Champignons et raisins, des aliments anti-Alzheimer ?

Mar 23, 2017 par

L’espérance de vie est en constante augmentation, notamment due aux progrès de la médecine et  à une meilleure hygiène de vie qu’autrefois. Avec le vieillissement de la population, on voit se développer, de façon importante, des pathologies liées à l’âge, telle que la maladie d’ Alzheimer qui représente à elle seule 80 % des démences. Des recherches ont pu démontrer l’impact de certains facteurs environnementaux, génétiques ou encore liés aux conditions de vie, dans le développement ainsi que dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. L’alimentation pourrait-elle avoir un rôle à jouer dans la prévention de cette pathologie ?

alzheimer prevention alimentation

Champignons et maladies neurodégénératives

La maladie d’ Alzheimer est une pathologie se définissant par une déficience cérébrale, une perte de la mémoire et certaines fonctions cognitives (troubles du langage, d’exécution des tâches simples, etc.). La cause du développement d’une telle pathologie reste encore floue, mais des connaissances sur des facteurs génétiques, environnementaux et sur le mode de vie ont été soulignés par les chercheurs.

En ce sens, il a semblé important pour les scientifiques, de s’intéresser aux aliments qui pourraient avoir un impact sur la gestion des maladies neurodégénératives. Parmi ceux-ci, les champignons présenteraient certains bénéfices dans la prévention. En effet, ils auraient cette capacité d’impacter de façon positive le système immunitaire. Certains champignons comestibles contiendraient alors de rares composants, capables d’inhiber (ralentir, voire de supprimer) certaines actions sur les cellules cérébrales, endommagées dans le cadre de la maladie d’Alzheimer.

Ces « composants bioactifs », présents dans ces champignons particuliers, et les mécanismes biologiques associés lors de leur consommation, sont cependant, encore à discuter scientifiquement.

Alzheimer : manger du raisin, c’est plutôt bien !

La consommation régulière de raisin jouerait également un rôle dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

Dans le cadre d‘une étude californienne, des groupes d’individus, atteints d’Alzheimer et présentant des déficiences de la mémoire, ont été sélectionnés. Les scientifiques leur ont demandé de consommer près de 3 tasses de grains de raisin par jour. Pour certains, il s’agissait de « vrai » raisin. Pour d’autres individus tests, il était question d’un placebo, imitant le fruit textuellement et gustativement. L’activité cognitive a alors été mesurée chez ces deux groupes de testeurs, sur une durée de 6 mois. Les résultats démontrent alors un diagnostic significativement meilleur chez les patients ayant consommé du « vrai » raisin.

En effet, un régime riche en raisin permettrait de prévenir de la baisse des fonctions cérébrales ainsi que d’améliorer l’attention et la mémoire. Cette étude a permis de démontrer qu’une consommation de raisin, à hauteur de deux fois par jour, pendant six mois, pouvait prévenir, de façon significative, les atteintes cérébrales provoquées par la maladie d’Alzheimer. De plus, cette consommation aurait également un impact sur les zones du cortex cérébral, contrôlant l’attention et la mémoire, permettant d’améliorer ces performances.

Ces résultats, soulignés par le Dr. Silverman, ont permis de contribuer à l’amélioration des connaissances en termes de prévention de la maladie d’Alzheimer. Le raisin serait alors un aliment bénéfique à la fois dans la prévention de déclins neurologiques, mais également dans le risque cardiovasculaire.

Ces bienfaits s’expliquent par la présence, dans le raisin, de molécules : les polyphénols, permettant la production d’antioxydants et l’augmentation de l’activité anti-inflammatoire de l’organisme.

A savoir ! Les polyphénols sont des molécules largement retrouvées dans les végétaux. Ils possèdent cette capacité à produire des antioxydants (molécules agissant sur le développement cellulaire, entre autres) et sont alors très intéressants dans la prévention et/ou le traitement de certaines pathologies.

Delphine.W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail


Sources :
Pilot study highlights role of grapes in preventing Alzheimer’s disease. EurekAlert. Publié le 3 février 2017.
Chia-Wei.P., et al. Edible and Medicinal Mushrooms: Emerging Brain Food for the Mitigation of Neurodegenerative Diseases. Journal of Medicinal Food. Vol. 20, No. 1: 1-10. Publié en janvier 2017.

Delphine W.
Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.
Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.
Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.