La guérison d’un cancer du sein avancé par immunothérapie

Actualités Cancer Cancers féminins

Rédigé par Charline D. et publié le 7 juin 2018

La revue scientifique Nature Medicine annonçait lundi dernier une première mondiale. La guérison d’une femme atteinte d’un cancer du sein avancé, avec des métastases sur certains organes, grâce à un traitement expérimental d’immunothérapie.

Immunothérapie - cancer du sein

Qu’est ce que l’immunothérapie ?

D’ordinaire, l’organisme d’un individu peut se défendre contre les agressions extérieures (bactéries, virus) en activant son système immunitaire. Les mécanismes mis en jeu lors de sa mobilisation sont complexes et font appel à divers types de cellules et différentes molécules de défense.

Dans le cas d’un cancer, le système immunitaire est mis en déroute. En effet, les cellules tumorales parviennent, par divers mécanismes, à échapper au système immunitaire de l’organisme.

Comment fonctionne l’immunothérapie ? Cette thérapie repose sur la rééducation du système immunitaire. Autrement dit, on apprend au système immunitaire du patient à détecter et éliminer les cellules cancéreuses, comme il le fait pour les bactéries ou les virus qui pénètrent l’organisme. Cet apprentissage lui permet de s’attaquer efficacement aux cellules cancéreuses. Par ailleurs, cette thérapie vise également à renforcer la réponse immunitaire par stimulation du système immunitaire.

Jusqu’à présent, les principales techniques employées en immunothérapie étaient l’utilisation « d’inhibiteurs de points de contrôle de l’immunité ». La technique consiste à lever les freins qui bloquent l’action de certaines cellules immunitaires : les lymphocytes T cytotoxiques et les transferts de lymphocytes (cellules de l’immunité) anti-tumoraux. Elles ont montré leur efficacité dans divers cancers comme le mélanome, le cancer du poumon et celui de la vessie. En revanche, elles étaient moins efficaces dans d’autres cancers dont le cancer du sein.

Lire aussiComment fonctionne l’Immunothérapie ?

A l’aube d’une révolution pour la guérison du cancer du sein ?

Alors que son cas était qualifié de « sans espoir », une Américaine de 49 ans atteinte d’un cancer du sein métastasé ayant atteint d’autres organes, dont le foie, réfractaire à la chimiothérapie, a été guérie de son cancer grâce à l’immunothérapie. Un véritable miracle puisque voilà maintenant 2 ans que l’état de santé de la patiente est stable et que sa vie à repris son cours normal.

En ultime recours, les médecins avaient décidé d’inclure la patiente dans un essai clinique inédit réalisé au NIH Clinical Center (le plus grand hôpital américain dédié à la recherche clinique). Elle a pu bénéficier d’une immunothérapie cellulaire personnalisée. La méthode repose sur le prélèvement de lymphocytes au niveau de la tumeur qui sont ensuite triés afin de sélectionner uniquement ceux capables de reconnaître les cellules cancéreuses, puis reprogrammés pour s’y attaquer. En association avec un « inhibiteur des points contrôle de l’immunité », les lymphocytes modifiés ont pu entraîner une régression totale de la tumeur.

Une expérience sans précédent qui confirme le chemin pris en faveur de l’immunothérapie plutôt que la chimiothérapie ! Peut-être assistons-nous aux prémices d’une ère sans chimiothérapie ?

Lire aussiZemy : un compagnon digital dans le suivi du cancer du sein

Charline D., Docteur en pharmacie

– Un cancer du sein très avancé guéri par immunothérapie. Le quotidien du pharmacien. Le 5 juin 2018.
  • Photini Mitrou says:

    selon ce principe, on devrait pouvoir effectuer ce même tri de lymphocytes dans les maladies auto-immunes.

    Reply
  • Nicole Côté says:

    À quel endroit ces traitements sont-ils offerts ? Au Canada ou ailleurs ? Et si au Canada, dans quelle ville ? Est-ce couvert par l’assurance-maladie du Québec ? Le texte qui en parle, date de janvier 2018. Pourquoi notre oncologue n’en parle parle pas ou n’offre pas ce traitrement aux personnes atteintes d’un cancer du sein ou autres ?

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour. Comme mentionné dans l’article, le traitement est expérimental et aux Etats-Unis. Il faut donc encore patienter avant de voir la molécule commercialisé en France. Les médecins le proposent uniquement lorsque celui-ci est disponible. Bonne journée. L’équipe Santé sur le net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.