Faire du sport l’après-midi pour un meilleur contrôle glycémique !

Activité sportive Actualités Métabolisme

Rédigé par Estelle B. et publié le 19 janvier 2023

Le sport et l’activité physique sont essentiels pour améliorer le contrôle de la glycémie, à la fois pour prévenir et pour mieux gérer le diabète de type 2. Mais en fonction de l’heure de la pratique sportive, cet impact est-il différent ? C’est la question que se sont récemment posé des chercheurs hollandais, auteurs d’une étude publiée dans la revue scientifique Diabetologia.

Activité physique et contrôle de la glycémie

Activité physique et contrôle de la glycémie

En prévention comme dans le suivi du diabète de type 2, le contrôle de la glycémie est essentiel et passe en priorité par quelques mesures hygiéno-diététiques :

  • Une alimentation saine et équilibrée ;
  • Un contrôle du poids corporel ;
  • Une baisse de la sédentarité ;
  • La pratique d’une activité physique adaptée et régulière.

Selon les recommandations, pour être et rester en bonne santé, il faut pratiquer l’équivalent de 30 minutes de marche active 5 jours par semaine. Mais certaines heures de pratique sportive sont-elles plus bénéfiques que d’autres sur le contrôle glycémique ? Certains paramètres physiologiques et métaboliques variant au cours de la journée, des chercheurs hollandais ont envisagé que l’heure de la pratique sportive pouvait jouer un rôle sur le contrôle glycémique.

Faire du sport le matin ou l’après-midi, quel effet sur l’insulinorésistance ?

Pour tester cette hypothèse, les chercheurs ont analysé les données de 775 membres d’une cohorte (dont 42 % étaient des hommes, avec un âge moyen de 56 ans et un Indice de Masse Corporelle (IMC) moyen de 26.2), en prenant en compte plusieurs paramètres :

  • Le temps passé à être assis, reflet de la sédentarité ;
  • L’intensité de l’activité physique ;
  • Le taux de graisses dans le foie ;
  • La période d’activité maximale, en répartissant les participants dans plusieurs catégories :
    • Les personnes actives surtout le matin (entre 6h et 12h) ;
    • Les personnes actives surtout l’après-midi (entre 12h et 18h) ;
    • Les personnes actives surtout le soir (entre 18h et 24h) ;
    • Les personnes pratiquant des activités modérées à intenses réparties tout au long de la journée.

Privilégier l’activité physique l’après-midi ou le soir pour un meilleur contrôle glycémique

L’analyse des données met en évidence que le temps total passé à être assis (reflet de la sédentarité) n’était pas associé avec le taux de graisse dans le foie ou l’insulinorésistance. En revanche, l’existence de coupures entre les temps passés assis, des pauses dans la sédentarité, était liée à des taux supérieurs de graisses hépatiques. Par ailleurs, le temps total passé à pratiquer une activité physique modérée à intense et le moment de cette activité étaient associés avec une réduction de l’insulinorésistance, mais pas au contenu en graisses du foie.

Par rapport aux participants pratiquant une activité physique modérée à intense tout au long de la journée, l’insulinorésistance était similaire chez les sujets surtout actifs le matin. En revanche, l’insulinorésistance était réduite chez les sujets plus actifs l’après-midi (-18 % d’insulinorésistance) ou le soir (-25 % d’insulinorésistance). Interrompre les périodes de sédentarité ne semble donc pas influencer le taux de graisses hépatique ou l’insulinorésistance. En revanche, faire du sport l’après-midi ou le soir permettrait de mieux contrôler la glycémie en réduisant la résistance à l’insuline. Il faudrait également vérifier si l’activité physique l’après-midi ou le soir peut réduire le risque de développer un diabète de type 2.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Timing of physical activity in relation to liver fat content and insulin resistance. link.springer.com. Consulté le 7 novembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *