Covid-19 sévère : une signature génique chez des patients sans comorbidité, grâce à l’IA

23 novembre 2021 par

Alors que l’épidémie de la Covid-19 perdure dans le monde après presque deux ans, les scientifiques continuent à étudier les caractéristiques moléculaires et génétiques des patients développant des formes graves de la maladie. A ce jour, les données scientifiques ne permettent pas de préciser les raisons pour lesquelles certains patients jeunes et sans problème de santé particulier vont évoluer vers une forme critique de la maladie nécessitant notamment une prise en charge en soins de réanimation. Récemment, des travaux menés conjointement par des chercheurs français et américains ont permis de mettre en évidence une signature génique des formes graves chez des patients jeunes sans comorbidité, grâce à la puissance de l’intelligence artificielle. Explications.

patients jeunes sans comorbidité

La Covid-19, une maladie très hétérogène sur le plan clinique

Au fil des semaines et des mois, les chercheurs en découvrent toujours un peu plus sur les mécanismes pathologiques de la Covid-19. L’un des points clés est de comprendre comment distinguer précisément les patients, notamment jeunes et sans facteur de risque, qui vont développer une forme grave de la maladie susceptible de nécessiter une admission en réanimation et une intubation, de ceux qui ne présenteront qu’une forme asymptomatique, légère ou modérée.

Si certaines comorbidités ou l’âge constituent clairement des facteurs de risque de développer une forme grave, certains patients jeunes sans problème de santé vont évoluer défavorablement et justifier des soins invasifs en réanimation. Or la mortalité chez ces patients reste encore aujourd’hui élevée. Il est donc capital pour les équipes soignantes de pouvoir très tôt repérer ces patients, afin de prévenir l’aggravation des symptômes, notamment respiratoires.

Des patients jeunes sans comorbidité, mais hospitalisés en réanimation

Dans ce contexte, des chercheurs français et américains ont utilisé les dernières techniques de l’intelligence artificielle pour analyser les caractéristiques génétiques complexes, virologiques, immunologiques et sérologiques de 72 patients hospitalisés pour une Covid-19 :

  • Des patients atteints de formes graves, et développant notamment un syndrome de détresse respiratoire aiguë, hospitalisés en réanimation (47 patients);
  • Des patients non atteints de formes graves, hospitalisés en secteur conventionnel (25 patients).

Ils ont choisi de comparer les données de patients tous jeunes (âgés de moins de 50 ans) et sans comorbidité, c’est-à-dire non considérés initialement comme à risque de développer une forme grave de la maladie. Les données de ces patients ont été comparées avec celles de 22 patients dits contrôles en bonne santé. L’analyse des données a en premier lieu confirmé sans surprise que le syndrome de détresse respiratoire aiguë était lié à un emballement du système immunitaire – que les chercheurs qualifient d’orage cytokinique – et à une réaction inflammatoire exacerbée.

Identification d’un marqueur pronostique voire d’une nouvelle cible thérapeutique ?

La puissance de l’intelligence artificielle a ensuite permis d’identifier un réseau de 600 gènes, qui seraient impliqués dans l’évolution vers une forme grave de la Covid-19. Parmi ces gènes, cinq seraient particulièrement surexprimés chez les patients admis en réanimation pour syndrome de détresse respiratoire aiguë. L’un de ces gènes, le gène ADAM9, interagit avec le SARS-CoV2. La surexpression de ce gène serait directement impliquée dans l’évolution vers un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Grâce à des expériences in vitro, les chercheurs ont ensuite mis en évidence que le blocage du gène ADAM9 dans les cellules épithéliales pulmonaires infectées permettait :

  • Une diminution de la présence du virus SARS-CoV2 dans les cellules ;
  • Une réduction de la réplication du virus.

Ce gène pourrait donc constituer une cible thérapeutique intéressante pour réduire le risque de formes graves de la Covid-19. Des anticorps monoclonaux ciblant ce gène ont d’ores et déjà été développés et sont actuellement testés en cancérologie. Si leur intérêt contre la Covid-19 se confirmait, il serait donc possible de les tester dans cette nouvelle indication.

Une telle étude a permis de mettre en évidence une véritable signature génique des patients développant des formes graves de la maladie, sans facteur de risque antérieur. Elle a également mis en évidence une potentielle cible thérapeutique contre la maladie.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Covid-19 : Identification d’une signature génique propre aux patients atteints de formes critiques grâce à l’intelligence artificielle. presse.inserm.fr. Consulté le 23 novembre 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.