !

119 enfance en danger

Un service public dédié à l’enfance

En 1989, dans le cadre d’un projet de loi relatif à la prévention des mauvais traitements à l’égard des mineurs et à la protection de l’enfance, le service national d’accueil téléphonique de l’enfance maltraitée est créé. Depuis 1997, ce service est joignable par un numéro d’appel simplifié à trois chiffres, le 119. Reconnu comme numéro d’urgence depuis 2003, il est accessible gratuitement depuis tous les téléphones mobiles, en métropole comme dans les départements d’Outre-Mer. La loi du 5 mars 2007 de réforme de la protection de l’enfance a élargi les missions de ce service, qui est devenu le Service National d’Accueil Téléphonique de l’Enfance en Danger (SNATED).

Juridiquement, ce service est sous la responsabilité de trois instances :

  • L’Etat ;
  • Les départements ;
  • Les associations de protection de l’enfance.

Les missions du 119 « Allô enfance en danger » sont les suivantes :

  • La prévention et la protection : accueillir les appels d’enfants en danger ou risquant de l’être, ainsi que de toute personne confrontée à ce type de situations pour aider au dépistage de toutes les situations dangereuses pour l’enfant et pour faciliter la protection des mineurs en danger ;
  • La transmission : transmettre les informations préoccupantes aux services départementaux compétents (les cellules de recueil des informations préoccupantes (CRIP)).

L’affichage de ce numéro est notamment obligatoire dans tous les lieux qui reçoivent des mineurs (crèches, écoles, centres d’accueil de loisirs, …). Par ailleurs, il ne figure pas sur les factures téléphoniques, pour éviter toute trace de l’appel.

En parallèle du 119, ce service public gère également l’Observatoire National de l’Enfance en Danger (ONED), créé par la loi du 2 janvier 2004, pour répondre au besoin réel de dresser un état des lieux de la maltraitance en France. Cet observatoire remplit plusieurs missions :

  • Mettre en cohérence les données chiffrées ;
  • Recenser et évaluer les pratiques de prévention, de dépistage et de prise en charge ;
  • Réaliser des études et des comparaisons internationales.

Lire aussi – Santé des petits voyageurs 

Les appels au 119

En 2014, le 119 « Allô enfance en danger » a reçu plus de 613 000 appels, ce qui représente plus de 100 appels quotidiens relatifs à une situation d’enfant en danger ou risquant de l’être. Qui reçoit ces appels ? Le service téléphonique s’appuie sur plusieurs professionnels :

  • Des agents de pré-accueil, professionnels de la téléphonie, ont pour rôle d’accueillir les appelants, de vérifier que leur appel concerne bien les missions du 119 et d’orienter les appels vers le plateau d’écoute.
  • Des écoutants au sein d’une équipe pluridisciplinaire (psychologues, juristes, travailleurs sociaux) sont formés à la relation d’aide et aux pathologies liées à la maltraitance des enfants. Ils maîtrisent par ailleurs les fonctionnements institutionnels, administratifs et judiciaires, notamment au niveau départemental. Leur mission principale est l’écoute des appelants, pour évaluer les appels à travers le contenu de l’entretien téléphonique.
  • Des coordonnateurs encadrent les agents du pré-accueil et les écoutants. Ils maîtrisent l’ensemble des procédures de transmission des informations préoccupantes, valident les comptes rendus d’entretiens et en assurent le suivi. Ils assurent l’interface entre le service et les partenaires de protection de l’enfance, en particulier les services départementaux.

En fonction de la nature des appels, les entretiens téléphoniques aboutissent à deux types de situation :

  • Dans 2/3 des cas, la dispensation d’une aide immédiate aux appelants par une écoute ponctuelle, un soutien, des conseils, une orientation vers des structures locales ou une réponse à une demande d’information précise ;
  • Dans 1/3 des cas, une information préoccupante est constituée et adressée aux services départementaux, responsables de la prise en charge.

Lire aussi – Maladies Rares Infos Services à votre écoute ! 

Un relais vers les services départementaux pour la prise en charge

Dans le cas des informations préoccupantes, la prise en charge incombe au département. Ainsi, le président du Conseil Départemental est responsable des mesures à prendre à l’échelon départemental, dès la réception d’une information préoccupante transmise par le 119.

Dans chaque département, un professionnel est désigné par le président du Conseil Départemental comme correspondant du 119. Après réception des informations, il mobilise les services compétents afin d’évaluer les situations par une équipe pluridisciplinaire (travailleurs sociaux, médecins de PMI (Protection Maternelle et Infantile), puéricultrices, …). Cette évaluation aboutit au diagnostic de la situation de danger et indique les réponses les plus adaptées pour l’enfant.

A l’issue de l’évaluation, différents types de mesures peuvent être mises en œuvre pour venir en aide à l’enfant, parmi lesquelles :

  • Une aide financière ;
  • Un accompagnement en économie sociale et familiale ;
  • Une aide éducative à domicile ;
  • Un accueil provisoire de l’enfant.

Dans certains contextes, l’autorité judiciaire peut être saisie par le département.

