Comment reconnaître le bon du mauvais Cholestérol ?

23 septembre 2021 par

Si un taux élevé de cholestérol est source de panique pour les médecins et leurs patients, ce lipide n’en demeure pas moins essentiel au bon fonctionnement de l’organisme.
Comment reconnaître le bon du mauvais Cholestérol ? Santé Sur le Net vous explique tout !

reconnaître le bon du mauvais Cholestérol


Reconnaître le bon du mauvais cholestérol : HDL et LDL,  lequel est le bon ?

Il existe deux types de cholestérol : les lipoprotéines de haute densité (HDL) et les lipoprotéines de basse densité (LDL). Les lipoprotéines sont constituées de graisses et de protéines. Le cholestérol se déplace dans le corps à l’intérieur de ces lipoprotéines.

Le HDL est une lipoprotéine appelée « bon cholestérol » car elle transporte l’excès de cholestérol dans le foie afin que ce dernier soit éliminé. C’est donc grâce au HDL que les artères ne sont pas bouchées par un trop-plein de cholestérol.

Le LDL est, quant à lui, appelé « mauvais cholestérol » car il transporte le cholestérol dans les artères où il peut entraîner une accumulation de plaque lipidique appelée athérosclérose, dans la paroi des artères.

Ces plaques qui rendent le transport de sang difficile peuvent favoriser la formation de caillots sanguins dans les artères, ce qui augmente les risques d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques. En outre, des recherches récentes ont permis d’établir un lien entre l’élévation du taux de LDL et les risques de démence chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

L’importance de connaître son taux de cholestérol

Un taux de cholestérol élevé est, dans la plupart des cas, asymptomatique. C’est pourquoi il est important de faire des bilans sanguins régulièrement afin de s’assurer que tout est en ordre.

Un bilan sanguin permet de vérifier les points suivants :

Les triglycérides (type de lipides)

Leur taux doit être inférieur à 150 mg/dL.

Si les triglycérides sont élevés et que le taux de LDL est également élevé ou que le taux de HDL est faible, les risques de développer une athérosclérose sont augmentés.

Le HDL (bon cholestérol)

Le taux de HDL doit être supérieur à 55 mg/dL pour les femmes et à 45 mg/dL pour les hommes. Plus ce taux est élevé dans le sang, mieux c’est.

Le LDL (mauvais cholestérol)

Le taux de LDL ne doit pas dépasser 130 mg/dL en l’absence de maladie cardiaque, de maladie vasculaire ou de diabète.

Pour les patients qui souffrent de l’une de ces affections, la quantité de LDL ne doit pas dépasser 100 mg/dL.

Quelles sont les causes d’une augmentation du taux de mauvais cholestérol ?

Certains facteurs externes peuvent être à l’origine d’une augmentation du taux de mauvais cholestérol dans le sang :

L’obésité

Une alimentation riche en viande rouge, en produits laitiers entiers, en acides gras saturés, en graisses trans et en aliments transformés facilite la prise de poids et mène, à terme, vers l’obésité.

La cigarette

Diverses recherches scientifiques ont montré que les fumeurs ont généralement un taux de cholestérol HDL inférieur à celui des non-fumeurs.

L’hérédité

Dans certains cas, un taux de LDL élevé est acquis génétiquement. Cette condition est appelée hypercholestérolémie familiale (HF). Elle est causée par une mutation génétique qui affecte la capacité du foie d’une personne à se débarrasser de l’excès de cholestérol LDL.

Cela peut entraîner un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral précoce.

Augmenter le taux de bon cholestérol et baisser le taux de mauvais cholestérol

Une hygiène de vie saine permet de mieux contrôler le taux de HDL. Cela passe par l’application de certaines règles de vie simples :

  • Arrêter le tabac
  • Avoir une alimentation saine, faible en acides gras saturés
  • Éviter l’excès d’alcool
  • Faire de l’exercice régulièrement

Yasmine B., rédactrice scientifique

Sources
– COMPRENDRE LES TAUX DE CHOLESTÉROL DANS LE SANG. vidal.fr. Consulté le 23 septembre 2021.
– DISTINGUER LE BON ET LE MAUVAIS CHOLESTÉROL. fedecardio.org. Consulté le 23 septembre 2021.
Yasmine B.
Rédactrice scientifique
Spécialiste en rédaction médicale, diplômée en biologie médicale. Passionnée par le domaine de la santé et l’actualité scientifique.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.