Les courbes de croissance des enfants actualisées grâce au big data

Jan 30, 2020 par

S’il est un objet qui a traversé le temps, c’est bien le carnet de santé ! Obligatoire pour tous les enfants français depuis 1945, il demeure une référence pour le suivi de la santé de l’enfant jusqu’à sa majorité. Cet outil nécessitant de s’adapter à son époque, les courbes de croissance qui y figurent ont récemment été actualisées  grâce à une approche big data dans l’objectif de rendre plus fiables les données pédiatriques de référence.

courbe-croissance

De l’intérêt d’un carnet de santé actualisé

Depuis la naissance jusqu’à sa majorité, tout enfant français voit son développement en bonne santé surveillé à l’aide d’un outil indispensable : le carnet de santé. Rempli d’informations et de conseils précieux  à destination des parents, le carnet de santé contient également des courbes de croissance de référence permettant de suivre l’évolution de l’enfant et de rechercher les causes d’écarts éventuels par rapport aux courbes de référence.

Pour autant, ceci n’est possible qu’à la condition que les courbes de référence soient fiables et révélatrices de la croissance des enfants d’aujourd’hui. Or, les courbes utilisées jusqu’à présent ont été définie durant les années 1970 à partir de mesures réalisées dans une cohorte de quelques centaines d’enfants nés dans les années 50 ! C’est dire que depuis cette époque, la taille et le poids des enfants ont nettement changé !

Dans ce contexte, deux équipes de chercheurs de l’Inserm ont été chargées d’actualiser les courbes de croissance de référence en vue d’établir un nouveau carnet de santé. Pour ce faire, les scientifiques ont eu recours à la technique de modélisation mathématique qui présente de multiples avantages :

  • Exploitation de bases de données médicales extrêmement riches avec puissance et représentativité supérieures à celles d’une étude menée auprès de quelques milliers de personnes
  • Rapidité de mise en œuvre
  • Simplicité d’actualisation des données

Une nouvelle approche : le big data

Pour mener à bien leurs travaux, les équipes de scientifiques  ont eu recours à une nouvelle approche : le big data médical. Elles se sont en effet appuyées sur les données des dossiers médicaux rendus anonymes de 32 pédiatres de l’Association française de pédiatrie ambulatoire et de 10 médecins généralistes de la Société française de médecine générale. L’objectif était de représenter toutes les régions de France. Ce sont ainsi les données de 238 102 enfants âgés de 0 à 18 ans et suivis par ces médecins entre 1990 et 2018, soit environ 1,5 millions de mesures de poids ou de taille qui ont été analysées.

À savoir ! Le big data est un concept de stockage des données créé suite aux énormes volumes de données numériques collectées ces dernières années avec le développement d’internet. Le concept de big data appliqué à la santé peut s’avérer intéressant dans la mesure où il permettrait d’analyser une plus grande frange de la population tout en améliorant la pertinence des résultats.

Après analyse, les chercheurs ont pu modéliser la croissance des enfants français d’aujourd’hui. Les  nouvelles courbes se sont révélées supérieures aux anciennes : pour un âge donné, le poids et la taille des enfants de la dernière génération sont plus importants que ceux des générations les ayant précédées.

Les chercheurs n’en sont pas restés là puisqu’ils ont voulu s’assurer de la fiabilité de leur modèle, en vérifiant la concordance de ces nouvelles courbes de croissance avec les résultats d’une enquête nationale récente. Cette enquête de la Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (DRESS) a permis de mesurer plusieurs milliers d’enfants de 5-6 ans, 10-11 ans et 14-15 ans au sein de leurs établissements scolaires.

Les chercheurs ont pu dresser les conclusions suivantes :

  • Modélisation parfaite concernant la taille aux trois âges de la vie.
  • Modélisation satisfaisante concernant le poids pour la tranche d’âge 5-6 ans, mais moins satisfaisante pour les enfants plus âgés (courbes sous-estimant légèrement le poids réel des enfants).

S’agissant des courbes de poids, les chercheurs conseillent d’évaluer la position de l’indice de masse corporelle par rapport à celui attendu à partir de la courbe internationale de l’International Obesity Task Force pour le repérage du surpoids et de l’obésité (l’indice de référence étant présent dans le carnet de santé).

Le 1er avril 2018, la Direction Générale de la Santé a donc inauguré un nouveau carnet de santé dans lequel les données anthropométriques pédiatriques de référence ont été actualisées.

Les promesses du big data

Les conclusions de ces travaux laissent entrevoir l’apport considérable du big data en terme de santé publique et élargissent les pistes de recherche des scientifiques. Forts de ces nouvelles courbes décrivant le développement des enfants en bonne santé, les chercheurs souhaitent à l’avenir pouvoir modéliser la croissance spécifique des enfants atteints de différentes pathologies (insuffisance rénale, maladie inflammatoire des intestins…).

Pour cela, de nouveaux outils devront être développés au moyen d’algorithmes et des bases de données spécifiques à ces pathologies. Nul doute que les données précieuses qui seront recueillies constitueront pour les pédiatres et les médecins une aide au repérage précoce d’un décrochage spécifique des courbes de croissance des petits patients.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Les big data au service du suivi de la croissance des enfants. INSERM. Consulté le 23 janvier 2020.
– Vers une refonte du carnet de santé. Consulté le 16 janvier 2020. FRANCEINFO. Consulté le 23 janvier 2020.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.