La chloroquine, quels sont les premiers résultats des essais ?

Actualités Coronavirus (COVID-19) Maladies infectieuses Maladies virales Santé au quotidien (maux quotidiens) Vaccins

Rédigé par Estelle B. et publié le 12 mai 2020

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19 en Europe, parmi les traitements étudiés, la chloroquine et ses dérivés suscitent un vif débat. Après des annonces prometteuses mais largement controversées, les premiers résultats des essais cliniques engagés viennent d’être révélés et se montrent plutôt décevants.

resultats-chloroquine

COVID-19 et chloroquine

Face au COVID-19, la chloroquine et ses dérivés font partie des options thérapeutiques étudiées dans plusieurs essais cliniques à travers le monde. Plusieurs de ces essais cliniques ont abouti aux premiers résultats sur l’efficacité et la tolérance de la chloroquine.

Une étude clinique randomisée brésilienne a comparé l’efficacité de deux doses (une faible, une forte) de chloroquine chez des patients présentant des formes sévères de COVID-19. Après avoir inclus 81 patients, cette étude a dû être stoppée, en raison du taux important de décès dans le groupe de patients ayant reçu de la chloroquine à forte dose (près de 40 %). Selon les données analysées, même si la chloroquine révèle une certaine efficacité contre le COVID-19, son utilisation peut s’avérer dangereuse, en particulier chez certains patients et en cas d’associations avec d’autres médicaments (antibiotiques ou antiviraux).

Lire aussiCovid-19 : l’essai clinique européen Discovery est lancé

Une mauvaise sécurité d’emploi liée à sa toxicité cardiaque

Un autre essai clinique, mené sur 1 300 patients français, atteints de formes non sévères de COVID-19, et hospitalisés dans 36 établissements répartis sur le territoire, suggère que l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, est inefficace quand le patient souffre d’une forme sévère de la maladie. En revanche, le médicament pourrait être utile en prévention de l’aggravation clinique de l’infection.

Par ailleurs, les chercheurs ont observé des effets secondaires pouvant aller jusqu’à la toxicité cardiaque et entraînant :

A l’issue de cet essai, baptisé Hycovid, les chercheurs concluent que l’hydroxychloroquine ne peut être retenue comme un traitement potentiel du COVID-19.

Lire aussiVacciner les enfants pendant l’épidémie de Covid-19

Une efficacité limitée

En Europe, l’un des plus grands essais cliniques mené est l’essai Discovery. Au 7 mai 2020, l’essai a déjà inclus 742 patients, majoritairement des patients français. Parmi les traitements testés, figurent l’hydroxychloroquine. Les premiers résultats de cet essai devraient être connus dans le courant de la semaine et révéleront si la chloroquine est ou non écartée des pistes prometteuses.

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19 en Europe et les premières révélations sur l’intérêt potentiel de la chloroquine, ce médicament fait l’objet de nombreuses interrogations sur son efficacité et sa sécurité d’emploi en prévention et chez les patients infectés par le SARS-CoV-2. A la lumière des premiers résultats issus d’essais cliniques reconnus par la communauté scientifique internationale, il semblerait que cette piste ne soit pas aussi prometteuse que les premières données ne le laissaient penser.

Lire aussiPersonnes covid-19 positives : surveillez vos traitements !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Effect of High vs Low Doses of Chloroquine Diphosphate as Adjunctive Therapy for Patients Hospitalized With Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) Infection: A Randomized Clinical Trial. NCBI. Consulté le 8 mai 2020.
– Point d’étape sur l’essai Discovery promu par l’Inserm. INSERM. Consulté le 8 mai 2020.

  • Vous avez bien choisi vos infos.
    Avez vous entendu parlé de l’essai chinois paru le 1 mai sur 508 patients?non
    Avez vous entendu parlé de l’étude du docteur Davido et all paru le 4 mai? non
    Avez vous entendu parlé de la méta analyse paru le 2 mai de l’équipe de l’IHU e Marseille? non
    Nous sommes le 14 mai. Ou sont les premiers résultats de l’essai Discovery? La je comprend bien que vous ne puissiez pas en parler car c’est comme l’Arlésienne. C’est comme l’essai hydrocovid qui devait étudier 1300 patients de plus de 75 ans a qui l’on donnait pour moitié de l’HCQ. Ils en sont le 11 mai à 242 patients . Des années 2000 à 2015 la Chine est passée de la 8éme à la 2eme place en recherche scientifique pendant que la France rétrogradée de la 5eme à la 8 eme place.
    Alors aller regarder plutôt les essais chinois…..

    Reply
  • Vous avez bien choisi vos infos.
    Avez vous entendu parlé de l’essai chinois paru le 1 mai sur 508 patients?non
    Avez vous entendu parlé de l’étude du docteur Davido et all paru le 4 mai? non
    Avez vous entendu parlé de la méta analyse paru le 2 mai de l’équipe de l’IHU e Marseille? non
    Nous sommes le 14 mai. Ou sont les premiers résultats de l’essai Discovery? La je comprend bien que vous ne puissiez pas en parler car c’est comme l’Arlésienne. C’est comme l’essai hydrocovid qui devait étudier 1300 patients de plus de 75 ans a qui l’on donnait pour moitié de l’HCQ. Ils en sont le 11 mai à 242 patients . Des années 2000 à 2015 la Chine est passée de la 8éme à la 2eme place en recherche scientifique pendant que la France rétrogradée de la 5eme à la 8 eme place.
    Alors aller regarder plutôt les essais chinois…..

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de votre contribution.
      Bonne fin de semaine.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
  • Muller says:

    Les résultats publiés le 14 mai en Angleterre sont clairs :AUCUNE EFFICACITE POUR L’HYDROXYCHLOROCHINE !

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de votre contribution.
      Nous vous souhaitons une bonnejournée.
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
  • Verlaine says:

    Bonjour,
    Euh je croyais que
    Hycovid – Le Professeur Pr Louis Bernard, chef du service des maladies infectieuses au CHRU de Tours qui donne de l’HCQ à des personnes à risques de plus de 75 ans et qui déclare que l’HCQ est utile en prévention.
    Idem Karine Lacombe sur BFM
    Idem l’étude Mahevas HCQ + AZI égal 0 patients en soins intensifs et 0 patients en réa.
    Et l’Islande dès avant le 7 avril qui utilise HCQ + AZI pour un taux final de décès de 0.5% quand nous sommes à 15% en France.
    Il serait peut-être temps de changer de paradigme non?
    Cordialement

    Reply
  • Verlaine says:

    Bonjour,
    Euh je croyais que
    Hycovid – Le Professeur Pr Louis Bernard, chef du service des maladies infectieuses au CHRU de Tours qui donne de l’HCQ à des personnes à risques de plus de 75 ans et qui déclare que l’HCQ est utile en prévention.
    Idem Karine Lacombe sur BFM
    Idem l’étude Mahevas HCQ + AZI égal 0 patients en soins intensifs et 0 patients en réa.
    Et l’Islande dès avant le 7 avril qui utilise HCQ + AZI pour un taux final de décès de 0.5% quand nous sommes à 15% en France.
    Il serait peut-être temps de changer de paradigme non?
    Cordialement

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de votre contribution.
      Bonne journée,
      L’équipe Santé sur le Net

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.