Endométriose : des indicateurs pendant l’enfance ?

Mar 22, 2020 par

L’endométriose concerne en France une femme sur dix. Maladie gynécologique liée à la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l’utérus, elle peut être asymptomatique ou provoquer de fortes douleurs. L’adénomyose, est une autre maladie gynécologique touchant les femmes de plus de 35 ans, avec une fréquence de 51 % entre 40 et 50 ans. Pouvant provoquer toutes deux des infertilités, une étude récente danoise s’est intéressée au lien entre la taille corporelle pendant l’enfance et le risque de développer une de ces deux maladies.

endometriose-indicateur-enfance

Deux maladies dont les mécanismes sont encore mal connus

Concernant l’endométriose, il n’existe aujourd’hui pas de dépistage de la maladie en population générale. Ainsi, seules les patientes qui présentent des symptômes se verront proposer un examen clinique et des examens complémentaires afin d’établir le diagnostic. Cette maladie gynécologique, qui engendre des localisations anormales de cellules endométriales peut provoquer de fortes douleurs, pendant les règles, mais aussi lors des rapports sexuels. Responsable d’infertilité dans certains cas, son mécanisme reste mal connu. Une des principales hypothèses serait que le sang menstruel pourrait passer par les trompes et parvenir à la cavité abdominale, transportant avec lui des fragments d’endomètre. À l’origine d’infertilité également, l’adénomyose est quant à elle la présence anormale d’îlots endométriaux au sein de la cavité utérine. L’adénomyose provoque des dysménorrhées (des douleurs liées aux cycles), des pertes de sang en dehors de la période des règles, des règles très abondantes et longues.

Les deux maladies nécessitent dans certains cas un traitement chirurgical. Afin de pouvoir détecter plus facilement ces pathologies, des scientifiques danois ont cherché des indices de celles-ci pendant la croissance corporelle des jeunes filles.

Une grande taille associée à un risque plus élevé d’endométriose

Pour réaliser cette étude, les dossiers médicaux de 171 447 filles nées entre 1930 et 1996, dont le poids et la taille ont été mesurés entre 7 et 13 ans ont été analysés.

Au total, 2149 cas d’endométriose et 1410 cas d’adénomyose ont été diagnostiqués.

Les chercheurs se sont intéressés à deux facteurs d’association : l’IMC (qui correspond à l’indice pondéral calculé en divisant le poids d’une personne par le carré de sa taille) et la taille. Ainsi :

  • L’IMC et la taille n’ont été que peu associés à l’adénomyose ;
  • Le poids de naissance n’a pas été associé à l’adénomyose ou à l’endométriose ;
  • L’IMC a été inversement associé à l’endométriose ;
  • La taille a été positivement associée à l’endométriose.

Ce qui signifie qu’il a été retrouvé, chez les filles grandes et minces, dont l’IMC est bas, plus de cas d’endométriose diagnostiqué. Rien de concluant en revanche pour l’adénomyose, dont les facteurs de risque restent encore mal connus.

Les auteurs de l’étude concluent que les indicateurs de risque d’endométriose pourraient être apparents à un âge précoce.

L’endométriose, connue depuis près d’un siècle est encore aujourd’hui trop peu documentée. Avec une moyenne de 7 ans pour la diagnostiquer, 70 % des personnes atteintes de cette pathologie souffriront de douleurs chroniques invalidantes et 40% rencontreront des problèmes d’infertilité. Sans traitement spécifique à ce jour, ces nouvelles études permettent d’essayer de mieux comprendre ses facteurs de risque et son mécanisme, en cherchant notamment à identifier des gènes de susceptibilité, de manière à élucider leur rôle et à découvrir des marqueurs de risque.

Juliette S., Rédactrice scientifique

– Birth weight, childhood body mass index and height and risks of endometriosis and adenomyosis. TANDFONLINE. Consulté le 18 mars 2020.
– L’endométriose en chiffre. ENDOFRANCE. Consulté le 18 mars 2020.
– Endométriose : Une maladie gynécologique fréquente mais encore mal connue. INSERM. Consulté le 18 mars 2020.
– Adénomyose et infertilité. JIM. Consulté le 18 mars 2020.

Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.