Les services sociaux départementaux sont tenus d’informer le 119 des suites données à chacune des informations préoccupantes transmises, dans un délai de trois mois. Ces données analysées permettent au service d’améliorer sans cesse la qualité de ses réponses.

Le 119, un numéro d’urgence à retenir impérativement pour protéger les enfants !

Lire aussi – Morsures de chien : les enfants en première ligne 

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Enfants en danger ? Parents en difficulté ? Le mieux, c’est d’en parler ! 119 Allô enfance en danger. Plaquette d’information. 2017
  • Bonjour je m’appelle maëlie je suis une fille et j’ai 11 ans je suis en difficulté avec mais parent si seulement je pouvais partir d’ici
    J’aimerais apeller le 119 mais j’ai peur que mais parent sois au courant mais sa me ferais un grand bien de pouvoir apeller se
    Je suis une enfant et je suis une fille

    Reply
  • Bonjour je m’appelle maëlie je suis une fille et j’ai 11 ans je suis en difficulté avec mais parent si seulement je pouvais partir d’ici
    J’aimerais apeller le 119 mais j’ai peur que mais parent sois au courant mais sa me ferais un grand bien de pouvoir apeller se
    Je suis une enfant et je suis une fille

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Si vous ne pouvez pas appeler de votre domicile, vous pouvez demander de l’aide dans votre établissement scolaire ou auprès d’un proche.
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
  • Fiorino Salvatore says:

    Bonjour,
    je suis vraiment déçu par votre service qui soit-disant traite les urgences d’enfants en danger.
    j’ai appelé le 119 à 18 h 30 pour signaler une maltraitance orale sur un enfant de cinq ou six ans, on m’a dit que tous les protagonistes étaient occupés, et que je devais rappeler 1 h plus tard.
    j’ai donc rappelé une heure plus tard et la secrétaire m’a dit exactement la même chose, de rappeler encore une heure plus tard.
    je luis ai dit de prendre mon N° de tél et de me rappeler quand un interlocuteur serait libre, elle m’a répondu qu’elle ne pouvait pas et d’appeler directement le 17, bonjour l’efficacité si un enfant avait été en danger de mort.
    je trouve ce genre de réponse d’une inefficacité sans borne, et constate que malgré la pub que vous faites à la télé sur votre fameux 119, il y a dans votre service des gens payés à ne rien faire.
    j’ai donc appelé le 117, et je suis tombé sur des gendarmes très compétents qui ont pris mon ,appel en considération et qui on fait le nécessaire en envoyant sur place une voiture de gendarmerie qui est allé voir au domicile du concerné.
    Salutations

    Reply
  • Fiorino Salvatore says:

    Bonjour,
    je suis vraiment déçu par votre service qui soit-disant traite les urgences d’enfants en danger.
    j’ai appelé le 119 à 18 h 30 pour signaler une maltraitance orale sur un enfant de cinq ou six ans, on m’a dit que tous les protagonistes étaient occupés, et que je devais rappeler 1 h plus tard.
    j’ai donc rappelé une heure plus tard et la secrétaire m’a dit exactement la même chose, de rappeler encore une heure plus tard.
    je luis ai dit de prendre mon N° de tél et de me rappeler quand un interlocuteur serait libre, elle m’a répondu qu’elle ne pouvait pas et d’appeler directement le 17, bonjour l’efficacité si un enfant avait été en danger de mort.
    je trouve ce genre de réponse d’une inefficacité sans borne, et constate que malgré la pub que vous faites à la télé sur votre fameux 119, il y a dans votre service des gens payés à ne rien faire.
    j’ai donc appelé le 117, et je suis tombé sur des gendarmes très compétents qui ont pris mon ,appel en considération et qui on fait le nécessaire en envoyant sur place une voiture de gendarmerie qui est allé voir au domicile du concerné.
    Salutations

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de votre témoignage concernant le 119.
      Bonne journée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
  • Jean-mi says:

    Bonjour,
    Je souhaite témoigner d’une expérience plutôt négative avec le 119. L’idée est très belle, mais si c’est sans moyens, c’est bien dommage. Cela fait plus de 2 ans que ma femme et moi signalons régulièrement un comportement très violent de notre voisine envers au moins un de ses enfants (il y en a 3; le plus grand a 8 ans). C’est l’appartement mitoyen donc nous sommes en 1ère ligne. Dès que nous avons entendu les 1ers cris, bruits suspects de coups, nous avons appelés. Comme il a déjà été dit, il faut appeler 10 fois avant d’avoir quelqu’un . Entre mes appels et ceux de ma femme, je pense que nous avons dû parler 5 ou 6 fois à des “écoutants”. en 3 ans. Mais la semaine dernière, alors que nous entendions à nouveau des violences, nous avons appelé la Police (bien que déjà fait aussi précédemment). Cette fois-ci j’ai pu avoir enfin la brigade concernée par les faits de maltraitance. Ils sont venus en 10 mn et le lendemain il retirait l’enfant très gravement blessé à sa mère. J’ai été convoqué pour témoigner. ils n’ont AUCUNE TRACE de signalement de la part du 119 ! Alors à quoi bon? En 3 ans, pas un signalement au commissariat de l’arrondissement qui dispose d’une brigade spéciale??? Je ne comprends pas, c’est pour moi incompréhensible! Je me dis à ce moment là, si vous n’avez pas le temps de répondre, de traiter, mettez des agents! On parle de sauver des vie là !!!

