Chrononutrition : s’alimenter en suivant son horloge biologique

Nov 27, 2017 par

Le 2 octobre dernier, le Prix Nobel de Médecine a été décerné à trois généticiens américains pour leur découverte sur les mécanismes moléculaires qui contrôlent notre horloge biologique interne. En effet, c’est le rythme circadien, un rythme biologique basé sur 24 heures, qui gouverne nos cycles de sommeil et d’éveil, nos besoins alimentaires, notre pression artérielle ou encore notre température corporelle. Avec ce retour dans l’actualité scientifique de l’importance de l’horloge biologique interne, la rédaction de Santé sur le Net a voulu en savoir plus sur la chrononutrition. Eclairage sur ce mode alimentaire avec l’interview de Patrick Leconte, nutritionniste à Lausanne et à Genève.

Chrononutrition

Synchroniser sa prise alimentaire avec le rythme biologique

La chrononutrition ne se revendique pas comme un régime alimentaire mais comme un équilibre alimentaire qui suit les fluctuations naturelles de la physiologie humaine.

« Notre manière de manger est liée à notre culture mais aussi à certaines facilités qui nous permettent de gagner du temps au quotidien. Par exemple, le fruit véhicule une image d’ « aliment sain » mais il ne faut pas perdre de vue qu’il est préférable de le consommer au goûter et non pas le matin, comme on le fait généralement » souligne Patrick Leconte.

La chrononutrition, élaborée en 1986 par les Docteurs Delabos et Rapin, propose de consommer tous les aliments, même ceux interdits par les régimes classiques. Le principe ? Les consommer en quantité raisonnable à un moment bien précis de la journée. Moment où l’aliment sera métabolisé convenablement et non pas orienté vers une voie de stockage.

Patrick Leconte nous précise d’ailleurs que « la chrononutrition suit l’horloge biologique interne, c’est-à-dire le rythme hormonal et le rythme circadien de l’organisme. Par exemple, nous avons un pic de cortisol le matin puis il diminue au cours de la journée. Donc, plus on avance dans la journée, moins on doit manger ! ». 

A savoir ! Le rythme circadien est le rythme biologique qui se déroule sur un cycle d’une journée de 24 heures. Ce rythme régule la plupart des fonctions biologiques et comportementales. Sa défaillance entraîne des troubles du sommeil et des perturbations physiologiques. Des études scientifiques ont d’ailleurs montré que des individus, vivant dans une obscurité partielle et sans la notion du temps, conservent leur cycle éveil/sommeil sur une période d’environ 24 heures. Cette observation est la preuve que le rythme circadien est endogène, c’est-à-dire intégré à l’organisme.

A savoir ! Le cortisol est une hormone synthétisée par la zone corticale (couche superficielle) des glandes surrénales à partir du cholestérol. Sa sécrétion augmente juste avant le réveil puis atteint son taux le plus élevé au lever. Elle joue un rôle dans l’activation générale de l’organisme en régulant le métabolisme des glucides, des lipides et protéines. Elle augmente aussi la glycémie, le taux de glucose dans le sang.

Un suivi personnalisé

La première visite avec un nutritionniste spécialisé en chrononutrition consiste à dialoguer avec le patient pour connaître ses comportements alimentaires et comprendre ses besoins. « Nous prenons aussi les mensurations poitrine-taille-hanche-cuisse du patient et on le pèse avec une balance à impédancemétrie qui permet d’obtenir sa masse graisseuse, sa masse d’eau et sa masse musculaire ».

Une fois son morphotype défini, le nutritionniste définit un nouvel équilibre alimentaire permettant de prendre ou de perdre du poids au niveau de certaines zones du corps.  Une visite par mois suffira pour mesurer les résultats.

morphologiesA savoir ! Le morphotype désigne le type de morphologie d’une personne, autrement dit, sa silhouette. On distingue notamment trois types de morphologie : le type ectomorphe, endomorphe et mésomorphe.

A savoir ! La journée type d’un régime suivant la chrononutrition comprend un petit-déjeuner plutôt copieux avec des acides gras et des glucides lents (pain, beurre et différents fromages). Le déjeuner comprend des protéines animales associées à une faible portion de féculents. Un goûter avec des fruits et des graines riches en lipides ou du chocolat noir est conseillé. Enfin, le dîner devra être léger et composé de poissons ou de viandes maigres avec des légumes verts crus ou cuits. Deux « écarts » à ce mode alimentaire sont autorisés par semaine.

Quels sont les difficultés rencontrées par celles et ceux qui commencent à suivre cet équilibre alimentaire ?

« Ce qui est le plus difficile, c’est que la personne qui suit un régime comme celui-ci doit avoir une certaine personnalité pour s’imposer. Par exemple, au bureau, quand un collègue apporte des viennoiseries et que l’on doit manger salé le matin, il faut savoir dire non tout en partageant ce moment avec les autres. A la maison, c’est le même cas de figure qui se présente quand le conjoint ou la conjointe préfère manger des féculents le soir » nous indique Patrick Leconte.

Etre à l’écoute du rythme biologique

Naturellement, certaines cultures ont adopté les principes fondateurs de la chrononutrition, sans vraiment le savoir, comme « les habitants de l’île d’Okinawa, au Japon, qui détiennent le record mondial de longévité en bonne santé ».

De même, selon le nutritioniste « Nos grands-parents pratiquaient davantage la chrononutrition que nous : ils mangeaient le matin des tartines avec de la charcuterie et du fromage, un petit sandwich le midi, des fruits l’après-midi et le soir, une petite soupe ».

Ce principe du suivi du temps biologique est également appliqué en chronopharmacologie. Dans ce domaine, l’individu prend son médicament ou son complément alimentaire à un moment précis de la journée pour être en phase avec son horloge biologique interne.

« Avec la chronothérapie, un anticholestérol doit être donné le soir tout comme les vitamines hydrosolubles. Les vitamines liposolubles, quant à elle, doivent être ingérées le matin » souligne Patrick Leconte.

Prêts à réécouter votre rythme biologique ?!

Julie P., Journaliste scientifique

Chrononutrition – Consulté le 23 nombre 2017.
– Chronobiologie. Le cerveau à tous les niveaux. – Consulté le 23 novembre 2017.
– Journée type. Patrick Leconte, nutritioniste. – Consulté le 23 novembre 2017.
– Chronobiologie, les 24 heures chrono de l’organisme. Dossier réalisé en collaboration avec le Dr Claude Gronfier- INSERM – Consulté le 23 novembre 2017.
Julie P.

Journaliste scientifique.

Spécialiste de l’information médicale.

Passionnée par l’actualité scientifique et les nouvelles technologies.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.