Champignons : éviter les intoxications avec le MOOC !

Actualités

Rédigé par Isabelle V. et publié le 21 septembre 2017

Chaque année, de nombreuses personnes sont victimes d’intoxication liée à la collecte et la consommation de champignons vénéneux. Avec des séquelles médicales parfois gravissimes, voire des décès. Pour remédier à ce problème, l’université de Rouen lance sa formation en ligne, ou MOOC, ouverte à tous ! Pour tout savoir sur les champignons et les déguster en toute sécurité.

Conception d'un MOOC sur les champignons

Des intoxications aux champignons encore trop fréquentes

Il existe 5 000 espèces de champignons. Parmi elles, environ 250 sont comestibles et 50 à 100 sont toxiques pour l’Homme. En 2014, l’INVS (Institut de Veille Sanitaire) a répertorié 460 cas d’intoxication, dont 16 cas graves et 1 mortel.

On distingue 2 types d’intoxication :

  1. Les intoxications à durée d’incubation courte (moins de 6 heures), en général d’évolution favorable ;
  2. Les intoxications à durée d’incubation longue (plus de 6 heures), plus graves et potentiellement mortelles.

Ces empoisonnements sont ensuite classés en syndromes selon les symptômes développés et/ou les champignons responsables.

Amanite phalloïde

A savoir ! Les fameuses Amanites sont responsables d’un syndrome phalloïdien. (L’Amanite phalloïde est un champignon à chapeau verdâtre aussi appelé « calice de la mort »). C’est une intoxication d’incubation moyenne (environ 12 heures), provoquant une diarrhée intense avec déshydratation rapide couplée à une atteinte hépatique plus tardive. La forme grave peut déboucher sur une hépatite fulminante mortelle. 

Le syndrome orellanien déclenché par une toxine contenue dans les champignons du genre Cortinaire provoque une insuffisance rénale aiguë retardée. Le rein peut parfois être totalement détruit conduisant la personne intoxiquée à la greffe rénale.

Les intoxications peuvent également être dues à des bactéries en cas de consommation de champignons en voie de décomposition, ou à des pesticides lors de récolte à proximité de champs traités.

Lire aussiAlerte aux cyanobactéries dans nos rivières !

Le MOOC, une stratégie innovante pour lutter contre les intoxications

En majorité, les empoisonnements surviennent suite à la confusion entre champignons comestibles et toxiques. Fort de ce constat, Elizabeth Chosson, maître de conférences en botanique à l’université de Rouen, a lancé le « MOOC champignons » à destination des pharmaciens, des étudiants et du grand public.

A savoir ! Un MOOC ou Massive Online Open Course est une formation en ligne accessible à tous et gratuite.

Lors de cette formation d’une durée de 6 semaines et conçue par des enseignants-chercheurs, chacun aura accès à des vidéos, dossiers pédagogiques, quizz et même un forum pour échanger entre passionnés ou débutants. Des recettes sont également prévues au menu !

Six champignons seront étudiés par semaine. Un module spécial sera consacré aux « sosies » entre champignons comestibles et toxiques.

Il faudra tout de même prévoir 2 à 4 heures de travail personnel par semaine pour valider la formation et obtenir son badge de « connaisseur » et de « ramasseur ».

Le MOOC commence le 27 septembre, mais, en attendant, vous pouvez vous inscrire en ligne à cette adresse.

À vos omelettes !

Lire aussiChampignons et raisins, des aliments anti-Alzheimer ?

Isabelle V., Journaliste scientifique

– Un MOOC sur les champignons. Le Moniteur des pharmacies n° 3190 – Florence Bontemps. Le 16 septembre 2017.
– Intoxications liées à la consommation de champignons au cours de la saison 2014. Point de situation au 21/09/2014. Données consolidées au 23/09/2014. Invs.santepubliquefrance. – Consulté le 21 septembre 2017.
  • Bonjour,

    C’est l’amanite Tue-Mouche qui est rouge et photogénique, l’amanite phaloïde est un peu plus discrète, de base blanche comme la majorité des amanites et avec une nuance de brun plus ou moins claire sur le dessus du chapeau.

    Julien

    Reply
  • Bonjour,

    C’est l’amanite Tue-Mouche qui est rouge et photogénique, l’amanite phaloïde est un peu plus discrète, de base blanche comme la majorité des amanites et avec une nuance de brun plus ou moins claire sur le dessus du chapeau.

    Julien

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.