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Merci de partager votre expérience. Un forum est à votre disposition si vous souhaitez échanger entre patients.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
  • Jean-mi says:

    Bonjour,
    Je souhaite témoigner d’une expérience plutôt négative avec le 119. L’idée est très belle, mais si c’est sans moyens, c’est bien dommage. Cela fait plus de 2 ans que ma femme et moi signalons régulièrement un comportement très violent de notre voisine envers au moins un de ses enfants (il y en a 3; le plus grand a 8 ans). C’est l’appartement mitoyen donc nous sommes en 1ère ligne. Dès que nous avons entendu les 1ers cris, bruits suspects de coups, nous avons appelés. Comme il a déjà été dit, il faut appeler 10 fois avant d’avoir quelqu’un . Entre mes appels et ceux de ma femme, je pense que nous avons dû parler 5 ou 6 fois à des “écoutants”. en 3 ans. Mais la semaine dernière, alors que nous entendions à nouveau des violences, nous avons appelé la Police (bien que déjà fait aussi précédemment). Cette fois-ci j’ai pu avoir enfin la brigade concernée par les faits de maltraitance. Ils sont venus en 10 mn et le lendemain il retirait l’enfant très gravement blessé à sa mère. J’ai été convoqué pour témoigner. ils n’ont AUCUNE TRACE de signalement de la part du 119 ! Alors à quoi bon? En 3 ans, pas un signalement au commissariat de l’arrondissement qui dispose d’une brigade spéciale??? Je ne comprends pas, c’est pour moi incompréhensible! Je me dis à ce moment là, si vous n’avez pas le temps de répondre, de traiter, mettez des agents! On parle de sauver des vie là !!!

    Reply
  • aissata barry says:

    bonjour je suis une fille j’ai 16ans je vis avec ma soeur ma mère mes demis soeur depuis que j’ai quitter l’afrique ma mère me traumatise elle insulte mon père tout les jours par ce que ils sont divorcés ma mère et ma soeur se disputent tout les jours par ce que ma mère n’aime pas qu’on sois proche de notre père on fait tout le travail de la maison mais ma mère n’est jamais satisfaite elle dit qu’on est contre mes demis soeurs un jours un accident est survenus la plus petite de mes soeur a toucher de l’eau chaude elle s’est bruler ma mère a dit que ma soeur voulais tuer ma demis soeur a chaque fois qu’on fait une heureur ma mère est tout jours la a nous crier de cu et nous minimiser comme si on est des bon a rien chaque soir elle apel ses amis et se plein en nous eccusant de tout les histoires tout les weeks ends ont fait un grand menage je ne suis pas contre le menage mais ca abuse tout les jour on fait un boulot et si on le fait pas elle crie par tout et nous accuse
    j’ais envie de quitter cette maison par ce que si ca continue je deviendrais folle des disputes tout les jours et les insultes qu’elle nous impose a chaque fois
    merci

    Reply
  • aissata barry says:

    bonjour je suis une fille j’ai 16ans je vis avec ma soeur ma mère mes demis soeur depuis que j’ai quitter l’afrique ma mère me traumatise elle insulte mon père tout les jours par ce que ils sont divorcés ma mère et ma soeur se disputent tout les jours par ce que ma mère n’aime pas qu’on sois proche de notre père on fait tout le travail de la maison mais ma mère n’est jamais satisfaite elle dit qu’on est contre mes demis soeurs un jours un accident est survenus la plus petite de mes soeur a toucher de l’eau chaude elle s’est bruler ma mère a dit que ma soeur voulais tuer ma demis soeur a chaque fois qu’on fait une heureur ma mère est tout jours la a nous crier de cu et nous minimiser comme si on est des bon a rien chaque soir elle apel ses amis et se plein en nous eccusant de tout les histoires tout les weeks ends ont fait un grand menage je ne suis pas contre le menage mais ca abuse tout les jour on fait un boulot et si on le fait pas elle crie par tout et nous accuse
    j’ais envie de quitter cette maison par ce que si ca continue je deviendrais folle des disputes tout les jours et les insultes qu’elle nous impose a chaque fois
    merci

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour, merci témoigner sur Santé sur le Net. Téléphonez de toute urgence au 119 pour expliquer votre situation. Ne restez pas seule, des solutions existent pour vous et pour vos sœurs. L’équipe Santé sur le Net.

      Reply
  • Anonyme says:

    Bonjour ,
    Je suis temoins d’enfants malheureux , manque de sommeil et de nourriture . 4 et 6 ans . Une douzaine de voisins

    Reply
  • Anonyme says:

    Bonjour ,
    Je suis temoins d’enfants malheureux , manque de sommeil et de nourriture . 4 et 6 ans . Une douzaine de voisins

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Merci de partager votre témoignage. N’hésitez pas à contacter le numéro d’urgence dans ce cas.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *