Bientôt un traitement anti-Covid-19 par voie orale ?

novembre 2021 par

Bientôt un traitement anti-Covid sous forme de pilule disponible en Europe ? C’est l’espoir suscité par un candidat-médicament antiviral qui fait l’objet d’une procédure d’examen continu par l’Agence européenne du médicament. Utilisable par voie orale, cet antiviral nommé molnupiravir permettrait de prévenir l’aggravation  de l’état des patients fragiles récemment infectés par le Sars-CoV-2.

traitement anti-Covid-19

Traitement anti-Covid : un candidat médicament innovant

A ce jour, les quelques traitements précoces anti-Covid-19 disponibles ne sont administrables qu’au moyen d’une perfusion intraveineuse. Et si un nouveau traitement anti-Covid-19 simple d’utilisation faisait bientôt son apparition en Europe ?

C’est l’espoir suscité le molnupiravir, un médicament antiviral par voie orale, développé par Merck Sharp & Dohme (MSD) en collaboration avec Ridgeback Biotherapeutics. Ce candidat-médicament fait en effet l’objet d’une procédure d’examen continu par l’Agence européenne du médicament qui a confirmé son démarrage dans un communiqué récent.

À savoir ! Un « candidat-médicament » désigne une molécule médicamenteuse faisant l’objet d’une évaluation de sécurité et d’efficacité chez des volontaires sains ou malades. Le médicament pourra être commercialisé si sa balance bénéfice/risque est positive, c’est-à-dire si son bénéfice pour la santé est supérieur à ses inconvénients potentiels.

L’examen continu constitue un outil réglementaire utilisé par l’Agence européenne du médicament pour accélérer l’évaluation d’un médicament prometteur en cas de situation d’urgence de santé publique. L’objectif étant de se prononcer au plus tôt sur l’autorisation de mise sur le marché du candidat médicament.

Des premiers résultats prometteurs

Cette décision de l’Agence européenne du médicament s’appuie sur les premiers résultats positifs des essais préliminaires cliniques et non cliniques menés sur ce médicament. Selon les résultats avancés par le laboratoire, le molnupiravir pourrait réduire la capacité du SARS-CoV-2 à se multiplier  au sein de l’organisme et prévenir ainsi l’hospitalisation ou le décès des patients touchés par la Covid-19.

En réduisant les formes graves de la maladie, ce médicament représenterait donc une avancée majeure dans la stratégie de lutte contre la Covid-19. Il faut dire que début octobre, le laboratoire avait fait part de résultats intermédiaires encourageants quant à la capacité du molnupiravir à prévenir l’aggravation de l’état clinique des individus les plus fragiles récemment infectés. 775 patients non hospitalisés présentant au moins un facteur de risque de développer une maladie grave se sont vus administrer du molnupiravir dans les 5 jours suivant l’apparition des symptômes. Et les scientifiques ont alors observé que le molnupiravir permettrait de réduire de moitié le risque d’hospitalisation ou de décès des patients à risque de développer une forme grave !

C’est fort de ce constat prometteur que le laboratoire MSD a  rapidement formulé une demande urgente d’autorisation du molnupiravir auprès de la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

La vigilance est de mise

Au niveau européen, c’est l’Agence européenne du médicament  qui aura la charge  d’évaluer la conformité du molnupiravir aux normes européennes en vigueur en termes  d’efficacité, de sécurité et de qualité. L’instance communiquera davantage si une demande d’autorisation de mise sur le marché pour le médicament doit finalement être soumise.

S’agissant de la sécurité, le laboratoire MSD n’a rapporté à ce jour aucun effet secondaire à court terme. Mais certains virologues ont attiré l’attention sur le fait que des effets secondaires pouvaient se manifester à plus long terme. Les experts de l’agence européenne devraient se montrer particulièrement vigilants lors de l’analyse des effets indésirables potentiels de la molécule.

Si cet antiviral par voie orale s’avère prometteur dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, les experts s’accordent à dire qu’il n’a toutefois pas vocation à remplacer les vaccins existants car il vaut toujours mieux prévenir l’infection des populations plutôt que la guérir !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– COVID-19: EMA starts rolling review of molnupiravir. ema.europa.eu. Consulté le 31 octobre 2021.
– Unquestionably a game changer!’ Antiviral pill cuts COVID-19 hospitalization risk. science.org. Consulté le 31 octobre 2021.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.