Covid-19 sévère : un risque avéré d’infection fongique invasive

janvier 2022 par

En France, au 7 janvier 2022, près de 3 700 patients se trouvent actuellement dans un service de réanimation pour une Covid-19 sévère. Pour les patients placés sous respiration artificielle, l’état de santé respiratoire peut être aggravé par une surinfection fongique, suite à l’invasion de champignons microscopiques. Récemment des chercheurs de l’Institut Pasteur se sont penchés sur ces surinfections fongiques. Résultats.

Covid-19 sévère et infections fongiques invasives

Covid-19 sévère et infections fongiques invasives

Les aspergilloses invasives représentent la troisième cause d’infection fongique invasive en France. Ces infections sont généralement provoquées par l’invasion de champignons microscopiques du genre Aspergillus. Classiquement, ces infections fongiques surviennent chez différentes catégories de patients fragilisés, tels que :

  • Les patients immunodéprimés (patients transplantés, patients sous traitement anticancéreux ou immunosuppresseur) ;
  • Les patients hospitalisés en réanimation, notamment suite à une forme sévère de grippe.

Plus récemment, de nouveaux patients se révèlent exposés à ce type d’infection invasive, les patients hospitalisés en réanimation pour une forme sévère de la Covid-19. Plus spécifiquement, à l’image des patients touchés par la grippe, c’est le développement d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, qui semble constituer le point de départ de l’infection fongique. Et ces infections contribuent à aggraver les troubles respiratoires des patients hospitalisés pour Covid-19.

En réanimation, un risque important de surinfection fongique

Pour en savoir plus sur cette complication affectant spécifiquement les patients en réanimation, des chercheurs français ont récemment mené une étude prospective, baptisée MyCovid, réalisée dans 18 centres hospitaliers français sur 576 patients, tous hospitalisés en réanimation suite à une Covid-19 sévère. Chez ces patients, un dépistage systématique des infections fongiques invasives a été effectué, grâce à différentes analyses.

Les résultats de l’étude ont mis en évidence une incidence élevée des surinfections fongiques chez les patients en réanimation, avec plus de 22 % des patients concernés. Les deux surinfections fongiques les plus fréquentes étaient :

  • L’aspergillose pulmonaire invasive, provoquée par des champignons microscopiques du genre Aspergillus(des champignons habituellement inoffensifs présents dans l’environnement) ;
  • La candidose invasive, provoquée des levures du genre Candida (des levures présentes naturellement dans l’organisme).

Faut-il traiter les patients contre le risque d’infection fongique ?

L’observation d’une aspergillose invasive était associée chez les patients à une augmentation significative du risque de décès (61,8 % de mortalité contre 32,1 % chez les patients indemnes d’infection fongique) des patients atteints de formes sévères de la Covid-19. Pour aller plus loin, les chercheurs ont analysé les éventuels facteurs de risque de développer une surinfection fongique. Ils ont découvert que le traitement des patients par une association dexaméthasone – anti-IL6R (combinaison médicamenteuse prescrite dans les formes sévères de la Covid-19) augmentait significativement le risque d’aspergillose pulmonaire invasive.

Ces résultats inédits soulignent l’importance et la gravité des surinfections fongiques chez les patients hospitalisés en réanimation pour une forme sévère de Covid-19. Ces données démontrent l’importance d’une surveillance active de ces infections chez les patients admis en réanimation, dès leur intubation et leur mise sous respiration artificielle. Les chercheurs poursuivent leurs travaux pour évaluer l’intérêt d’un traitement antifongique précoce voire d’un traitement préventif dès l’hospitalisation.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Patients covid-19 en réanimation : une étude révèle un risque accru de surinfections fongiques invasives. pasteur.fr. Consulté le 6 janvier 2022.
– Fungal infections in mechanically ventilated patients with COVID-19 during the first wave: the French multicentre MYCOVID study. thelancet.com. Consulté le 6 janvier 2022.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.