Endométriose : un nouveau médicament reconnu aux Etats-Unis

Aug 9, 2018 par

Dans un précédent article, nous vous faisions part des résultats encourageants d’une nouvelle molécule d’intérêt, l’Elagolix, sur l’amélioration de la qualité de vie des patientes souffrant d’endométriose. Ce nouveau médicament innovant appelé Orilissa vient d’être récemment approuvé par les autorités sanitaires américaines.

Des médicaments Orilissa disposer de façon à former une croix ansée

Des traitements jusqu’à présent inefficaces

L’endométriose désigne un trouble gynécologique qui implique la formation anormale de tissu en dehors de l’utérus et sa localisation au niveau des ovaires, des trompes de Fallope, ou des organes voisins tels que la vessie, l’intestin ou les reins.

Ce tissu anormal saigne chaque mois après s’être formé. Mais vu qu’il n’est pas localisé au niveau de la muqueuse utérine, les saignements ne peuvent pas être évacués vers l’extérieur du corps, ce qui entraîne la formation de kystes plus ou moins gros ainsi que des douleurs importantes.

L’endométriose est une maladie qui dépend des hormones œstrogènes. Elle touche donc les femmes en âge de procréer. Elle est d’ailleurs habituellement décelée chez les femmes de 25 ans à 40 ans se plaignant de douleurs anormalement intenses au niveau du bas-ventre ou de problèmes de fertilité.

Jusqu’à aujourd’hui, il n’existait encore aucun traitement définitif de l’endométriose. Deux options étaient dès lors envisagées :

  • Les traitements hormonaux : même s’ils ne traitent pas la cause de la maladie, ces traitements peuvent aider à soulager la douleur pour améliorer la qualité de vie des patientes. Ils agissent en bloquant la production d’hormones œstrogènes et en réduisant les saignements. Ces traitements dits anti-gonadotropes peuvent avoir un effet contraceptif (pilule contraceptive) ou non.
  • Les interventions chirurgicales : nécessaires en cas de douleurs réfractaires aux traitements médicamenteux. Mais difficiles à mettre en œuvre, elles ne sont pas sans risques.

Dans ce contexte, un traitement innovant de l‘endométriose vient d’être approuvé par les autorités sanitaires américaines.

Orilissa, un nouveau médicament reconnu aux Etats-Unis

La Food and Drug Administration a récemment approuvé le médicament Orilissa, destiné à traiter les douleurs engendrées par l’endométriose pendant les règles et les relations intimes. Le laboratoire Abbvie, fabricant de la molécule, déclare qu’il s’agit de la première nouvelle pilule de la décennie contre l’endométriose.

À savoir ! La Food and Drug Administration désigne l’organisme américain chargé de l’approbation des aliments et médicaments.

Le nouveau médicament, baptisé Elagolix, est commercialisé sous le nom d’Orilissa. Il fonctionne en réduisant très légèrement la production d’hormones œstrogènes, ce qui lui vaut de pouvoir être pris plus longtemps, contrairement aux traitements utilisés actuellement :

« Ce nouveau médicament permet un dosage plus flexible dans la réduction des niveaux d’œstrogènes », déclare le Dr Hugh Taylor de l’Hôpital Yale-New Haven et consultant pour Abbvie.

Orilissa s’est ainsi révélé efficace dans le traitement de l’endométriose en améliorant la qualité de vie des patientes atteintes de ce trouble gynécologique. D’après les tests effectués, Orilissa a réduit de manière significative la douleur menstruelle chez environ 45% des femmes ayant reçu la dose faible et 75% des femmes ayant reçu la dose forte, comparé à environ 20% des femmes ayant reçu des pilules placebo.

S’il est efficace, ce nouveau  traitement présente néanmoins certains inconvénients :

  • Il ne permet pas de s’affranchir des effets secondaires anti-oestrogéniques comparables à ceux des traitements hormonaux actuels, même s’ils sont moins marqués comme les bouffées de chaleur et les maux de tête.
  • Il est très onéreux : 845 dollars par mois (soit environ 720 euros par mois).

L’approbation de ce nouveau médicament par la Food and Drug Administration ouvre la voie à de nouvelles découvertes dans la recherche sur l’endométriose qui touche une femme sur 10 en âge de procréer.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– FDA approves new pill to reduce pain from endometriosis. AP News. Consulté le 24 juillet 2018.

Alexana A.
Journaliste scientifique spécialisée en biotechnologie.
Passionnée par le domaine de la santé et les nouvelles technologies du digital.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.