Du bon usage des médicaments pendant la grossesse

26 octobre 2021 par

Pendant la grossesse, la future mère doit veiller à son alimentation, à son sommeil et à sa santé. Si les médicaments sont généralement à éviter chez la femme enceinte, peu de femmes se disent suffisamment informées sur le sujet. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lance ainsi le second volet de sa campagne d’information «Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment !» relative aux risques liés à la prise de médicaments pendant la grossesse. On fait le point.

médicaments pendant la grossesse

Une campagne d’alerte sur les risques des médicaments pendant la grossesse

La grossesse représente une période à la fois magique et sensible. Pendant près de neuf mois, la future mère doit veiller à son alimentation, son sommeil et plus globalement à sa santé. Si les médicaments sont généralement à éviter chez la femme enceinte, des exceptions peuvent exister en cas de maladie chronique ou de prescription de médicaments spécifiques dans le cadre de la grossesse.

À savoir ! Dans tous les cas, la femme enceinte ne devra pas arrêter, modifier ou commencer un traitement sans l’avis d’un professionnel de santé (médecin, pharmacien ou sage-femme).

Or, peu de femmes se disent suffisamment informées sur le sujet.  Une enquête de l’Institut Viavoice réalisée en 2019/2020 pour l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a en effet révélé que seules 3 femmes sur 10 se déclarent suffisamment informées sur les risques liés aux médicaments pendant la grossesse.

Dans ce contexte, l’ANSM a lancé en juin dernier le premier volet d’une campagne d’information  sur le bon usage des médicaments au cours de la grossesse. Intitulée «Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment !», cette campagne a pour but d’informer et de sensibiliser le plus grand nombre sur cet enjeu de santé publique tout en incitant les femmes enceintes à dialoguer avec leurs professionnels de santé.

Les 4 règles d’or à suivre

Cette campagne d’information s’articule autour de 4 règles d’or à adopter par la femme enceinte. La première règle consiste à préparer sa grossesse avec son médecin traitant ou sa sage-femme, notamment en cas de pathologie chronique. Dès la découverte de la grossesse, une mise au point sera donc faite sur l’état de santé de la patiente et sur ses traitements médicamenteux qui pourront être adaptés dans un souci de compatibilité avec son nouvel état.

Il conviendra également d’informer le médecin traitant de la prise éventuelle de médicaments sans ordonnance par la femme enceinte ou son partenaire afin de débuter la grossesse le mieux possible.

À savoir ! Le début de la grossesse est la période où le risque de malformation est le plus important. À ce stade, la grossesse peut ne pas encore être connue.

La seconde règle à suivre consiste à ne jamais s’automédiquer. Il faudra toujours que la femme enceinte demande conseil à un professionnel de santé avant de prendre un médicament. Il en va de même pour les médicaments sans ordonnance, ceux issus d’une ancienne prescription, ainsi que ceux formulés à base de plantes et les huiles essentielles. Car certains médicaments peuvent comporter des risques non négligeables pour l’enfant à naître.

La troisième règle implique pour la femme enceinte de ne jamais décider seule d’arrêter la prise d’un traitement lui ayant été prescrit ou d’en modifier les doses. Le risque encouru est alors de perdre les bénéfices de son traitement ou voir réapparaitre ses symptômes, mettant en danger sa santé comme celle du bébé. La femme enceinte devra donc impérativement demander conseil à son médecin, son pharmacien ou sa sage-femme avant toute modification de traitement.

La quatrième règle suppose enfin que la femme enceinte informe de sa grossesse tous les professionnels de santé qu’elle sera amenée à consulter (médecin, pharmacien, kinésithérapeute, radiologue, dentiste…). Cette information est en effet capitale afin qu’ils en tiennent compte dans le cadre de sa prise en charge.

Le 2nd volet de la campagne

Le mercredi 20 octobre, l’ANSM a lancé le second volet de cette campagne d’information. L’objectif affiché ? Diffuser plus largement les messages à travers des canaux de communication complémentaires à ceux utilisés pour le premier volet (dépliants et brochures d’information, vidéos pédagogiques).

À savoir ! Ces différents supports d’information sont disponibles sur le site dédié www.medicamentsetgrossesse.fr

C’est ainsi qu’une page Facebook (@medicamentsetgrossesse) a été créée pour publier des informations et des conseils pratiques. Les prochaines semaines verront l’émergence de nouveaux contenus inédits parmi lesquels :

  • Un partenariat sur Instagram avec trois influenceuses Life style et Maternité.
  • Deux podcasts pédagogiques sur les risques liés aux médicaments pendant la grossesse.
  • Quatre nouvelles interviews vidéos (une sage-femme, un pharmacien d’officine et deux patientes atteintes de maladie chronique).

Le déploiement de ce second volet de la campagne met ainsi à la disposition des professionnels de santé de nouveaux outils pour sensibiliser et informer leurs patientes durant la grossesse. Une campagne « 2.0 » qui devrait parler à un public plus connecté !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Lancement du second volet de la campagne d’information “Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment !”. ansm.sante.fr. Consulté le 24 octobre 2021.
– « Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment ! » : lancement de la campagne de l’ANSM. ameli.fr. Consulté le 24 octobre 2021.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.